Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Deces-de-l-Archimandrite-Barsanuphe
        Décès de l’Archimandrite Barsanuphe

Décès de l’Archimandrite Barsanuphe

l’Archimandrite BARSANUPHE est décédé le samedi 20 octobre 2018. Il était le fondateur du monastère de l’icône de la Mère de Dieu de Korssoun, à Grassac, en Charente.


Grande figure de l’Église orthodoxe russe en France (Patriarcat de Moscou) et de l’interreligieux, l’Archimandrite BARSANUPHE est décédé le samedi 20 octobre 2018. Vice-Président de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix - Section française, Président du Collectif Interreligieux Multilatéral pour la Paix (CIMP), créateur du Centre de Rencontres Interreligieuses Multilatérales pour la Paix (Grassac, Nouvelle Aquitaine), Higoumène du skit du Saint Esprit (Yvelines) et fondateur du monastère de l’icône de la Mère de Dieu de Korssoun (Charente) et de celui de l’icône de la Mère de Dieu de Znaménié (Cantal), le Père BARSANUPHE a été un travailleur infatigable au service de l’Eglise et de la tradition monastique orthodoxe. Il est aussi connu depuis vingt-cinq ans pour son engagement en faveur de la Paix.
Né en 1935 à Paris de parents français, ancien élève des Beaux Arts de Paris, le Père Archimandrite BARSANUPHE a été fait moine au skit du Saint Esprit, en 1964 lors de la Fête de la Transfiguration, par son père spirituel, le Métropolite ANTOINE de Souroge, lui-même disciple de l’Archimandrite ATHANASE (Netchaïev), venu du monastère de Valaam (Nord-Ouest de la Russie) à Paris, dans les années 1920. Par cette filiation, le Père BARSANUPHE a perpétué la tradition monastique de Valaam.
A son arrivée au skit du Saint Esprit, sous l’higouménat de l’Archimandrite SERGE (Chévitch), il a vécu avec le grand moine iconographe, Père GRÉGOIRE (Kroug) - qui a réalisé, dans l’église du skit et dans beaucoup d’autres lieux, une œuvre d’une évidente beauté ancrée dans la tradition byzantine -, et il a veillé sur ce dernier jusqu’à sa mort en 1969 et obtenu l’autorisation préfectorale de l’inhumer au chevet de l’église.
Par la suite, le Père BARSANUPHE a poursuivi sa vie au skit avec les pères JEAN CLIMAQUE, HILARION et BASILE.
Au fil des années, il a enrichi l’architecture de l’église du skit, commencée en 1934 par le Père Archiprêtre André SERGUIENKO. Il a construit la coupole sur l’abside, le narthex, le clocher, et édifié pour la célébration du Millénaire du Baptême de la Russie en 1988, le baptistère et le porche.
Le skit du Saint Esprit a, le 9 juin 2014, reçu du ministère de la Culture le label « Patrimoine du XXe siècle », en présence de Monseigneur NESTOR, Évêque du diocèse de Chersonèse (Patriarcat de Moscou) en France.
Au cours de sa vie, le Père BARSANUPHE a reçu de nombreuses personnes, venues pour des entretiens spirituels. Par ailleurs, il a contribué à la renommée de ce lieu monastique en accueillant lui-même de nombreux visiteurs.

Durant ses cinquante-quatre années de vie monastique, l’Archimandrite BARSANUPHE a engendré spirituellement des personnes de tous horizons. Et il a été un inlassable bâtisseur de lieux monastiques et d’églises orthodoxes en France.
Pour répondre à la vocation monastique de jeunes filles, le Père BARSANUPHE a fondé deux monastères féminins : en 1987, le monastère de l’icône de la Mère de Dieu de Korssoun, à Grassac, en Charente, et en 1988, le monastère de l’icône de la Mère de Dieu de Znaménié, à Marcenat, dans le Cantal. Il a dessiné les églises de ces deux monastères dans le pur style byzantin russe.
Il a animé l’atelier d’icônes des moniales de ces monastères et a publié, en 1999, Icônes et fresques du Père Grégoire et Le Père Grégoire, moine iconographe du skit du Saint Esprit ainsi que, en 2015, Icônes et vies de trente saints moines russes. Il a également publié des Vies de Saints et plusieurs ouvrages et articles sur les icônes et les lieux monastiques.
Il a beaucoup œuvré pour la paroisse de Vanves (Hauts-de-Seine), dont il était vicaire, notamment par la reconstruction de l’église de la Sainte Trinité et la création de l’église des Nouveaux Martyrs et Confesseurs de Russie.
Au total, le Père BARSANUPHE a conçu, dessiné et bâti une dizaine d’églises orthodoxes un peu partout en France et aménagé et équipé huit églises domestiques aujourd’hui disparues.

L’Archimandrite BARNANUPHE s’est engagé dans le travail pour la Paix. Ancien membre du GAIC (Groupe d’Amitié Islamo-Chrétienne), actuel vice-président de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (CMRP France), il a œuvré dans l’interreligieux et multiplié rencontres et actions pour la recherche de la Paix. En 1998, il a été élevé au titre de Délégué diocésain aux relations interreligieuses par son évêque Monseigneur GOURY (Chalimov) et envoyé pour le représenter au grand rassemblement interreligieux de Bucarest organisé par la Communauté chrétienne de Sant’ Egidio. La même année, le 27 octobre 1998, date anniversaire de la première Rencontre d’Assise pour la Paix, il a inauguré la série des Rencontres Interreligieuses de Doumérac, dans le Centre de Rencontres Interreligieuses Multilatérales pour la Paix qu’il a créé en Nouvelle Aquitaine.
En 2005, le Patriarcat de Moscou l’a décoré de l’ordre de Saint Serge de Radonège au titre de son service pour l’Eglise et de son travail fructueux pour promouvoir la Paix.

Par ailleurs, c’est dans un esprit d’ouverture sur le monde d’aujourd’hui et de demain que le Père BARSANUPHE, membre de plusieurs associations artistiques, a créé en 1992 l’association « l’Art dans la cité l’Art dans le hameau », pour permettre à des personnes en situation d’exclusion de découvrir une forme de beauté, la peinture abstraite construite.

Tout au long de sa vie, il a été donné à l’Archimandrite BARSANUPHE de faire fructifier la fidélité à une tradition millénaire, dans un esprit de discernement respectueux de tous et de chacun.

FUNÉRAILLES ET INHUMATION

L’office des funérailles de l’Archimandrite BARSANUPHE sera présidé par Monseigneur NESTOR à la Cathédrale orthodoxe de la Sainte Trinité (1 Quai Branly, Paris 7e), le mercredi 24 octobre 2018,
de 9 heures à 12 heures.

L’inhumation aura lieu le jeudi 25 octobre 2018 à 14h30 au Monastère de l’Icône de la Mère de Dieu de Korssoun (hameau de Doumérac, 16380 Grassac), fondé par le Père BARSANUPHE.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les doyennés et paroisses



Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda


-