Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-de-Mgr-Wintzer-pour-l-ordination-episcopale-de-Mgr-Gosselin
          Homélie de Mgr Wintzer pour l’ordination épiscopale de Mgr Gosselin

Homélie de Mgr Wintzer pour l’ordination épiscopale de Mgr Gosselin

Homélie de Mgr Wintzer, archevêque de Poitiers, à l’occasion de l’ordination épiscopale de Mgr Gosselin le 10 janvier 2016, jour du baptême du Seigneur


Aujourd’hui, tout est sous le signe du changement. Nous fêtons le baptême du Seigneur, nous sommes dans les premiers jours d’une nouvelle année et nous ordonnons votre évêque Mgr Hervé Gosselin.

La question qui peut légitimement venir à nous, à vous, est celle de Marie et de Joseph lorsqu’ils retrouvent leur fils Jésus au Temple : « Que sera donc cet enfant ? »
En effet, que sera l’année 2016 ? Les graves événements survenus en France en janvier et en novembre 2015 incitent à ne pas faire de prédictions hasardeuses, quel qu’en soit le type, iréniques ou catastrophiques. Quant à l’année chrétienne, ce qui doit nous guider ce n’est pas une tentative de réponse, mais c’est la question même de Marie et de Joseph : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, et c’est ce qui compte, c’est le Christ qui révèle son identité, c’est lui aussi qui donne un sens aux événements ; pour nous, il s’agit d’être dans une disponibilité de coeur et d’intelligence pour recevoir de lui ce qu’il veut nous donner.

Quant à votre évêque, les questions demeurent, « Que sera-t-il donc ? »
D’abord, cette liturgie est un peu frustrante, puisque ce n’est pas lui mais l’archevêque qui vous adresse la parole ; n’ayez pas d’inquiétude, il s’exprimera tout à l’heure ! Et puis, à la différence d’autres réalités, qui ne sont pas religieuses, Mgr Gosselin n’a pas été choisi pour Angoulême en fonction d’un programme.
Cependant, peut-on dire qu’un évêque n’a ni programme, ni idées ? S’il en était ainsi ce serait inquiétant, et même ce serait faux.

A soixante ans, on a quand même quelque idée de la vie, de la société, de l’Evangile aussi.

Bien entendu, un évêque doit se mettre à l’écoute de l’Eglise à laquelle il est envoyé.
Ceci aussi, on le fait sans doute plus aisément à soixante ans qu’à trente ans.

Jeune prêtre, recevant une charge pour la première fois, on peut aisément imaginer qu’« enfin », l’Evangile va être annoncé avec vigueur, « on va voir ce qu’on va voir », « je vais remplir les églises qui s’étaient vidées » ! Pourquoi pas, je n’ai rien contre les églises qui se remplissent, même si je peux préférer les coeurs qui se convertissent.

C’est vrai, les deux choses peuvent aller de pair, des églises pleines et des coeurs convertis, et c’est plutôt mieux, mais la première, les églises, ou les salles polyvalentes, pleines, ne peuvent suffire à dire ce qu’il y a au fond des coeurs.

A soixante ans, on a acquis une saine distance vis-à-vis de soi-même ; on sait que l’Evangile ne dépend pas que de nous, que l’homme providentiel que tous attendent, il n’existe pas vraiment, surtout, que l’on n’a pas à s’imaginer l’être au risque de s’enfler d’orgueil et de faire nombre de déçus.
Surtout, on a acquis, un peu, la vertu d’humilité qui nous aide à mieux nous situer à notre juste place.
On sait que des choses, et des choses bonnes, existaient avant nous et qu’il faut les accueillir, et on sait que des choses, et des choses bonnes, existeront après nous, et il faut leur permettre d’exister.

Parlant de la place des pasteurs, et il sait ce dont il parle, le pape François aide à prendre garde à ne pas les situer, à les enfermer, à une place unique.
Parfois, écrit-il, le pasteur marchera devant le troupeau, d’autres fois avec lui, et parfois même derrière lui.
Je le cite : « La mission qui vous est confiée est de paître le troupeau, en marchant selon les circonstances devant, au milieu et derrière. »

Ceci dit, il est tout de même heureux que celui qui est envoyé comme évêque ait quelques idées, quelques projets.

L’attitude évangélique, ou tout simplement l’honnêteté, demandent à ce que chacun expose ce qu’il pense et ce qu’il projette afin à la fois de le proposer à d’autres, et de recevoir de ceux-ci des encouragements, des ajustements, voire des refus.
Devenir évêque d’une ville, d’Angoulême, et d’un diocèse, celui du Département de la Charente, c’est à la fois être changé et en même temps conduire des changements.
N’ayez pas peur du neuf et de l’inédit.

