Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Confiance-c-est-moi

Confiance, c’ est moi !

DIMANCHE 13 AOUT 2017
19° dimanche du temps ordinaire année A
St.Matthieu 14, 22-33


D’une rive à l’autre...

De la rive de la peur à celle de la confiance, c’est l’expérience des apôtres de Jésus ; N’est-ce pas aussi la nôtre ?

Aujourd’hui, ballottés par les vents contraires de l’individualisme, de l’incertitude face à l’avenir, des diverses compromissions, des guerres...l’Église, le monde, nous-mêmes, nous pouvons être partagés entre le doute et la foi, entre la peur et la confiance.

Le commentaire de cet évangile, du Père Alain Faucher , dans Magnificat, est suffisamment éloquent pour que je vous le transmette intégralement : « Tempêtes et discrétion de Dieu. »

« En situation d’urgence, qui s’énerve amplifie le problème. Pour trouver la solution, mieux vaut garder la tête froide ! L’Évangile et la première lecture le confirment. Nous ressemblons aux disciples : vagues et vents contraires nous empêchent de reconnaître Jésus au milieu des flots en furie. L’Évangile s’intéresse au comportement de Pierre, grand débutant dans la vie tumultueuse de croyant, homme de peu de foi.

Pierre vérifie l’identité de Jésus en suggérant un signe, la fermeté de son leader : « Ordonne-moi de venir vers toi. » Tant que Pierre se concentre sur l’invitation de Jésus, çà marche ou plutôt çà flotte. Mais quand, devant la force du vent la peur remonte et l’envahit, alors il commence à enfoncer, prêt à couler. L’appel au secours rétablit la situation. Pierre se laisse saisir par Jésus. Le vent tombe. Et le groupe des disciples partage un moment d’adoration : Vraiment, tu es le Fils de Dieu.

Dans les remous de notre vie, comme Pierre, nous laissons remonter nos peurs. Où est cette main tendue par Dieu, lorsque nous coulons ? Où est le Seigneur ?
- Dieu ne passe pas comme un ouragan, un tremblement de terre ou un feu.
- Dieu passe dans nos vies comme le murmure de la brise légère. En hébreu, on dit que Dieu était dans « le bruit d’un silence ténu ». Tout le contraire d’un feu d’artifice ! Apprenons à percevoir la discrétion divine. Ainsi le vent tombera, amour et vérité pourront se rencontrer, justice et paix s’embrasser. »

De la peur à la confiance...

  • Cette expérience évangélique c’est la nôtre chaque jour. C’est aussi celle de l’Église. Sur la mer de notre humanité, de nos diverses relations avec les autres, nous sommes en butte aux assauts du mal, semblables aux flots en furie. Nous repliant sur nous-mêmes nous risquons de couler.
  • Poussant ce cri « au secours », nous nous délestons de la prétention de nous en sortir tout seuls. Notre cri est appel confiant. La main secourable de Dieu nous est alors offerte par celle d’un proche, d’un ami...Une parole de soutien,d’encouragement suffisent souvent pour que l’on ne boive pas la tasse du découragement !...de la peur !...

Écoutons le murmure de la brise légère...

Si nous faisons taire le tumulte de nos vies, si nous chassons les démons de la peur qui hurlent aux portes de nos cœurs, alors
nous entendrons la voix de Dieu dans le murmure de la brise légère.
Une promenade dans les bois, une marche le long de la mer, un temps de repos dans notre jardin, au lever du jour ou le soir lorsque vient la nuit, un coucher de soleil, le regard de lumière d’une personne, l’écoute d’une musique, la rencontre d’une œuvre d’art...autant de chemins qui nous conduisent au rendez-vous de l’écoute de la voix divine, dans le silence ou le murmure de la brise légère : « parle, Seigneur, ton serviteur écoute. » « Écoute, écoute, surtout ne fais pas de bruit... »

« Écoute la voix du Seigneur, prête l’oreille de ton cœur... »

Que notre écoute de la voix de Dieu soutienne notre prière :


« Pour l’Église, souvent secouée de vents contraires,
demandons la confiance.

Pour les peuples touchés par la guerre,
demandons la paix.

Pour ceux qui font l’expérience de la présence de Dieu,
demandons une effusion de l’Esprit.

Pour les moines et les moniales qui se tiennent
sur la montagne comme Élie,
demandons la patience et l’espérance.

Pour les jeunes tentés par la violence,
demandons la force de la douceur.

Pour nous-mêmes,
demandons la charité et le sens de l’accueil. »

Seigneur, écoute notre prière
en venant à notre rencontre.
Amen !

Bonne semaine dans la joie de préparer nos cœurs
à la fête de l’Assomption de la Vierge Marie.

Frère Henri Revéreau
missionnaire de Ste Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

RCF fête ses 25 ans

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


allowfullscreen>

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France


Denier du culte 2017

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil