Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Assemblee-Generale-2017

Assemblée Générale 2017

L’assemblée générale de la BDCA "Bande dessinée chrétienne d’Angoulême s’est tenue à la maison Diocésaine le 26 Septembre 2017 en présence notamment de :
-  Delphine Groux, présidente du FIBD
-  M. Bréchoteau,membre du FIBD
-  Lætitia Thomas du Courrier français
et de différents membres de l’association.


Bilan narratif de l’édition 2017


Le 31ème festival de la bande dessinée chrétienne, organisé par l’équipe œcuménique Chrétiens Médias 16, s’est déroulé sur les trois sites prévus : la Cathédrale, l’église St Martial et le Temple de l’Eglise Protestante Unie d’Angoulême, à l’occasion du 44ème Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, du 26 au 29 janvier 2017.
Comme chaque année, nous avons proposé des expositions, des stands de vente, des animations, des conférences, des dédicaces, toujours en phase avec l’actualité et ouverts sur les réalités de notre monde.
Le public a été présent en nombre, montrant ainsi sa reconnaissance pour la qualité et le professionnalisme du travail présenté.
L’ambiance générale du Festival 2017 était sereine et souriante. }}
Mais l’éventualité d’actions hostiles fait malheureusement partie de notre quotidien : c’est peut être pour cette raison qu’une légère baisse de fréquentation a été perçue, en particulier pour nous, le dimanche.
Bien sur, nous avons remis en place la surveillance des entrées par des personnes vêtues de gilets jaunes, ce que les visiteurs acceptent toujours volontiers.

Vernissage et Prix


Le point d’orgue de notre festival a été le vernissage des expositions et la remise des Prix à l’église Saint Martial le jeudi 26 janvier à 15h, devant un large public.
Ce jour-là, de nombreuses personnalités nous ont honorés de leur présence : Monseigneur Hervé Gosselin (évêque de Charente), Monsieur Xavier Bonnefont (maire d’Angoulême) et plusieurs amis belges du CRIABD (centre religieux d’information et d’analyse de la BD). Étaient également présents, les élus, les dessinateurs et autres artistes, les responsables d’éditions et différentes personnes qui font vivre et aimer la Bande Dessinée.
Les enfants de l’école Saint Paul, élèves de CM1 de Madame Rouhet, ont participé à l’animation de cette remise de Prix.

Le jury œcuménique de la Bande Dessinée a d’abord donné une Mention Spéciale à l’album « Manouches » de Kkrist Mirror aux éditions Steinkis, sur les gens du voyage

Le Prix 2017 du jury œcuménique de la Bande Dessinée a été attribué à l’album «  Macaroni » de Thomas Campi et Vincent Zabus aux éditions Dupuis, sur les immigré italiens à Charleroi. Le prix a été remis à Vincent Zabus, le scénariste.

Le Prix international 2017 de la Bande Dessinée Chrétienne a été attribué à deux albums ex-æquo :

- « VINCENT ». Un Saint au temps des Mousquetaires » de Jean DUFAUX et Martin JAMAR aux éditions Dargaud.
- «  Les larmes d’ESTHER » de ROBIN aux éditions Bayard BD.

Devant les auteurs un peu ébahis, des enfants ont joué, avec talent et émotion, un extrait de chacun de ces deux albums.
Puis le prix a été remis à Martin JAMAR par Valérie POUSSET, membre du Jury, en présence de Marie-Odile DELVIGNE, attachée de presse des éditions Dargaud.
De même le prix a été remis à ROBIN par Michèle JOUIN, membre du Jury, en présence de Aymeric JEANSON, responsable éditorial de BD Kids/Bayard.
Enfin chaque primé a reçu un album BD sur l’histoire d’Angoulême remis par Monsieur Dulondel, responsable de la librairie Cosmopolite, notre partenaire.

Autres temps forts :

Au Temple, le même jour, jeudi 26 janvier, devant une assistance nombreuse, a eu lieu le vernissage de l’exposition « D’un Martin à l’autre ».
Le dessinateur Filippo CENNI et l’historien Mathieu ARNOLD ont expliqué leur travail et leurs choix pour l’album « Martin Luther » aux éditions Glénat, sur un scénario de Olivier JOUVRAY. Cet album était proposé en prévente au Temple. Rappelons que 2017 marque le 500iéme anniversaire de la proclamation des 95 Thèses, véritable acte de naissance de la Réforme.

Dans la soirée une table ronde intitulée

« La désobéissance positive, au nom de quoi ? »

était animée par un journaliste de Réforme. Sur ce thème difficile, le philosophe Grégoire QUEVREUX, les historiens Mathieu ARNOLD et Nicolas BOUTIE ainsi que le lanceur d’alerte charentais Paul FRANCOIS, ont réussi à captiver leur large auditoire.

Le vendredi 27, la Chapelle des Œuvres de La Cathédrale avait été choisie, parce qu’elle était chauffée, pour accueillir la conférence
« Le mystère Marthe Robin ».
Honorine Grasset, des Foyers de Charité, a su rendre proche et vivante cette incroyable figure spirituelle du XXème siècle.

