Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Echos-du-conseil-presbyteral-du-19-novembre-2013
        Echos du conseil presbytéral du 19 novembre 2013

Echos du conseil presbytéral du 19 novembre 2013

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir

Deux sujets ont alimenté les échanges de cette session : la pastorale du baptême, et la suite de notre réflexion sur la sacramentalité, de l’exercice du ministère et de l’accompagnement des communautés chrétiennes


I. La pastorale du baptême
Les enjeux de cette réflexion sont rappelés par le P. Dagens :
- Un enjeu d’ordre pastoral : nous avons besoin de nous doter d’orientations communes concernant la pastorale du baptême (et de l’initiation chrétienne, jusqu’à la confirmation), En distinguant 3 catégories de personnes : les petits enfants, les enfants en âge scolaire (7 à 10 ans), les adultes. Et de nous réjouir d’être ainsi liés à l’accompagnement de la vie nouvelle et de la naissance.
- Un enjeu plus sociétal : redécouvrir que l’Église n’est pas seulement capable d’accompagner la mort (ce pour quoi elle est connue et reconnue), mais aussi capable d’accompagner la vie et la naissance.

Dans un premier temps, le P. Benoît Lecomte renvoie à des lignes fondamentales de la théologie du baptême. Les Pères Michel Granger et Bruno Hermann Bado font part ensuite de leurs expériences de l’accompagnement vers le baptême, et des questions qui y sont liées.
Les pratiques d’accueil, d’écoute, d’accompagnement, de célébration (au cours de la messe, en lien ou non avec l’eucharistie et la communauté,...) sont diverses. Les questions sont également nombreuses.

L’échange qui suit est riche. Plusieurs thèmes ressortent, qu’il faudra continuer de travailler et d’articuler ensemble :
Les exigences (vis-à-vis des parents, des enfants, des parrains et marraines...) : sortir d’une logique de « tout ou rien » ainsi que d’une logique marchande, revaloriser le rôle des parrains et marraines.
Le baptême et la foi : Comment la préparation au baptême peut ou doit être une occasion de pré-annonce de la foi ? Comment mieux articuler baptême, profession de foi et confirmation ? La mystagogie peut-elle aider des adultes à entrer davantage dans le mystère de la foi chrétienne, et aller jusqu’à une lecture priante de la Bible ? Quels contenus (de foi) aborder lors de l’accompagnement ou de la préparation des baptêmes (notamment les questions de la Création, du mal, de la résurrection de la chair, du pardon...) Quelle place à la Parole de Dieu lors des rencontres ?
Le rapport à la communauté chrétienne (lors de l’accueil, de l’accompagnement, de la célébration, et après)
Le baptême et la vie chrétienne : la façon dont le baptême nous invite à vivre d’une vie nouvelle au cœur même des réalités de notre société.

Des orientations communes n’auront pas tant pour objectif de donner des moyens ou des recettes, que de réfléchir à un chemin de pédagogie d’initiation pour entrer dans la foi chrétienne.

Quelques suites sont proposées pour continuer le travail :
Mettre en relief les échanges du point de vue fondamental
Reprendre les questions pastorales, les difficultés et les obstacles et l’état de nos pratiques.
Se nourrir des rencontres sur le baptême et le catéchuménat : catéchistes, préparation au baptême des tout-petits, catéchuménat des adultes et adolescents
voir avec qui travailler ces questions entre les sessions du conseil presbytéral
réfléchir au contenu à aborder dans l’initiation chrétienne, aux références écrites et communes pour ce contenu (Trinité, Création, Mal, Résurrection...).

Le bureau est chargé d’élaborer un document préparatoire pour le prochain conseil presbytéral : « Vers un texte de référence sur la pratique de l’initiation chrétienne ».

II. Suite de la réflexion sur la sacramentalité de la parole et de l’assemblée.
Au cœur d’une prise en charge commune de la mission à toujours déployer, comment relire et réviser nos pratiques pastorales, et l’accompagnement presbytéral des différentes réalités auxquelles nous sommes envoyés, dans toutes les dimensions du baptême ?

Pour introduire cet échange, il est rappelé que des prêtres aînés sont de plus en plus fragiles, même s’ils vivent encore de belles choses. Une autre manière de vivre le ministère apparaît, quand on n’est plus directement en charge de responsabilité... Malgré tout, les prêtres âgés ne peuvent pas remplacer toutes les absences des prêtres en responsabilité.

Dans le même temps, nous vivons de façon de plus en plus effective la prise en charge commune de la mission.
Ainsi, les membres du conseil presbytéral sont invités à voir non pas seulement ce qui bloque, mais ce qui apparaît, à partir de trois questions :
Réfléchir à nos pratiques : qu’est-ce qui se vit dans nos doyennés ?
Le visage de l’Église tel qu’il est aujourd’hui et comment se dessine-t-il ?
Au milieu de quelles réalités humaines à rejoindre ?

Les échanges en petits groupes sont riches. Il ressort de façon plus générale :

- Nous ne préparons pas l’avenir, nous vivons le présent. Il nous faut apprendre sans cesse à reconnaître ce que Dieu donne au milieu de nos pauvretés.
- L’importance du rassemblement liturgique, eucharistique ou non, est rappelé. C’est dans ce rassemblement liturgique que la communauté prend corps et se forme.
- L’importance de la confiance entre prêtres et laïcs dans des liens humains et pastoraux (en faisant attention à ce que les laïcs ne soient pas eux-mêmes submergés par les responsabilités ecclésiales)
- Apprendre à passer d’un ministère de l’action à un ministère d’encouragement, et d’encouragement à la simplicité et à la joie des relations. Une simplicité de relations qui est déjà une réponse au contexte économique et social.
- Apprendre à discerner ce que nous avons à faire. Ce discernement est à réaliser seul, avec d’autres prêtres, et aussi avec les laïcs, même s’il est difficile, mentalement, de passer d’un état de « catholicisme qui encadrait la société » à « des communautés vivantes dans la société ».

Une proposition est faite à l’issue de l’échange :
Que cet échange soit continué dans deux ou trois doyennés, en ville et dans le rural, sans rajouter de nouvelles réunions ou de nouveaux projets, mais en prenant ces questions en conseil pastoral de doyenné par exemple, pour voir émerger – et contempler - ce qui est en train d’apparaître (un travail de discernement, plus que d’action ou d’organisation).
Il ne s’agit pas tant de partir du visage d’Église qui apparaît, que des signes du travail de Dieu, de l’action de Dieu dans notre humanité, dans notre société, dans notre Église. Comment l’Église a-t-elle à voir les signes et à discerner les signes du travail de Dieu parmi nous ?
Dans le sens de ce travail, le conseil presbytéral pourra faire des propositions de travail de relecture pour aider des doyennés à contempler ces signes, et les réponses pourraient nourrir la réflexion du conseil presbytéral.

On aura intérêt à utiliser le texte «  Évangélisation, vie des communautés et vie et ministères des prêtres » pour continuer et partager cette réflexion.

Pour le conseil presbytéral,
Son secrétaire : le P. Benoît Lecomte

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les doyennés et paroisses



Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda

Rendez-vous