Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-18-juin-2017-pour-le-depart-du-P-Baudoin-de-Beauvais
          Homélie du 18 juin 2017 pour le départ du P. Baudoin de Beauvais

Homélie du 18 juin 2017 pour le départ du P. Baudoin de Beauvais

Le Père Baudouin quitte Cognac pour revenir dans son diocèse de Versailles. Le 18 juin, il prononçait une homélie d’au-revoir : "il faut célébrer les accomplissements comme la reconnaissance que Dieu nous accompagne et réalise ce qui nous habite en profondeur."

  • 18 06 2017 - (mp3 - 11.1 Mo) Télécharger

Je sais que vous allez me remercier tout à l’heure. Je vous remercie beaucoup d’avance.
Je voudrais surtout, dans la mesure du possible, que ce temps ne soit pas tourné vers moi mais vers Celui qui parle à nos cœurs et nous guide. Nous avons tous besoin de moments de fête pour reconnaître la réalité de la Parole de Jésus : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps ». Que ce soit un temps d’actions de grâces pour nous, un temps pour redire chacun et ensemble : j’ai confiance.

Jésus est très présent dans ma vie puisque c’est à cause de Lui que j’ai tout quitté, en particulier un renoncement très difficile pour moi qui est la vie de famille et la tendresse.

Aujourd’hui, je le remercie de m’avoir exaucé. Il m’a aidé à accomplir ma vocation et à accomplir ma mission à Cognac. Il n’y a pas de réussites à m’attribuer. Ce sont plutôt mes énervements et mes impatiences qu’il faut m’attribuer. C’est vrai, je vois un accomplissement au bout de sept ans. Et il faut célébrer les accomplissements comme la reconnaissance que Dieu nous accompagne et réalise ce qui nous habite en profondeur. Il y a eu certains obstacles. Il y a eu des moments où j’ai pensé ne pas pouvoir aller jusqu’au bout, en particulier dans l’accompagnement de maman ou sur le chemin pastoral de la paroisse Saint Martin. Mais j’ai pu mieux comprendre que ce qui m’était dit dans les difficultés, c’était que ce n’était pas mon œuvre mais l’œuvre de Dieu. Je me retrouve bien dans ce chemin de purification décrit par Pierre Claverie : « Avant d’être saisi par Jésus Christ, je vivais à la surface de moi-même. J’avais l’impression d’être attiré et possédé par le regard des autres. L’opinion des autres m’importait plus que la valeur de mes actes. J’étais possédé par l’ambition de plaire ».

Chaque matin j’ai la chance de lui parler devant le tabernacle et le soir quand je peux en rentrant ne serait-ce que quelques minutes. Je lui ai beaucoup confié ma mission, et chacun de vous : avec vous, nous avons avancé sur un chemin qui bousculait certes nos habitudes mais qui nous permet aujourd’hui d’affronter les difficultés du diocèse. Je confie dans ma prière tous ceux et celles qui n’ont pas bien compris ces évolutions. Je rends grâces pour votre foi dans le Christ Église selon l’expression de Jeanne d’Arc. Je prie pour vous. Je prie aussi pour vos vies de famille. Je fais mienne la prière de Jésus au moment de quitter la terre. Elle est pleine de confiance cette prière de Jésus qui laisse ses disciples désemparés : « Père je prie pour ceux qui sont ici. Tu me les a confiés. Je te prie de les garder du mauvais. Garde-les dans la vérité. ».

Qu’est-ce que la vérité ? Il faut écouter la réponse lumineuse du pape, en ce temps où les hommes suite aux idéologies mortifères du siècle dernier, ont peur d’une vérité qui s’impose à tous de façon totalitaire. Mais si c’est la vérité de l’amour, ce n’est pas une vérité qui s’impose avec violence, ce n’est pas une vérité qui écrase l’individu. Alors la foi n’est pas arrogante et grandit dans un dialogue qui respecte l’autre. Le croyant n’est pas arrogant ; au contraire la vérité rend humble, sachant que ce n’est pas lui qui la possède, mais c’est elle qui l’embrasse et le possède. Loin de le raidir, la sécurité de la foi le met en route et rend possible le témoignage et le dialogue avec tous.

L’Évangile, ne peut être annoncé que dans la douceur. Il y a des attitudes de crispation et des violences verbales qui détruisent le meilleur de l’Évangile. Quand on défend la beauté du mariage d’un homme et d’une femme pour créer une famille, on ne peut le faire que dans la patience, la douceur et l’humilité. Sinon on détruit l’Évangile que l’on annonce, et on risque de donner l’impression de juger les autres.

