Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Alors-leurs-yeux-s-ouvrirent-Rencontre-Chemin-d-Esperance-168474
      « Alors leurs yeux s’ouvrirent » : Rencontre Chemin d’Espérance (...)

« Alors leurs yeux s’ouvrirent » : Rencontre Chemin d’Espérance 16

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 1 vote

L’épreuve du divorce génère colère, révolte, incompréhension… Ouvrir les yeux pour comprendre ce qui s’est passé est une étape incontournable et difficile à franchir.


Effondrement d’une espérance, deuil d’un projet, tremblement de terre qui ébranle les fondements même de son être personnel, incompréhension, dépression… Ce qui devait être épanouissement de soi, création continuée dans l’amour mutuel, bonheur profond de participer à la croissance de l’autre, tout cela s’écroule, faisant place au doute sur soi, à la solitude, à la honte vis-à-vis de ceux qui ont ‘réussi’ et qui semblent vous reprocher de n’avoir pas été jusqu’au bout, de n’avoir pas su, et de faire partie des faibles et des pécheurs, etc.

Faire la vérité sur soi-même est une étape incontournable dans l’étape de reconstruction, ainsi que reconnaître sa part de responsabilité. Il est alors possible d’aller de lumière en lumière, de décider d’être positif, d’apprendre à bâtir sur le roc. C’est le moment de se laisser conduire par Jésus. Le sens de la vie est de trouver ses dons, et d’en faire don aux autres, en donnant du sens à la perte vécue.

N’est-ce pas dans cet état d’esprit qu’étaient les disciples en allant vers Emmaüs après la mort de Jésus ? Nous lisons aussi dans ce passage d’Évangile :
Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards... Alors ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route, et qu’il nous ouvrait les Écritures ? » A l’instant même ils se levèrent… »

• Des questions pour préparer notre rencontre :

o Qu’est-ce que ma rupture m’a appris en positif et en négatif :
- sur moi ?
- sur ma relation avec les autres (mes plus ou moins proches, mon entourage...) ?
- sur ma relation avec Dieu, sur ma foi ?

• Avant la rencontre, nous vous invitons à méditer l’Évangile de Luc (24, 13-35), en étant attentif au chemin intérieur des disciples et à la manière dont s’y prend le Christ ressuscité avec eux.

Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé. Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

Pour aller plus loin, le psaume 30

En toi, Seigneur, j’ai mon refuge ; garde-moi d’être humilié pour toujours.
Dans ta justice, libère-moi ; écoute, et viens me délivrer.
Sois le rocher qui m’abrite, la maison fortifiée qui me sauve.
Ma forteresse et mon roc, c’est toi : pour l’honneur de ton nom, tu me guides et me conduis.
Tu m’arraches au filet qu’ils m’ont tendu ; oui, c’est toi mon abri.
En tes mains je remets mon esprit ; tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.
Je hais les adorateurs de faux dieux, et moi, je suis sûr du Seigneur.
Ton amour me fait danser de joie : tu vois ma misère et tu sais ma détresse.
Tu ne m’as pas livré aux mains de l’ennemi ; devant moi, tu as ouvert un passage.
Prends pitié de moi, Seigneur, je suis en détresse. * La douleur me ronge les yeux, la gorge et les entrailles.
...
Béni soit le Seigneur : * son amour a fait pour moi des merveilles dans la ville retranchée !
Et moi, dans mon trouble, je disais : « Je ne suis plus devant tes yeux. »
Pourtant, tu écoutais ma prière quand je criais vers toi.
Aimez le Seigneur, vous, ses fidèles : le Seigneur veille sur les siens ; mais il rétribue avec rigueur qui se montre arrogant.
Soyez forts, prenez courage, vous tous qui espérez le Seigneur !

En savoir plus

Contact : 06 62 00 85 64 - 05 45 21 44 12 ou 06 82 10 86 89
chemindesperance chez gmail.com

pour faire circuler l’information cliquer :

Affiche 8 dec 18

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda

-