Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Dimanche-30-septembre-2018-26eme-dimanche-TO-B
            Dimanche 30 septembre 2018 : 26ème dimanche TO B

Dimanche 30 septembre 2018 : 26ème dimanche TO B


La Parole de Dieu nous fait lever le nez et ouvrir les oreilles. Elle nous invite à accueillir l’Esprit là où on ne l’attend pas, chez celui qui ne nous suis pas, voire qui apparemment n’est pas « avec nous », et à faire attention à chacun de nos frères.


« Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tous son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit en eux ! » Cette dernière phrase de la lecture du livre des Nombres me fait penser à la citation du livre du prophète Joël, que le pape François utilise depuis presque deux ans à propos du Synode sur « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » : « « Après cela, je déverserai mon Esprit sur tout être humain ; vos fils et vos filles prophétiseront, vos vieillards auront des rêves, et vos jeunes gens des visions » (Joël 3, 1). Ce Synode va s’ouvrir cette semaine, jeudi, jusqu’au 28 octobre. Les jeunes du monde entier – et ceux de Charente aussi – ont participé aux travaux préparatoires et ont pris la parole pour exprimer leur vision du monde, de l’Église, ce qu’ils attendaient de l’Église, comment ils y voyaient leur place. Ce sera désormais aux évêques de discerner avec le pape les transformations et les conversions à opérer avec toute l’Église pour que toutes les générations puissent vivre leur vie chrétienne. Mais les jeunes n’ont pas été en reste et on peut compter sur eux pour vérifier que leur parole sera bien entendue et respectée.
Je prends cet exemple pour illustrer les textes de ce jour parce que ces jeunes, justement, sont ceux qu’on dit « ne pas voir à la messe », qu’on dit « déserter la religion », qu’on trouve « sans repère ». Ce sont ces jeunes, tous les jeunes – et pas seulement les catholiques baptisés pratiquants – que le pape a voulu solliciter pendant 1 an et demi. Parce que « vos fils et vos filles prophétiseront, parce que les jeunes gens ont des visions », dit le prophète Joël, parce que même Eldad et Médad, qui ne sont pas partis avec les 70 anciens auprès de Moïse, prophétisent en ayant reçu l’Esprit, parce que « quelqu’un qui n’est pas contre Jésus est pour Jésus », quelqu’un qui n’est pas contre l’amour ou qui agit par amour, ne peut pas être un adversaire. Ces jeunes qui, parfois du dehors de l’Église, appellent l’Église à sortir d’elle-même et de ses fonctionnements pour aller les rejoindre là où ils sont. Permettez-moi de citer quelques passages du document issu du « pré-synode » des jeunes, une rencontre de 300 jeunes des 5 continents invités par le pape en mars dernier pour qu’une parole claire puisse être adressée aux pères synodaux. Je cite donc les jeunes eux-mêmes : « Les jeunes ont besoin qu’on leur fasse confiance pour diriger, prendre des décisions et être acteur de leur propre chemin spirituel. Ce n’est pas seulement imiter leurs aînés mais réellement prendre la mesure de leurs responsabilités et de leur mission, vivre pleinement […] Nous souhaitons que l’Église nous rencontre dans les lieux divers où elle est actuellement peu ou pas présente. Avant tout, la place où nous souhaitons que l’Église nous rencontre est la rue, où toutes les personnes se trouvent. L’Église doit essayer d’être créative dans les nouvelles manières de rencontrer les gens là où ils sont à l’aise et où ils sortent : bars, café, parcs, salles de sport, stades et n’importe quel lieu de culture populaire. Une attention particulière doit être donnée aux lieux où l’accès est plus difficile, comme les bases militaires, les lieux de travail ou les zones rurales. Comme ces environnements, nous avons besoin de la lumière de la foi dans des lieux plus difficiles : orphelinats, hôpitaux, quartiers défavorisés et difficiles, régions ravagées par la guerre, prisons, centres de réinsertions. » J’arrête là la citation. Mais nous entendons cet appel vibrant à nous mettre à l’écoute de tous ceux qui ont des choses à dire, à nous mettre à l’école de tous ceux qui s’engagent déjà pour plus d’humanité, à découvrir la vision de tous ceux qui croient, même différemment de nous. A écouter ce que disent les prophètes de tous bords, même ceux qui ne seraient pas repérés ou estampillés « catho ».
C’est alors que la deuxième partie de l’Évangile prend tout son sens. Ce passage où l’on pourrait vite finir en petits morceaux à force de découper les membres de notre corps qui nous auraient entraînés au péché. Évidemment, il ne nous viendrait pas à l’idée de prendre à la lettre cette page d’Évangile ! Mais elle est un appel à prendre soin de tous les membres de notre Corps, du Corps que nous formons, du Corps du Christ ressuscité. Prendre soin de tous les membres, et peut-être d’abord des plus faibles, des plus fragiles, de ceux qui pourraient chuter en premier. Ces membres seraient-ils loin des règles ecclésiastiques, ou loin des « pratiques religieuses », ou loin des conventions de la foi chrétienne. Un membre est un membre, et nous voilà solidaires les uns des autres. Solidaires pour entrer dans la vie éternelle, qui est cette vie en Dieu ici et maintenant, cette vie de bonheur et de paix que je ne peux expérimenter pleinement tant que mon frère est encore dans la tristesse ou le malheur. Car tout le Corps est concerné à chaque instant, tous les membres du même Corps ne peuvent qu’être soucieux les uns des autres.
Nos expériences paroissiales veulent déjà expérimenter cela : la table ouverte que nous avons vécu ce midi est un lieu réel de solidarité et d’attention entre des membres parfois si éloignés les uns des autres. Et il y a tant d’autres lieux où nous pouvons faire l’expérience que l’Esprit dépasse largement toutes nos catégories et nos frontières humaines ! Au travail, dans nos familles, dans nos lieux d’engagements.
La Parole de Dieu nous fait lever le nez et ouvrir les oreilles. Elle nous invite à nous réjouir de tout ce qui est bon, plutôt que de râler de tout ce qu’on trouve qui ne va pas. Elle nous invite à accueillir l’Esprit là où on ne l’attend pas, chez celui qui ne nous suis pas, voire qui apparemment n’est pas « avec nous », et à faire attention à chacun de nos frères. Voilà de belles invitations pour nos communautés paroissiales, pour notre doyenné qui se lance dans l’aventure des « axes missionnaires », pour notre diocèse qui cherche à devenir toujours plus missionnaire.
Amen.

