Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Croire-au-Dieu-de-la-Vie

Croire au Dieu de la Vie

DIMANCHE 1° JUILLET 2018 Année B
13° Dimanche du temps ordinaire
Saint Marc 5,21-43


CE QUE NOUS VOYONS dans cet évangile :


Jésus attentif à la demande d’un chef de la synagogue
Un chef religieux de la synagogue en prière de demande pour la guérison de sa fille
Une femme aux multiples hémorragies, avec un désir de toucher Jésus
Les disciples de Jésus , attentifs à protéger Jésus
Une foule agitée à la pensée que la jeune fille est morte
Nous constatons que la présence de Jésus en cet endroit, alors qu’il va d’une rive à l’autre, déplace les foules. Sa présence, ses paroles, ses gestes attirent.

Sommes-nous attirés par Jésus ? Sa présence dans l’Évangile, dans l’eucharistie nous déplace-t-elle ? Dans nos vies quotidiennes comment cherchons-nous à toucher Jésus ? Nous laissons-nous toucher par sa présence d’amour ?

CE QUE NOUS CROYONS  :

Nous croyons que Dieu ne veut pas la souffrance : « Dieu n’a pas fait la mort » nous dit le livre de la Sagesse en la première lecture de ce dimanche ( Sag 1,13-15)
Nous croyons que Jésus se laisse toucher par nos gestes et paroles de foi.
Nous croyons que la démarche du chef de la synagogue peut être la nôtre : intercéder auprès de Dieu pour quelqu’un qui souffre : prière d’intercession !
Nous croyons que Jésus peut saisir notre main et nous relever.
Nous croyons que nous sommes appelés à un acte de foi, d’espérance et d’amour, au cœur même de notre souffrance.
Nous croyons que la Parole de Dieu de ce jour nous éclaire sur notre comportement envers les malades et ceux qui souffrent.
Nous croyons « qu’à l’heure de l’épreuve la foi nous éclaire, et dans la souffrance et dans la faiblesse nous apparaît clairement que « ce n’est pas nous que nous prêchons, mais le Christ Jésus, seigneur » (2 Co 4,5)
Seigneur, augmente notre foi en ta présence, en ta vie dans nos vies.

CE QUI EST  :

« Le chrétien sait que la souffrance ne peut être éliminée, mais qu’elle peut recevoir un sens, devenir un acte d’amour, confiance entre les mains de Dieu qui ne nous abandonne pas et, de cette manière, être une étape de croissance de la foi et de l’amour. En contemplant l’union du Christ avec le Père, même au moment de la souffrance la plus grande sur la croix (St.Marc 15,34) le chrétien apprend à participer au regard même de Jésus. Par conséquent la mort est éclairée et peut être vécue comme l’ultime appel à la foi, l’ultime « sors de la terre » « Talitha koum, jeune fille , lève-toi », l’ultime « Viens » prononcé par le Père, à qui nous nous remettons dans la confiance qu’il nous rendra forts aussi dans le passage définitif.... /...la lumière de la foi ne nous fait pas oublier les souffrances du monde.../... la foi n’est pas la lumière qui dissiperait toutes nos ténèbres, mis la lampe qui guide nos pas dans la nuit, et cela suffit pour le chemin.../... à l’homme qui souffre, Dieu ne donne pas un raisonnement qui explique tout, mais Il offre sa réponse sous la forme d’une présence qui accompagne.../ la présence du Christ qui, ayant supporté la souffrance, « est le chef de notre foi et la porte de la perfection.(He 12,2)... :... Dans l’unité avec la foi et la charité, l’espérance nous projette vers un avenir certain../... ne nous laissons pas voler l’espérance... » ( Pape François dans l’Encyclique « la lumière de la foi » les paragraphes 56-57, pages 78-80, Editions Salvator.

Que le partage de ce texte du Pape François, que je fais mien, vous aide à recevoir l’évangile de ce dimanche comme une Bonne Nouvelle, la nouvelle que Dieu ne veut pas la mort mais la vie . Alors Choisissons la vie , et aidons-nous les uns les autres , soutenons-nous les uns les autres lorsque des souffrances viennent habiter nos cœurs, nos corps, notre intelligence, nos facultés, notre foi !

Cherchons comment être des veilleurs attentifs à ceux qui souffrent... et des éveilleurs, des guetteurs de l’aube nouvelle dans nos nuits de doutes, de peurs, de découragement...

Avec le Pape François, « tournons-nous vers Marie, Mère de l’Église et Mère de notre foi, en priant :
Ô Mère, aide notre foi !
Ouvre notre écoute à la Parole, pour que nous reconnaissions la voix de Dieu et son appel. Éveille en nous le désir de suivre ses pas, en sortant de notre terre et en accueillant sa promesse.
Aide-nous à nous laisser toucher par son amour, pour que nous puissions le toucher par la foi.
Aide-nous à nous confier pleinement à Lui, à croire en son amour, surtout dans les moments de tribulations et de croix.
Sème dans notre foi la joie du ressuscité. » Amen !

Je vous souhaite une très belle semaine dans la lumière de Jésus vivant, vainqueur du mal.
Frère Henri Revéreau, missionnaire de sainte Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil

Equipe EAP


-