Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/27-janvier-2018

27 janvier 2018

Mgr Gosselin a pu prendre part pour la 3ème année déjà au festival de la Bd chrétienne, un événement dans l’événement angoumoisin. Il a notamment mis en lumière l’intérêt et le sens des deux albums primés dans ce cadre.


Le festival international de la BD d’Angoulême a une résonance très importante et très large « On est toujours heureux quand Angoulême est cité comme un lieu d’actualité. Le festival correspond à 4 jours qui bousculent un peu l’organisation, la circulation dans la ville avec un monde tout à fait inhabituel, sympathique et qui déambule. Au cœur même de ce festival international est organisé le festival de la BD chrétienne. Je crois que c’est important qu’il y soit comme un événement d’Eglise au cœur de cet événement du monde. »
« Je suis heureux de pouvoir voir et rencontrer les auteurs. Un certain nombre d’entre eux logent à la maison diocésaine. Jeudi (25 janvier) les prix de la BD chrétienne ont été remis à l’église Saint-Martial. Je pense que tous les médias par nature, dans la mesure où ils transmettent une parole, sont susceptibles d’être outils d’évangélisation. Il existe de magnifiques albums pour raconter la vie de Jésus, pas forcément sous forme de parabole. Ils peuvent être très réalistes et très proches soit de la vie du Christ, de la vie des premiers temps de l’Église. Et pour cette année, la BD sur John Bost, un pasteur protestant du 19ème siècle, est vraiment très proche de sa vie. Je crois que l’auteur a fait une grande enquête historique pour ne donner que des faits réels, pour nous donner des paroles qui sont vraiment authentifiées. On peut être plus ou moins sensible à ce mélange d’images et de textes. En tout cas, il s’agit d’un média tout à fait à part et très agréable. Je crois que la BD peut être un outil d’évangélisation », souligne l’évêque.

Une intuition de charité

John Bost, un précurseur est paru aux éditions La Boîte à Bulles et a obtenu cette année, le prix de la BD chrétienne. « Je dois reconnaître que je ne connaissais pas beaucoup cette Fondation, maintenant oui. La preuve est faite que par le biais d’un concours, d’un jury, d’un prix, on peut mettre une personne un peu en avant. Je crois que ce John Bost en particulier est remarquable par le fait même que, au 19ème siècle, il ait accueilli toutes les détresses de ce temps, à savoir des malades épileptiques, des troubles psychologiques, psychiatriques dont on ne savait que faire. Et il y a donc une fondation qui est née par son intuition de charité grâce aussi à l’argent de sa femme. Aujourd’hui, on peut actualiser dans le sens où l’épilepsie est une maladie soignée, mais il y a d’autres détresses. Je crois que 2000 personnes sont encore hébergées en France par cette Fondation. Cet album est un beau témoignage chrétien : raconter une vie sous forme de BD. »
Le jury du Prix de la BD chrétienne a aussi accordé une mention spéciale à Zep pour Un bruit étrange et beau paru aux Editions Rue de Sèvres. « Là, nous sommes dans la méditation d’un auteur qui, à travers son crayon et ses quelques pensées, se projette dans une histoire d’un moine chartreux qui sort de son monastère pour une obligation parisienne et qui a toute une aventure. Cette sortie lui permet de relire son appel et de le réactualiser un peu. Moi j’ai été sensible aux images et à cette ambiance un peu de silence et d’intériorité qui est suscitée par des paroles. Je trouve que c’est un mélange plutôt curieux. Il y a une transgression dans l’engagement d’une personne consacrée mais un recentrement quand même très fort sur la force aussi de l’appel de Dieu. Ce titre Un bruit étrange et beau parce qu’il s’agit, en quelque sorte, d’un silence qui tressaille, c’est de cette façon que je l’ai perçu. C’est une BD qui fait réfléchir avec de belles paroles, une histoire un peu étonnante. Quand on sait que Zep est l’auteur de Titeuf, on a l’impression que ce n’est pas le même auteur. L’éditeur nous a précisé que Zep va régulièrement dans un monastère pour prendre du recul sur sa vie, pour ne pas se laisser prendre par l’agitation. Il s’agit quand même d’une belle leçon », insiste Mgr Gosselin.

Activité et intériorité

Les deux albums récompensés par le jury de la BD chrétienne ont donc évidemment tout leur sens pour l’évêque. « Avec John Bost, un précurseur, c’est l’activité. Etre en activité dehors pour être un bon chrétien en rendant service, en faisant le bien par des actions concrète. Avec l’album de Zep, il y a cette dimension d’intériorité qui montre qu’on ne fait que des actes bien extérieurement que si on prend le temps de l’intériorité. Cette invitation à l’intériorité est extrêmement moderne. A travers ces deux ouvrages, on peut donc parler à la fois de l’importance de l’engagement auprès des plus pauvres et de l’importance de la contemplation. En final, je dirais être comtempl’actifs d’une certaine manière, les deux sont assez complémentaires. C’est un réel intérêt de voir comment ces deux BD nous parlent de la foi chrétienne et comment justement elles nous poussent, par leur témoignage aussi, à être un peu exemplaires nous aussi. »
La première synthèse des réponses à la consultation diocésaine sur l’avenir de l’Église en Charente est à découvrir sur le site internet du diocèse. « Tous ceux qui s’y intéressent peuvent lire ce document. Tout le monde ne va pas forcément s’y retrouver. Cette synthèse nous permet d’avancer dans notre travail, mais nous aurons toujours la possibilité de revenir aux documents de base. Nous avons une étape avec un petit comité de rédacteurs. Il y aura aussi un travail avec le conseil pastoral et nous voulons élaborer un premier texte qui sera présenté au conseil presbytéral avec tous les prêtres. Ce texte sera discuté à travers les orientations qui commenceront à se dessiner. Comme une bande dessinée, pour le moment c’est un peu flou. Mais plus ça va, plus le trait de crayon doit être précis. Pour le moment, on est un peu dans l’esquisse de la consultation qui permet d’envisager les orientations futures. Non seulement il y a de la matière, mais en plus avec les prêtres, le vicaire général, nous avons un peu de recul pour voir l’ensemble du diocèse. Je pense qu’il y a déjà des éléments qui sont transmis par la consultation mais pas uniquement. Nous avons aussi tout le fruit de notre travail dans les différents conseils. C’est une belle aventure et il faut faire en sorte que l’épilogue soit joyeux et heureux », conclut l’évêque.

Erica Walter

En savoir plus

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Mgr Hervé Gosselin
Secrétariat : 05 45 91 86 89
226, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
Mgr Gosselin
Secrétariat de Mgr GOSSELIN

NB : Les mails envoyés à l’adresse eveque chez dio16.fr ne sont plus consultés





-