Je ne sais pas quel est l’état d’esprit des charentais, je peux vous parler de celui de vos voisins du Poitou… vous ne leur répéterez pas ce que je dis d’eux ici.
Sans doute que ces régions, peu industrialisées, n’ont pas eu l’habitude de connaître de grands brassages de population, ce qui arrive d’ailleurs peut dès lors susciter interrogation, voire méfiance ; surtout, cela peut sembler inutile : avons-nous besoin de quelqu’un ou de quelque chose ? Nous sommes bien assez grand !
Votre évêque vient d’ailleurs, comme c’est l’heureuse pratique pour les évêques en France ; c’est aussi le cas pour d’autres charges, dans bien des domaines.
Il lui revient de devenir un charentais ; c’est une responsabilité pour vous, c’est à vous de l’initier à ce que vous êtes, et c’est aussi un appel pour lui, appel à écouter, à comprendre.

Cependant, il est nécessaire qu’il demeure qui il est ; il doit vous enrichir de sa vie et de ses expériences.

A travers cela, s’exprime une des dimensions les plus essentielles de la foi chrétienne, il s’agit toujours d’être d’ici et d’être d’ailleurs.

Avant tout c’est l’identité du Seigneur lui-même, il est pleinement fils des hommes, pleinement un enfant de Galilée et d’Israël, et en même temps il est pleinement Fils de Dieu.

Ainsi de chacun de nous, pleinement d’ici et d’ailleurs, pleinement de ce monde et en même temps pleinement appelés à être citoyens du Royaume.

Certes, l’équilibre peut être parfois difficile, ce le fut pour Jésus lui-même : si je poursuivais la lecture des versets de saint Luc que nous venons d’entendre, nous entendrions l’épisode des tentations du désert. Le diable veut contraindre Jésus à choisir, plus précisément à faire fi de son humanité et des règles de cette humanité arguant de ce qu’il est Fils de Dieu.

Mgr Gosselin est appelé à devenir un Charentais, comme vous, avec vous, grâce à vous ; mais il doit aussi être le témoin d’une Eglise qui dépasse les frontières de votre Département.

C’est la mission même qu’il reçoit, évêque d’Angoulême certes, mais aussi membre du Collège des évêques, ce qui trouvera à s’exprimer dans la Province, dans notre Conférence épiscopale, par les missions qu’il pourra être appelé à y exercer, mais aussi pouvant être sollicité pour apporter son concours à l’exercice du ministère de Pierre ; les évêques sont un seul et même corps uni au successeur des apôtres Pierre et Paul.

Je pourrais même ajouter, au risque de contredire certains propos, mais je ne vois personne ici qui pourrait les rapporter à leur auteur, que les évêques doivent aussi fréquenter les avions, et donc les aéroports.

Bien entendu, comme c’est le cas pour une production qui est la gloire de la Charente, avec modération.

Fréquenter les aéroports avant tout pour donner de l’incarnation à la catholicité, pour permettre que les Eglises soient effectivement proches les unes des autres et s’enrichissent mutuellement de ce qu’elles sont.

Ceci n’est certes pas l’apanage des évêques ; je pense que dans le diocèse comme ailleurs, nombre de jeunes accomplissent des années de coopération, tant avec la DCC qu’avec Fidesco.

Soyons vraiment l’Eglise catholique, cette Eglise pour laquelle les autres ne sont jamais « eux » ou « ils » ; comme si le monde se séparait entre « eux » et « nous ».
« Eux », c’est-à-dire les étrangers, les migrants, les musulmans, voire d’autres catholiques qui ne prient pas comme nous. Ne faisons pas mentir le Christ. Il est le Sauveur de tous, il est plongé dans les eaux du Jourdain en portant, en emportant, toute l’humanité.

Pour les catholiques, il n’existe que le « nous ».
L’évêque doit être au service de ce « nous », il est celui de l’Eglise diocésaine, aussi celui du peuple de France, et c’est aussi le « nous » de toute l’humanité.
Cette tâche est parfois un combat ; la tentation, ou la tendance existe toujours à séparer, à opposer, à exclure, à rejeter.
Le « nous » doit être votre projet Monseigneur, il doit être le nôtre à tous ; ce projet a aussi un nom, la fraternité.

Dans un discours que le pape François adressait aux nouveaux évêque, le 19 septembre 2013, il leur disait, et je précise qu’un « vieil évêque » comme moi peut continuer à entendre ces propos : « Soyez des pasteurs accueillants, en chemin avec votre peuple, avec affection, avec miséricorde, avec douceur et une fermeté paternelle, avec humilité et discrétion, en étant capables de regarder aussi vos limites et d’avoir une bonne dose d’humour. C’est une grâce que nous devons demander, nous les évêques. Nous devons tous demander cette grâce : Seigneur, donne-moi le sens de l’humour. Trouver le moyen de rire de soi, d’abord, et un peu des choses. Et restez avec votre troupeau ! »

Si cet animal n’avait pas une grande noblesse biblique, je pourrais dire que le quadrupède que vous avez choisi, chez Monseigneur Gosselin, pour votre blason annonce que le sourire ne sera pas absent de votre vie ni de votre ministère.

Merci Père.

† Mgr Pascal Wintzer
Ordination épiscopale de Mgr Hervé Gosselin à Angoulême
Dimanche 10 janvier 2016

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Mgr Hervé Gosselin
Secrétariat : 05 45 91 86 89
226, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
Mgr Gosselin
Secrétariat de Mgr GOSSELIN

NB : Les mails envoyés à l’adresse eveque chez dio16.fr ne sont plus consultés





-