Consacre-les dans cette vérité de l’Amour en cette fête de la consécration de ta vie pour les hommes. Qu’ils soient UN et signe de la bienveillance de Dieu. Garde-les du mauvais, c’est à dire des critiques, des médisances, des commentaires derrière les personnes concernées, de tout ce qui abîme notre témoignage. Donne-nous ton Esprit de douceur et d’humilité.

Et puis, je me répète souvent la phrase de Charles de Foucault : « Je voudrais être le frère universel de tous les hommes ». Autour de nous, dans cette ville, il y a beaucoup de personnes aux grand cœur, comme nous en avons rencontré dans notre lien avec les associations de la ville, en particulier dans l’accueil des migrants. J’aimerais pouvoir mieux leur dire qu’elles sont bénies de Dieu, simplement par la présence de Dieu en moi, sans parole, mais avec le sourire de Dieu. Être le frère universel de tout homme, c’est désirer que chacun soit encouragé sur son chemin de vie, avec son héroïsme au quotidien pour aimer l’autre. C’est reconnaître que je ne possède pas Dieu ; c’est s’émerveiller de la lumière de Dieu chez beaucoup d’autres. Je prie pour tous ceux et celles, nombreux que j’ai rencontré dans le service de la ville, dans le service associatif, à tous les niveaux de responsabilité. En étant fidèles à leur devoir quotidien, dans une confiance au cœur des difficultés de la vie, bien des hommes sont proches du royaume de Dieu.

Je pense à nos amis migrants qui m’évangélisent dans leur abandon après avoir tout quitté pour des raisons diverses. Chrétiens ou musulmans, ils ont une belle âme car ils sont au milieu de nous un très beau signe de la confiance en Dieu. Merci à eux. Prions avec eux, ceux qui sont ici et les autres. En particulier avec Innocente GREMBE arrivée depuis un mois du Centre Afrique dans des conditions difficiles.

Voilà le moment de partir ! Il y a certes un arrachement, avec tant de liens et de confidences dans les moments heureux et surtout dans les accompagnements au milieu d’épreuves de toutes sortes. Vous me l’avez exprimé et c’est humain et c’est réciproque. Dieu ne passe-t-il pas par chacune de nos humanités depuis la naissance de Jésus ? Dieu se dit par chacun de nous, à condition de le laisser justement passer. Et quand est-ce qu’on l’empêche de passer par nous ? Quand on est dans une attitude de propriétaire, propriétaire des autres, d’une communauté, d’une fonction vécue comme un pouvoir et non comme un service. Seigneur tu m’as confié des personnes ici à Cognac. En partant je Te les confie à nouveau, c’est toi le Maître des âmes.

« Seigneur, apprends moi à risquer un nouveau départ. Apprends moi le détachement qui donne la liberté d’être et de devenir. Le détachement qui fait place à la simplicité, le détachement qui ouvre le cœur. Seigneur, apprends moi à tout quitter pour te suivre ».

Alors il est bon que je m’en aille. Je reprends pour conclure quelques phrases de Saint Paul qui quitte les chrétiens d’Éphèse (chapitre XX des Actes des Apôtres) : « J’ai passé au milieu de vous tous, (avec mes défauts et mes qualités), en prêchant le Royaume de Dieu...et maintenant je vous remets à dieu et au message de sa grâce ». Après avoir parlé ainsi, Paul se mit à genoux avec eux et pria.

En savoir plus

- L’homélie en podcast

- Les nominations au 1er septembre 2017

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Doyenné de Cognac
Vicaire épiscopal chargé de ce doyenné : Père Pierre-Marie ROBERT

Membres du Conseil pastoral du doyenné :
- Père Pierre-Marie ROBERT
- Père Florian MARCHAND
- Père Cléophas-Bakhita KARKA


Paroisse Saint Martin en Val de Cognac
(Cognac, Chateaubernard, St Brice, Boutiers-St Trojan, Javrezac, St Laurent de Cognac, Merpins)
10 rue Monseigneur Lacroix
16100 Cognac
05 45 82 05 71
Doyenné de Cognac

Membres de l’équipe d’animation pastorale
- Père Pierre-Marie ROBERT
- Père Florian MARCHAND
- Bernadette De BARMON
- Pauline CHAPUT
- Hubert DEMENIER
- Monique FONTAINE
- Vincent LACASSAGNE
- Jacqueline BAUDRY

Permanences d’accueil
Le secrétariat paroissial est ouvert du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00


Paroisse Notre dame des Borderies
7 place de l’Eglise
16370 Cherves Richemont
05 45 83 25 64
Notre dame des Borderies

Membres de l’équipe d’animation pastorale
- Père Cléophas-Bakhita KARKA
- Pascale GARNIER
- Annie MALLET

Agenda

-