Benoit Lecomte

Livre des Nombres 11,25-29.

En ces jours-là, le Seigneur descendit dans la nuée pour parler avec Moïse. Il prit une part de l’esprit qui reposait sur celui-ci, et le mit sur les soixante-dix anciens. Dès que l’esprit reposa sur eux, ils se mirent à prophétiser, mais cela ne dura pas.
Or, deux hommes étaient restés dans le camp ; l’un s’appelait Eldad, et l’autre Médad. L’esprit reposa sur eux ; eux aussi avaient été choisis, mais ils ne s’étaient pas rendus à la Tente, et c’est dans le camp qu’ils se mirent à prophétiser. Un jeune homme courut annoncer à Moïse : « Eldad et Médad prophétisent dans le camp ! » Josué, fils de Noun, auxiliaire de Moïse depuis sa jeunesse, prit la parole : « Moïse, mon maître, arrête-les ! » Mais Moïse lui dit : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux ! »

Psaume 19(18),8.10.12-13.14.

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables :

Aussi ton serviteur en est illuminé ;
à les garder, il trouve son profit.
Qui peut discerner ses erreurs ?
Purifie-moi de celles qui m’échappent.

Préserve aussi ton serviteur de l’orgueil :
qu’il n’ait sur moi aucune emprise.
Alors je serai sans reproche,
pur d’un grand péché.

Lettre de saint Jacques 5,1-6.

Vous autres, maintenant, les riches ! Pleurez, lamentez-vous sur les malheurs qui vous attendent. Vos richesses sont pourries, vos vêtements sont mangés des mites, votre or et votre argent sont rouillés. Cette rouille sera un témoignage contre vous, elle dévorera votre chair comme un feu. Vous avez amassé des richesses, alors que nous sommes dans les derniers jours ! Le salaire dont vous avez frustré les ouvriers qui ont moissonné vos champs, le voici qui crie, et les clameurs des moissonneurs sont parvenues aux oreilles du Seigneur de l’univers. Vous avez mené sur terre une vie de luxe et de délices, et vous vous êtes rassasiés au jour du massacre. Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué, sans qu’il vous oppose de résistance.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,38-43.45.47-48.

En ce temps-là, Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. » Jésus répondit : « Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous. » Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense.
« Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas. Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds. Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.




-