Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/17-fevrier-2018

17 février 2018

A l’occasion de l’appel décisif, Mgr Gosselin a mis en lumière la place des catéchumènes, ces adultes qui se préparent au baptême. Il a aussi évoqué l’importance de prendre le temps de d’une retraite pour les prêtres et les diacres du diocèse.


Dimanche 18 février était célébré l’appel décisif des catéchumènes au Gond-Pontouvre. « Il s’agit d’une étape importante pour ceux qui se préparent depuis quelques mois ou quelques années. L’appel décisif correspond au moment où l’évêque leur dit : êtes-vous bien d’accord pour vivre ces prochaines étapes avant votre baptême prévu dans quelques semaines ? C’est un acte de liberté de la part des catéchumènes pour exprimer leur désir de recevoir le baptême. A partir de ce moment-là, ils sont vraiment considérés comme des candidats « officiels » dans la mesure où ils ont exprimé publiquement leur désir de recevoir le baptême. C’est pour cette raison que je suis très heureux de pouvoir confier ces femmes et ces hommes à ceux qui peuvent prier pour eux. Les catéchumènes vont être appelés par leur nom, ils vont s’avancer et je vais leur poser quelques questions qui leur permettent d’exprimer leur désir d’être baptisés. Tout au long du carême, il y a des étapes appelées scrutins jusqu’à la célébration du baptême. La majorité des catéchumènes recevra le sacrement lors de la veillée pascale. »
Cette année, 13 adultes venant d’Angoulême et de Cognac seront baptisés dans le diocèse. « Il y a des équipes d’accompagnement qui sont là pour leur permettre d’être formés. A partir du moment où il y a une demande de baptême, elles ont pour mission de répondre aux questions de ces femmes et de ces hommes et de les solliciter pour vérifier que ce qu’ils demandent est bien d’être baptisés dans la foi de l’Eglise. C’est en effet un sacrement très important. Le Pape Jean-Paul II disait : « Le plus grand des dons de Dieu, c’est le baptême. » Un sacrement, il faut s’y préparer. C’est une démarche libre de consentement pour pouvoir dire amen, cela signifie je crois. C’est un événement qui concerne toute la communauté et qu’elle doit accompagner dans la prière », insiste l’évêque.

« On voit que la foi est vivante »

Mgr Gosselin se réjouit de pouvoir lire la demande de baptême des catéchumènes à travers des lettres très personnelles. « C’est très beau. On voit la diversité des parcours. C’est le témoignage de la communauté chrétienne, c’est la rencontre avec des témoins qui les a un peu marqués, qui les a invités à aller plus loin dans leur propre réflexion, c’est l’existence de fraternités, de mouvements. On voit qu’il n’y a que des parcours personnels dans les demandes de baptême par des adultes. D’autres demandes sont aussi faites pour les enfants d’âge scolaire, il s’agit encore d’un autre parcours. Nous essayons de nous organiser au mieux pour nous adapter à l’âge et au parcours. On voit que la foi est vivante, l’Eglise est vivante par ces nouveaux membres qui viennent augmenter les communautés. »
« De la même manière que ces nouveaux baptisés ont pu profiter de témoignages de certains chrétiens, ce sera leur mission que d’en témoigner eux aussi. Ils sont considérés aujourd’hui comme catéchumènes ; après leur baptême, ils seront considérés comme néophytes. Et il faut donc faire preuve d’une grande attention à ces personnes. Je pense que, en tant que chrétien, on a ce devoir de formation permanente, on ne peut pas considérer qu’on en sait assez. Il faut vraiment se former. Le monde n’est pas plus difficile qu’avant, mais il est différent. Il faut avoir en tête l’importance de cette formation pour adulte. On a besoin de croire. Comprendre pour croire et croire pour comprendre. C’est un bel adage qui me semble vraiment se vérifier. Ces femmes et ces hommes rentrent dans une nouvelle étape. C’est un sommet mais véritablement une naissance », souligne l’évêque.

« Tous les chrétiens ont besoin de faire des retraites »

Du 19 au 23 février, les prêtres du diocèse, mais aussi les diacres et leurs épouses sont invités à prendre part à une retraite à l’Abbaye de Maumont. Mgr Gosselin y participe également. « Une retraite, c’est un travail intérieur notamment pendant ce temps pascal. Je pense que tous les chrétiens, y compris les prêtres, ont besoin de faire des retraites. Je crois que les communautés chrétiennes doivent prendre soin aussi de leur pasteur. C’est mon rôle aussi en tant qu’évêque. Prendre soin, cela signifie faire attention à son équilibre de vie et également à sa santé spirituelle. De la même manière jeudi (15 février), j’ai prêché devant les prêtres de Bordeaux qui rentraient ensemble en carême par une journée de récollection. Le carême, c’est donc le temps de désert. Nous partons en désert à Maumont pour une retraite en majorité en silence. Cette semaine n’est pas un temps de travail où on cherchera à réfléchir à l’organisation du diocèse. Mgr Michel Santier, évêque de Créteil, vient prêcher cette retraite pour ce groupe avec des temps de parole et des temps liturgiques avec les Soeurs de Maumont. Bien sûr, nous comptons sur la prière des chrétiens de Charente. Je crois que c’est l’avantage de toutes les communautés que, prêtres et évêques, nous nous convertissions afin de devenir meilleurs. »
« Pendant une retraite, il y a cette activité intérieure, cette réflexion sans prise de tête. Il faut aussi lâcher les pressions, se laisser couler dans le rythme, ne pas être tendu. On n’est pas en concentration, on est en détente véritablement. Quelque part, quand le Seigneur dit : « mon épouse infidèle, je la conduirai au désert et, là, je parlerai à son cœur. » Une retraite, c’est comme une cure spirituelle. On est là pour se faire du bien. Il y a des exercices pour y parvenir. On est là quand même pour retrouver l’essentiel. Souvent prêtres, évêques, nous sommes pris par beaucoup d’urgences, mais n’oublions pas l’important. L’important, c’est que Dieu est avec nous. Souvent, nous l’oublions. C’est le thème que j’ai abordé avec les prêtres de Bordeaux autour de cette phrase de Saint-Augustin : « Seigneur, tu étais avec moi, et je n’étais pas avec toi. » C’est le drame du monde mais aussi des chrétiens. Dieu est avec nous et nous ne sommes pas avec lui. Une retraite permet de reprendre conscience que Dieu est là et nous avons besoin de nous recentrer sur lui », conclut l’évêque.

Erica Walter

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Mgr Hervé Gosselin
Secrétariat : 05 45 91 86 89
226, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
Mgr Gosselin
Secrétariat de Mgr GOSSELIN

NB : Les mails envoyés à l’adresse eveque chez dio16.fr ne sont plus consultés





-