Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Echos-de-la-rentree-de-la-Pastorale-Sante-du-6-octobre-2018
        Echos de la rentrée de la Pastorale Santé du 6 octobre 2018

Echos de la rentrée de la Pastorale Santé du 6 octobre 2018

Présentation du service de la Pastorale Santé et résumé de l’allocution de Mgr Gosselin autour de l’Eucharistie et du geste de porter la communion.


- Présentation de la nouvelle équipe diocésaine :

* Danielle Landreau pour le secrétariat
* Alain Brigand, comme responsable des aumôneries ( RDAH)
* Bruno Lemaire, comme responsable de la pastorale pour les personnes en situation de handicap (RDPH)
* Nicole Brillet, comme déléguée diocésaine ( DDPS)
* Pour le Service Evangélique des Malades ( SEM) il n’y a pas de responsable diocésain, mais un délégué par doyenné, va se mettre en place dans l’année, ce qui constituera une cellule SEM de 5 membres pour le niveau diocésain, (ce qui ne supprime pas les responsables actuels de paroisses quand il y en a).


La plaquette de la Pastorale Santé présente les différents secteurs avec ses responsables respectifs et leurs emails ou téléphone réactualisés. Elle est à diffuser largement.

Téléchargez la plaquette de la Pastorale Santé 2018

- Orientations diocésaines  :
Les acteurs de la Pastorale Santé mettent progressivement en œuvre les Orientations Diocésaines dans les 5 Doyennés. Tout doit se faire en lien et en accord avec le Doyen ou le prêtre ou le diacre chargé de cette mission dans le doyenné.


Résumé de l’intervention du Père Evêque, autour de l’Eucharistie et du geste de porter la communion.

Recevoir l’Eucharistie, n’est pas la pratique d’un rite individuel mais c’est participer au grand mouvement eucharistique qui est à la source de notre foi, à savoir : Jésus s’offre au Père et Dieu se donne au monde par Jésus et dans l’Eglise pour établir la communion. C’est dans ce grand mouvement d’offrande au Père et de don de Jésus au monde que se situent, en Eglise, l’attitude de celui qui demande la communion et la démarche de celui qui va porter la communion au malade. Notre foi catholique nous fait reconnaître dans le pain consacré Jésus ressuscité. De sa présence découlent notre attitude intérieure, notre déplacement de l’église au malade, la célébration avec le malade.

Comme nous le disons à chaque messe, nous ne sommes pas dignes de le recevoir... et pas davantage de le porter et de donner la communion... Pourtant nous pouvons être appelés à le faire à certaines conditions et c’est une grâce, une belle mission. Ce n’est pas une « activité » qui découle d’une générosité ou d’un quelconque mérite personnel, c’est une mission pour laquelle on est appelé et envoyé. Cette mission se vit en lien avec le prêtre du secteur et l’Eglise diocésaine et universelle.

Aller porter la communion se vit dans la prière, comme à l’église.

• de l’église au malade
Le mieux est de pouvoir vivre un rite d’envoi pendant la célébration eucharistique, si possible visible par la communauté, qui manifestera cette communion de l’assemblée avec nos frères malades.
(Lorsque le prêtre voit quelqu’un qu’il ne connaît pas se présenter avec une custode, le prêtre demandera à rencontrer cette personne.... des intentions malveillantes peuvent exister, comme des profanations.) Celui (ou celle) qui porte la communion donnera les hosties dans la journée, pour éviter la création de « tabernacles sauvages » ! S’il y a un temps avant de rencontrer le malade, le Saint Sacrement sera gardé de manière digne et respectueuse à la maison.

• donner la communion :
Si Dieu est là présent sous l’apparence du pain, chaque signe a son importance pour le signifier et le mettre en valeur : bougie, fleur, nappe…. Ces éléments aident à vivre cet évènement liturgique. Une lecture brève de la Parole de Dieu a toute sa place en fonction de l’état du malade, comme le notre Père et les prières avant la communion
Tout doit être vécu en fonction des capacités physiques et psychologiques de la personne. La personne qui reçoit la communion est-elle prête ? Si elle est gravement malade, est-elle consciente de ce qui se passe ? il faut bien sûr demander dans certains cas à l’équipe soignante son autorisation. L’homme est un mystère et nous n’avons pas à être les douaniers de la grâce de Dieu.

En retour, il ne faut pas hésiter à manifester au malade que la communauté compte sur sa prière et on peut lui donner des intentions précises. En effet, il est important de faire prendre conscience à la personne isolée, malade qu’elle est un membre à part entière de la communauté ecclésiale. Leurs prières rejoignent celle des frères et c’est ensemble que nous nous encourageons à accueillir la sainteté que Dieu nous donne, en particulier dans l’Eucharistie. Le mystère de la Visitation est le modèle pour le Service Evangélique des Malades, car comme Marie, il invite ses membres à aller porter le Sauveur !

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Pastorale de la Santé
226 rue de Bordeaux
16021 Angoulême
+335 45 91 34 44
Pastorale de la santé

Déléguée diocésaine
Pastorale de la santé

Responsable PPH
Bruno LEMAIRE
06 95 96 78 19
Responsable SeM
Sr Eve-Marie LAMBERT
05 45 22 24 88
Aumônier

Correspondant "fin de vie"
Véronique LEFLOCH
06 81 49 28 73

Agenda



-