Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Entrer-dans-la-joie-de-Dieu

Entrer dans la joie de Dieu.

DIMANCHE 11 SEPTEMBRE 2016
24° Dimanche du temps ordinaire
ST.Luc 15,1-32
Homélie de fr.Henri Revéreau
Missionnaire de Ste Thérèse.


La joie de Dieu a trois visages...


... « trois visages pour une âme 
 », trois visages en forme de cœur, le cœur de Dieu Père... trois visages différents mais unis dans un même amour  :

  • le visage du berger à la recherche de sa brebis perdue...
  • le visage de la femme dans la joie de retrouver sa pièce d’argent...
  • le visage du père qui guette le retour de son jeune fils...

Ces trois visages sont ceux de Dieu. L’humanité de Dieu se révèle aussi bien chez le berger que chez la femme de cet évangile : leur joie est toute simple, comme peut être la nôtre lorsque nous retrouvons quelque chose que nous avons perdu. Leur joie manifeste aussi leur attachement :
- à sa brebis pour le berger qui aime sa brebis qui fait partie de son troupeau...
- à sa pièce d’argent pour la femme, car ce peut-être le fruit de son travail, ou bien un cadeau reçu d’une personne qu’elle aime !

En cette année de la Miséricorde Divine, avec le berger et la femme découvrons ou redécouvrons avec bonheur le visage de tendresse, d’amour de Dieu Notre Père.


Si nous sommes parfois cette brebis perdue
, ne nous décourageons pas, Dieu, le Bon Berger viendra nous chercher, nous prendre sur ses épaules, nous soigner, nous ramener au bercail qu’est l’Eglise, notre communauté chrétienne locale, parce qu’Il nous aime et qu’Il veut notre bonheur.
Si nous sommes comme cette pièce d’argent que la femme recherche parce qu’elle l’a perdue, laissons-là notre inquiètude, car notre Dieu est un chercheur. Comme le chante le psaume, « il scrute les reins et le coeur ». Oui, Il va nous chercher et sa joie sera grande de nous retrouver. Emerveillons-nous de ce que Dieu fait pour nous chaque jour.

  • Comprenons que Dieu nous aime le premier, sans aucune condition, gratuitement.
  • Découvrons aussi , peu à peu, « que la conversion de notre cœur est le meilleur moyen de rejoindre l’amour de Dieu. »
  • Et puis acceptons d’avoir besoin des autres, comme la brebis a besoin du berger, comme la pièce a besoin de la femme... et comme le fils prodigue de retour chez son père....
Et maintenant découvrons la parabole du fils prodigue.

C’est la troisième partie de l’évangile de ce dimanche, en Saint Luc 15,1-32.

Nous connaissons tous ce texte : un père avait deux fils... la vie de famille se passait normalement, comme dans nos familles d’aujourd’hui... chaque membre de la famille assurait, par sa présence, par son travail la cohésion familiale... jusqu’à ce jour où le plus jeune, en sa crise d’adolescence ou en désir de liberté, demande à son père sa part d’héritage et quitte la maison pour un pays lointain ! Que de jeunes , aujourd’hui sont en désir de découvertes, d’évasion, d’expérience de vie ailleurs, d’aventures !...
Mais la séparation d’avec la famille va mal tourner pour le jeune fils... Très vite il dépense tout et se retrouve à la rue, à mendier de quoi manger. Personne ne lui donne un morceau de pain ! Alors il réfléchit, il fait mémoire en son cœur des bons moments passés à la maison ,la mémoire de l’amour familial va le conduire à un retournement, une conversion : « je vais retourner chez mon père. » Plus encore sa situation l’aide à se reconnaître pécheur, à cause de cette rupture familiale : « je me lèverai, j’irai chez mon père, et je lui dirai : « Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils... »

Regardons le père...

Dans son commentaire du tableau de Rembrandt, le Père Baudiquey parle du père en ces termes : «  Il s’est usé les yeux à son métier de père...les vrais regards d’amour sont ceux qui nous espèrent... »
-Ce sont bien les yeux du père du fils prodigue qu’il nous faut regarder. Ces yeux scrutent l’horizon d’un retour. Ils sont illuminés par l’amour et l’espérance.
-Lorsque dans nos vies quotidiennes, nous regardons quelqu’un avec amour, nous exprimons en même temps l’espérance, celle de durer dans cette communion d’amour. Là, dans cet échange silencieux, les paroles ne sont pas nécessaires car « l’essentiel est invisible à nos yeux, on ne voit bien qu’avec le cœur. »
- En cet instant de la rencontre, l’amour se fait miséricorde, la miséricorde ouvre la salle du festin de fête, le vestiaire laisse voir le plus beau vêtement dont le jeune fils va être revêtu comme pour un baptême de renaissance... « il faut connaître misère pour découvrir la miséricorde ».

Qui que nous soyons, quel que soit notre itinéraire de vie, notre passé, notre péché, il y a toujours une regard d’amour qui nous espère pour nous, et des bras de douceur pour nous enlacer dans la tendresse d’un « ovale géniteur » qui nous fait renaître.

En cette année de la Miséricorde, que devons-nous faire ?


Écoutons les questions du pape François aux jeunes à Cracovie : 

  •  "As-tu senti se poser sur toi ce regard d’amour infini ? Ce regard qui, au-delà de tous tes péchés, limites, échecs, continue à te faire confiance et à considérer la vie avec espérance ?
  • Es-tu conscient du prix que tu as aux yeux de ce Dieu qui t’a tout donné par amour ? »

Oui, je me lèverai et j’irai vers mon Père.

« Pitié pour moi, mon Dieu , dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché,
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie moi de mon offense.
Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me reprends pas ton esprit saint.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.
Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ;
tu ne repousses pas, ô mon Dieu,
un cœur brisé et broyé. »
Psaume 50

Que chacun de nous prenne le chemin du cœur miséricordieux de Dieu !

Frère Henri Revéreau, missionnaire de Ste Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

RCF fête ses 25 ans

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


allowfullscreen>

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France


Denier du culte 2017

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil