Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Echos-du-conseil-presbyteral-des-28-29-mai-2013
        Échos du conseil presbytéral des 28-29 mai 2013

Échos du conseil presbytéral des 28-29 mai 2013

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir

La session des 28 et 29 mai aura été dense. Douze heures effectives de réflexion, de prière, de partage et de discernement sur des sujets aussi variés que la sacramentalité de l’Église, l’accompagnement des funérailles, la pastorale des jeunes, l’appel, le sacrement de réconciliation, la crise économique et les précarités,... le tout avec sérénité, écoute, fraternité, et dans une grande confiance malgré la gravité de certaines questions.


La sacramentalité de l’Église vécue lors de l’accompagnement des funérailles et que nous pourrions vivre également lors d’assemblées sans prêtre, a souligné l’importance de la prière. L’échange, riche, a fait jaillir ce qu’il est toujours bon de se rappeler : la prière est une part essentielle de la vie chrétienne. Et d’entendre alors l’appel à apparaître davantage comme une Église qui prie et qui invite à prier, et toujours davantage à l’écoute de la Parole de Dieu. Une Parole de Dieu à prise pour ce qu’elle est réellement dans tous les temps de prière que nous connaissons (temps d’adoration, soirée louange, liturgie des heures, etc).

Mme Francette Gaillard a recueilli la parole des prêtres et enrichi de leur point de vue la réflexion actuellement en cours sur le projet diocésain de pastorale des jeunes. L’occasion de rappeler la richesse des pélés, rassemblements et temps forts, mais aussi d’appeler à faire des liens entre vie paroissiale ordinaire et propositions pour les jeunes. Non pas d’abord en attendant que les jeunes viennent à la messe, mais en se demandant ce que les paroisses peuvent apporter aux jeunes, et comment elles peuvent répondre à certains de leurs besoins ou envies. Et de réfléchir aux contenus des propositions pour que la foi chrétienne devienne structurante pour les jeunes, et qu’elle les rejoignent jusque dans leur diversité et leurs modes de vie.

La commission diocésaine réfléchissant à l’appel et aux vocations dans notre diocèse a pu discuter de la « culture de l’appel » à mettre en œuvre (synode de 2005). Par leur réflexion, le Père Baudouin de Beauvais et Jacques Bonnet, diacre, ont provoqué les prêtres à une sorte « d’examen de conscience » sur la façon de vivre la mission, et d’être appelant. Si la situation, notamment de l’appel au ministère de prêtre, est préoccupante et difficile à vivre parfois, le conseil a montré une grande confiance et souhaite que le document présenté crée des occasions pour tous de prendre des temps d’échange sur cette question, afin qu’elle soit portée par le plus grand nombre, et dans toutes dimensions de la vie des communautés.

Un tour d’horizon sur la pratique du sacrement de la réconciliation a permis de repérer des évolutions notables, tant dans la façon de le célébrer que dans les personnes voulant le recevoir. Si les célébrations communautaires connaissent un accueil moins favorable qu’auparavant, force est de constater que les demandes de confessions s’accroissent, et que bon nombre de personnes se présentent alors qu’elles n’ont jamais reçu ce sacrement, ou de longue date. Si la Parole de Dieu doit toujours éclairer nos vies et si le sacrement doit toujours être manifesté comme sacrement de l’Église, des soirées de prière, des temps d’adoration, ou une disponibilité réelle des prêtres permettront peut-être à un grand nombre de faire le pas et de plonger dans le mystère pascal en « demandant à Dieu une dose d’amour supplémentaire pour le répandre dans le monde. »

Le dernier sujet a porté le regard sur les situations de précarités vécues en Charente. Mr Jacques Sauquet, président d’Angoulême Solidarité, et Mr Pierre Ancelin, responsable du CCFD en Charente, ont su sortir des discours convenus sur la fraternité pour faire prendre conscience de la réalité que vivent trop de nos contemporains et des fragilités qu’ils connaissent. Là encore, les appels sont multiples : une meilleure coordination et connaissance des aides possibles seraient utiles, mais aussi une meilleure intelligence des mécanismes et des causes qui engendrent ces précarités devient nécessaire. Un chantier que pourra prendre en charge, avec d’autres, la formation permanente du diocèse, pour vivre toujours davantage et plus réellement la fraternité chrétienne.

P. Benoît Lecomte,
secrétaire du conseil presbytéral

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les doyennés et paroisses



Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda

Rendez-vous