En soirée, au Temple, nous nous retrouvions pour la joyeuse et priante soirée œcuménique animée par le Pasteur Jean Pierre MOLINA.

Le lendemain samedi 28 janvier en matinée, un public nombreux a suivi, au Temple, le concert-dessin «  I have a dream ».

En après-midi, deux conférences se succédaient à l’église Saint Martial.

- À 14h.30, BRUNOR, scénariste, et Jean François CELLIER, dessinateur, ont présenté et explicité
« Les relations de travail entre scénariste et dessinateur ».
Support de cette conférence, leur album « Marie, Mère du Christ », aux éditions Fleurus Mame, a été présenté en avant-première dans notre Festival.

- Puis à 17h. Brunor présentait « Les jours effacés », septième album des Indices Pensables !

Ce même jour à 19h, la messe du 44ème festival était présidée par Mgr Gosselin, notre Évêque, et Mgr Balsa, Évêque de Viviers et passionné de BD. Dans une cathédrale comble, cette messe a réuni les familles, les artistes et les festivaliers. Les dessins de Sean O’BRIEN, projetés sur la voûte, ont illustré l’homélie.

Enfin, le dimanche 29 janvier, le culte du 44ème festival a eu lieu, comme chaque année en l’Église Évangélique d’Angoulême.

Bilan des ventes et expositions :

Comme toujours, les expositions ont eu plus ou moins de succès en fonction de la présence des auteurs et donc des dédicaces ! Ainsi, l’exposition sur Martin Luther au Temple, sur Marthe Robin à la Cathédrale et sur « Marie, Mère du Christ » à St. Martial, ont été remarquées. Mais les expositions, pourtant très belles, de « Etenesh » à St. Martial et « Bible, récits fondateurs » à la Cathédrale, ont moins attiré l’attention du public. Un mot encore, pour signaler les magnifiques enluminures de Geert de SUTTER présentées à la Cathédrale !
Les ventes ont été bonnes sur les trois sites, bien qu’un peu en deçà de celles, remarquables, de 2016. La cause peut en être attribuée à la légère baisse de fréquentation constatée sur l’ensemble du Festival 2017.

Cette année encore, pendant les 4 jours du festival, la table d’hôtes était ouverte au presbytère de la Cathédrale. La Maison Diocésaine a, comme toujours, hébergé des dessinateurs, des scénaristes, des journalistes et autres professionnels venus spécialement pour ce festival.
Ces deux lieux permettent rencontres, échanges et réflexions : des idées de BD, naissent parfois lors de ces rencontres, comme cela a été le cas pour l’album de BRUNOR et Jean François CELLIER.

Médiatisation :

Les représentants d’horizons les plus divers de la presse se sont fait l’écho de la BD Chrétienne. En voici quelques exemples :

FR3 Poitou Charente a diffusé le 29 et le 31 décembre 2016 une interview sur le Prix de la BD Chrétienne.
Dés le 3 décembre 2016, RCF Charente a annoncé le Prix choisi la veille par le jury réuni à Paris. Puis les ondes de RCF ont diffusé nombre de reportages et d’interviews réalisés avant et pendant les quatre jours du Festival.
Des étudiants en BTS Communication du lycée Marguerite de Valois d’Angoulême, ont réalisé un petit documentaire sur le Festival « Off ».
Le Courrier Français y a consacré une large part de ses éditions du 23 janvier et du 3 février.
Le journal La Croix a consacré une page à ROBIN, alias Pascal GINDRE, auteur primé en 2016 et en 2017.
Le journal La vie Charentaise a publié un très bel article sur le Prix de la BD dans son numéro du 3 février 2017.
Outre les différents médias, Facebook et surtout Twitter ont également relayé et commenté nos manifestations.

Conclusion :


La BD chrétienne à Angoulême, mène une action unique. Son souci d’ouverture, son partenariat étendu et son originalité, drainent chaque année des milliers de visiteurs les plus divers, croyants ou non, simples curieux ou lecteurs avertis.
L’équipe œcuménique a toujours la volonté de :
• Promouvoir un autre visage de la Bande Dessinée et à travers elle, annoncer les valeurs évangéliques.
• Tracer un trait d’union entre Culture et Foi, comme cela se vit dans d’autres festivals (Aix, Cannes, Avignon, etc.….)
• Contribuer au mieux à la réussite du FIBD qui mérite l’appoint de toutes les énergies.
Ces principes seront aussi ceux du 32ème Festival de la BD chrétienne en 2018.

De cette édition 2017, si l’on devait retenir une image, ce serait celle de notre ami Sean O’Brien projetant le dessin d’une église sur la voute de la Cathédrale, pendant la messe du Festival. Puis, retournant son église, le dessin devenait un moulin pour moudre la Parole de Dieu, image souvent employée dans la symbolique romane, notamment à Vézelay.

Aujourd’hui, souhaitons que la Bonne Parole, passée à la moulinette de la Bande Dessinée, distille Paix, Amour et Fraternité !!!

Bernard BALUTEAU

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.