Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Dimanche-15-Octobre-2017-28eme-Dimanche-du
          Heureux les invités au repas du Seigneur.

Heureux les invités au repas du Seigneur.

Dimanche 15 Octobre 2017
28ème Dimanche du Temps ordinaire
Saint Matthieu 23, 1-10


« Heureux les invités au repas du Seigneur ! »

Jésus nous invite.

Chaque fois que nous participons à la messe, le repas du Seigneur, nous sommes invités à communier :

« Heureux les invités au repas du Seigneur ! »

L’important est donc d’entendre l’invitation et d’y répondre avec joie et empressement :

- « Est-ce que nous le désirons vraiment ? Nous sentons-nous intérieurement poussés à le rencontrer ? »
- Lorsque nous allons communier, quelle attitude intérieure nous habite ?
- Faire comme tout le monde ?
- Satisfaire une habitude ?
- Nourrir notre vie de foi en vue de mieux vivre en communion avec les autres dans la vie quotidienne ? Car que voudrait dire communier au Corps du Christ, si dans notre quotidien, nous ignorions les autres, si nous vivions en individualistes ?

Rappelons-nous la parole de Jésus :

« Celui qui dit aimer Dieu et qui n’aime pas son frère, est un menteur. »

Cette page d’évangile nous invite donc à une conversion de nos habitudes, à un renouvellement de notre adhésion au Christ, pain de Vie.
Pour autant, avant de communier nous disons cette prière :

« Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, Mais dites seulement une parole et je serai guéri »

Cette prière n’est pas l’expression d’un non-recevoir, d’un non-accueil de Celui qui veut venir en nous. Cette prière est la reconnaissance de notre petitesse, mais aussi de notre confiance :

« Dis seulement une parole et je serai guéri ! »

Notre réponse à l’invitation …

L’évangile nous montre des invités qui déclinent l’invitation au repas de noces.
Ils ont tous de bonnes raisons : l’un doit aller à son champ, l’autre à son commerce, d’autres « empoignent, maltraitent et tuent les serviteurs. »

A la lecture de ce texte, de ces réactions,
-* Posons-nous la question au sujet de notre disponibilité à notre réponse à l’invitation ! Là, je pense à la célébration dominicale qui rassemble, normalement, les chrétiens qui sont tous des invités au repas du Seigneur.

  • Ne nous donnons-nous pas de bonnes raisons d’être absent à la messe ?... le travail qui appelle, les amis que l’on attend pour le repas de midi... la sortie détente prévue de longue date...la paresse liée au dimanche matin où on peut faire la grasse matinée...et, sans doute, d’autres raisons qui nous dispensent de répondre à l’invitation que nous adresse le Seigneur : « HEUREUX LES INVITES au repas du Seigneur ! »

Remarquons que dans l’évangile de ce dimanche le maître qui invite n’en reste pas à ces divers refus. Il envoie ses serviteurs sur les places :

"Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce. »

Quelle audace ! Et quelle joie pour ce maître de la noce de voir que :

« La salle de noces fut remplie de convives. »

Cette attitude est missionnaire. Elle nous appelle, à regarder au-delà des pratiquants habituels.

- Regardons autour de nous, dans nos villages, nos rues, nos immeubles, nos quartiers… si une personne attendait notre invitation ! une place dans notre voiture !...
Audace missionnaire ? Désir de faire participer d’autres personnes à ce repas de noce qu’est la messe ?

Et si nous entendions cet évangile comme un appel à la conversion ?

Sortir de nos cercles de relations habituelles pour aller « aux périphéries existentielles » selon une expression du Pape François.
Chacun de nous entendra la Parole de Jésus, en cet évangile,
AVEC HUMILITE, RECONNAISSANCE, et APPEL à devenir disciple-missionnaire :

« ALLEZ DANS LE MONDE ENTIER, DE TOUS LES PEUPLES, FAITES DES DISCIPLES, ALLELUIA ! »

Et maintenant, entrons dans la prière :

Seigneur, fais nous comprendre
que c’est la foi qui ouvre
la porte du repas de noce.
Seigneur donne-nous de croire
que la foi sans l’amour
ne permet pas à la porte
de s’ouvrir.

Avec le pape Benoît XVI,
que l’Esprit Saint nous aide
à croire que
« la communion eucharistique
requiert la foi,
mais que la foi requiert l’amour,
autrement elle est morte aussi comme la foi. »

Seigneur,
que la béatitude
« Heureux les invités au repas du Seigneur »
nous soit source de joie, de paix.

Que notre réponse nous engage de plus en plus
à être des artisans de paix
et de communion fraternelle. Amen !

Frère Henri Revéreau Missionnaire de sainte Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda
octobre 2017 :

septembre 2017 | novembre 2017


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil

Equipe EAP