Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Assoiffes-de

Assoiffés de ...

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir

Dimanche 19 Mars 2017
3° dimanche de Carême année A
Saint Jean 4, 5-42
Homélie de Fr.Henri Revéreau, missionnaire de Ste Thérèse.


Assoiffés de ?

L’eau qui fait vivre (et ou) mourir....


Sous forme interrogative, ce titre « assoiffés de ? » est provocateur. Il nous invite à considérer l’importance de l’eau dans la vie humaine, végétale, animale. Nous avons besoin d’eau pour vivre. L’eau, source de vie peut également être cause de mort.

La Parole de Dieu de ce dimanche nous parle de l’eau ou en d’autres termes fait parler l’eau.
Voici Moïse dans la traversée du désert, en marche vers la terre Promise. Le peuple est assoiffé et se révolte, ce que nous comprenons. Alors Moïse prie Dieu et fait jaillir l’eau de la fente du rocher. Désaltérante, cette eau du désert symbolise aussi le chemin de liberté que suit le peuple Hébreux sorti de l’esclavage des Égyptiens.

L’eau est au centre de l’Évangile de ce dimanche.

Il est midi...

Il est midi au puits de Jacob ; Jésus est fatigué par la route et la chaleur accablante. Il a soif.
Arrive alors une Samaritaine qui vient puiser de l’eau, à l’heure de midi. Pour elle dont une mauvaise réputation la précède, c’est une heure où elle ne va pas être reconnue.
A sa grande surprise, un homme est assis sur la margelle du puits. C’est un Juif, un étranger que les Samaritains fuient, depuis une vieille histoire de schisme et de souillures païennes.
A l’image de cette femme aux cinq maris, la Samarie s’est prostituée en adorant les idoles et les faux dieux...

Jésus a soif...

Cet homme nommé Jésus a soif comme tout humain qui marche dans le désert sous le soleil brûlant de midi.
- « Donne-moi à boire » dit-il à cette femme qui vient puiser l’eau ».
Elle hésite un instant car elle est étrangère

- « comment, toi qui est Juif , tu me demandes à boire ? » Alors un jeu de questions et réponses s’établit entre eux. La Samaritaine en reste à l’eau du puits qu’elle n’aura plus besoin de venir puiser et Jésus veut la conduire à découvrir l’importance d’une autre eau :

« tout homme qui boira de cette eau, n’aura plus jamais soif ».

Jésus veut parler de la Parole de Dieu comme un don gratuit d’amour qui seul peut apaiser toutes les soifs.

Elle ne comprend pas ce genre de langage qui est celui de la vie intérieure
« l’eau que je donnerai deviendra en l’homme (en nous) source jaillissante de vie éternelle. »
« Donne-moi de cette eau qui jaillit de ton cœur, ô Messie désiré ! Et moi j’adorerai,
en vérité, en tous lieux de ce monde, détectant en notre siècle les sources
où vient sourdre l’eau vive de l’Esprit.
Alors, ma soif sera étanchée, ma faim apaisée.
Et je pourrai clamer à tous les échos de ton nom :
Jésus, Messie et Sauveur du monde. »

Jésus

  • ouvre le cœur de cette femme à la foi dans le vrai et unique Dieu que l’on peut adorer en place des faux dieux adorés par les Samaritains.
  • Sa rencontre avec Jésus fait d’elle un « disciple-missionnaire » qui laisse sur place la cruche de son passé peu glorieux. Elle court vers la ville en criant : « Venez voir un homme qui m’a dit mon passé. Ne serait-il pas le Christ ? » Ils sortirent de la ville et se dirigeaient vers Lui. »

La Parole de Dieu, les sacrements... source d’eau vive ...

A quel puits, à quelle source allons-nous puiser l’eau vie qui nous ouvre les portes de la vie éternelle ?

  • Chaque dimanche, et peut-être chaque jour, nous pouvons recevoir la Parole de Dieu : n’est-elle pas pour nos vies de chrétiens l’eau vive qui jaillit du cœur du Christ ?
  • Ou bien allons-nous puiser dans les eaux troubles de l’argent, de la course au profit, au toujours plus,à un rythme de vie qui ne nous laisse plus le temps de nous asseoir sur la margelle du puits afin d’y puiser l’eau de la vie de Dieu ? En plein midi de nos occupations, asseyons-nous un instant et puisons l’eau avec confiance , car « ce n’est pas le puits qui est trop profond, mais c’est la corde qui est trop courte... » la corde de notre écoute de la parole de Dieu, la corde de notre foi, de notre désir d’être désaltéré par l’essentiel. Avoir soif de l’essentiel dans nos relations avec les autres comme avec Dieu, c’est à dire avoir soif de rencontres qui nous désaltèrent ; Mais aussi, être nous-mêmes des sources auxquelles les autres peuvent venir se rafraîchir .
« Venez boire à la fontaine, au puits de la Samaritaine,
Venez boire aux sources vives,
des fleuves jailliront de vous.

Si vous saviez le don de Dieu
qui est Celui qui vous demande à boire,
vous lui demanderiez de l’eau,
et Il vous donnerait l’eau vive.

Si vous saviez le don de Dieu
qui est celui qui vous parle du Père,
vous viendriez pour l’écouter,
sa Parole, en vous serait vie.

Si vous saviez le don de Dieu
qui est Celui qui vous aime en vous-même,
vous Lui ouvririez votre cœur,
la vie renaîtrait de vos cendres.

Si vous saviez le don de Dieu,
qui est Celui qui vous donne la vie,
vous viendriez puiser en Lui
la vie dont vous rêvez pour vivre. »
(Georges Lefebvre)

Sur la route qui nous conduit au cœur du Christ d’où coulent l’eau et le sang, sur la Croix, et dans la joie du matin de Pâques où Le Ressuscité nous attend, allons puiser l’eau de l’amour de Dieu pour nous.

Soyons des porteurs d’eau de tendresse, de bonté, de miséricorde, de compassion, d’amour auprès de ceux et celles qui attendent d’être désaltérés par notre fraternelle amitié.

Avec Ste Thérèse et comme elle je vous souhaite d’avoir soif de Dieu :

« Mon Bien-aimé, mon Frère(Jésus), j’ai soif d’Amour(c’est Dieu)(Poésie 31)
« J’ai soif d’Amour, comble mon espérance » (Poésie 31)
« Mon cœur a soif des eaux de la vie éternelle » (Lettre 149)
« J’ai soif de me donner aux âmes » (Récréation puises, n° 2)
« la soif des âmes est entrée dans mon cœur »(Manuscrit A 46v°)

Frère Henri Revéreau, missionnaire de Ste Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Festi’jeunes 2017

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


allowfullscreen>

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Le rêve de Mgr.Gosselin


Denier du culte 2017

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil