Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Faire-la-joie-de-Dieu

"Faire la joie de Dieu"

Segonzac,homélie du 6 Mars 2016

4° dimanche de Carême année C
St.Luc 15, 1-3.11-32

FAIRE LA JOIE DE DIEU
Homélie de fr.Henri Revereau
Missionnaire de Ste-Thérèse


UN PERE AVAIT DEUX FILS....

Le texte de l’évangile de ce dimanche nous met en présence d’une parabole que Jésus emploie pour nous dévoiler le visage de Dieu notre Père, plein de tendresse et de miséricorde.

Regardons le Père

Dans un très beau tableau de Rembrandt, « le retour du Fis prodigue », le P.Paul Baudiquey parle du Père avec une poésie profonde et lumineuse : « le Père en Majesté inscrit sa majuscule au commencement de tout, voûté comme un arc roman, et de courbe plénière. Sa stature s’accomplit dans l’ovale géniteur qui rayonne au tympan . » En effet, le tableau nous montre le Père enlaçant son fils qui plonge dans ses entrailles comme pour renaître à la vie dont il a perdu la dignité dans une vie de débauche. Le visage du Père est tout en lumière, les yeux fermés, ce Père se penche sur son enfant qui revient. Il pose ses mains sur ses épaules décharnées : une main fine comme celle d’une maman pour signifier la tendresse ; une main plus forte pour exprimer la présence paternelle qui relève l’enfant abattu par la tristesse d’avoir gaspillé l’héritage reçu de son Père.
Si vous avez une icône de ce tableau de Rembrandt, alors suivez le commentaire que je vous partage en contemplant l’icône. Si vous n’avez pas cette icône, lisez mon commentaire une première fois avec l’évangile, puis fermez les yeux et laissez votre imagination peindre en vous tous les gestes du Père : le visage penché, les bras qui enlacent, les mains posées sur les épaules de son jeune fils... puis écoutez le silence de la rencontre : l’amour ne fait pas de bruit, mais l’amour fait naître et renaître ; l’amour accueille ; l’amour pardonne ; l’amour remet debout. « Son visage d’aveugle. Il s’est usé les yeux à son métier de Père...Oui, c’est lui, le Père qui a pleuré le plus. »
Dans l’évangile on voit ce Père venir au bout du chemin, guetter le retour de son fils ; Quand on aime vraiment, on attend, on guette, on scrute l’horizon parfois embrumé de nos doutes, de nos peurs, de nos jugements....

Regardons le jeune fils

Après un moment de vie où il s’est égaré dans des dépenses excessives, dilapidant tout son héritage, après une vie de débauche sur des chemins de traverse ; après une expérience douloureuse de domestique et de gardien des cochons ; après des moments où son ventre criait à la faim...Ce jeune de l’évangile rentre en lui-même et fait mémoire de la vie chez son Père . Il se décide au retour : « je vais retourner vers mon Père ; je lui dirai : « Père, j’ai péché contre toi, traite-moi comme l’un de tes ouvriers... » La mémoire de l’amour, la reconnaissance de sa faute lui ouvrent la porte de la conversion pour le mettre sur le chemin du retour...
Sans doute que la route a été longue, tumultueuse intérieurement, avec plein de questions « comment vais-je être accueilli ?...que vous dire les autres, mon frère aîné resté à la maison ?... » Mais la faim qui lui tenait au ventre, et surtout le désir de retrouver la chaleur de l’amour l’emporte sur la peur.
Regardons ce jeune fils arrivant à la maison : de loin son Père l’aperçoit, il court vers lui, l’embrasse tendrement : « mon fils qui était mort est revenu à la vie... » il ne lui parle pas de ce temps de rupture. Tous les gestes, toutes les paroles sont de communion et on va faire la fête.

Ce jeune arrive tout dépenaillé , le vêtement tout froissé et sale, les chaussures éculées , la tête rasée, le visage défiguré.
Par l’amour du Père cet enfant va renaître avec un vêtement de noce, des chaussures aux pieds, un anneau au doigt. Il est transfiguré ! Et la fête commence …

Regardons le fils aîné

Resté auprès de son Père, il a travaillé aux champs, dans une fidélité exemplaire sans doute ! Il a vécu près de son Père, avec son Père sans se poser de questions...Mais, lorsqu’il revient des champs, en entendant la musique, les cris de joie, il ne comprend pas ; il se révolte ; il a bien du mal à entendre son Père lui dire : « mon enfant , toi tu es toujours avec moi , et tout ce qui est à moi est à toi... » L’amour du Père est sans frontière : « que nous soyons dans l’inquiétude, le doute et le chagrin, que nous marchions le cœur serré, dans la vallée de l’ombre et de la mort ! Que nos visages n’aient d’autre éclat que ceux d’un miroir brisé, l’amour nous précède, nous suit, nous enveloppe.. »
Lorsque cet amour c’est Dieu, lui-même, alors , nous pouvons comprendre que
« les vrais regards d’amour sont ceux qui nous espèrent... »

Et nous, qui sommes-nous ?

Nous sommes à la fois, le jeune fils et le fils aîné. Nous sommes surtout invités à regarder le Père.
Dans cette parabole, c’est la tendresse miséricordieuse de Dieu qui nous est révélée : « il faut misère pour avoir cœur...Notre assurance n’est plus en nous, elle est en celui qui nous aime. Accepter d’être aimé...accepter de s’aimer. Nous le savons, il est terriblement facile de se haïr ; la grâce est de s’oublier. La grâce des grâces serait de s’aimer humblement soi-même, comme n’importe lequel des membres souffrants de Jésus-Christ. »

Dans la prière et de tout notre cœur, demandons cette grâce à notre Dieu Père miséricordieux :

« Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
dans ta grande miséricorde, efface mes torts,
lave-moi tout entier de ma faute,
et, de mon péché, purifie-moi.

Oui, je reconnais tous mes torts,
j’ai toujours mon péché devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux je l’ai fait.

Recrée-moi un cœur pur, ô mon Dieu,
refais-moi un esprit inébranlable.
Ne m’écarte pas de ta puissance,
ne le reprends pas ton esprit-saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé,
que l’esprit généreux me soutienne !
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange. »
(Psaume 50)
Que notre marche vers Pâques soit lumière, paix, partage... et conversion de notre cœur !

Frère Henri Revéreau
Missionnaire de Sainte-Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

RCF fête ses 25 ans

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


allowfullscreen>

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France


Denier du culte 2017

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil