Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-20-septembre-2015

Homélie du 20 septembre 2015

"Accueille !"


« Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. » Beau défi que l’accueil, précisément, en ces temps de rentrée scolaire et de démarrage d’année, et en cette actualité européenne qui vient poser la question de l’accueil : à quel prix ? À quelles conditions ?
La début de l’année nous oblige à accueillir : les nouveaux, qui viennent d’arriver comme voisins, collègues, paroissiens, dans nos associations et groupes divers. Jusqu’aux frontières de l’Europe, appelée à accueillir les dizaines de milliers de réfugiés quittant la violence et la faim. L’accueil est d’actualité. Il n’en n’est pas plus simple. On en voit d’autant plus l’exigence, même. Il faut laisser la place à l’autre, le reconnaître digne d’importance, quel qu’il soit, tel qu’il est... au risque de réveiller nos peurs : peur de perdre (notre place, nos moyens), au risque de devoir partager et d’avoir moins pour soi, au risque de transformer un avenir que l’on n’imaginait pas comme ça... Jusqu’où accueillir ? Comment accueillir ? L’autre n’est pas forcément le bienvenu. Il vient dans mon espace vital, transforme mon paysage... Il peut être celui que je convoite ou dont je suis jaloux, voire celui qui, ne serait-ce que par sa simple présence, me met à l’épreuve, sous-entendait la lettre de l’apôtre Jacques. On les connaît, ces craintes. Elles arrivent même sur les lèvres du psalmiste : « Des étrangers se lèvent contre moi, des puissants cherchent ma perte » !
Vous avez remarqué combien nos conversations sont interrompues. Que quelqu’un veuille raconter une histoire qui lui est arrivée, une anecdote ou quelque chose de sérieux, une bonne ou une mauvaise nouvelle, son interlocuteur prendra la parole : « Je sais ». Ou « C’est comme moi ! »... coupant par là tout accueil d’une autre parole, d’une nouvelle expérience, d’une nouveauté, d’un déplacement, pour tout recentrer sur soi et comprendre à partir de soi.
A contrario, un théologien, le Père Chenu, parlait ainsi du pape Jean XXIII et de son sens du dialogue (et donc, en quelque sorte aussi, de l’accueil) : « reconnaître l’autre comme autre, aimer l’autre tel qu’il est, et non pas comme un être à conquérir, consentir à ce qu’il soit différent, en face de moi, sans essayer d’empiéter sur la vérité de sa conscience et de sa recherche, sans faire jouer mes motifs de réserve avant ma confiance ? 1 » On voit la taille du défi qui nous attend chaque jour et à chaque instant.
D’autant qu’il ne s’agit pas d’abord, comme on pourrait le croire, d’une question morale : être sympa, tendre la main, être souriant... donner l’image d’un bon chrétien... Mais l’enjeu n’est pas d’abord moral, il est vital.
Si je reste le premier, le centre, le tout... alors inévitablement, j’annule l’existence de l’autre, je le nie, je le tue. Et du même coup, je meurs aussi, par étouffement de moi-même par moi-même.
Si au contraire je tente cette expérience de l’accueil de l’autre et de la nouveauté, au point d’accepter le dérangement produit, alors je respire. Par et avec les autres. Je vis, je m’ouvre, je découvre, j’apprends... j’accueille la vie, et par là j’accueille le Christ, et avec le Christ, Celui qui l’envoie : Dieu lui-même !

Le respect de l’autre, la délicatesse, nous obligent à sortir de toute supériorité et à refuser la puissance et la gloire. Ce que les disciples de Jésus ont bien du mal à faire. Ce qu’il ne nous est pas toujours si simple d’accomplir non plus.
L’annonce de la mort et de la résurrection de Jésus est l’annonce de notre propre résurrection, de notre vie pleine, de notre vie à fond, de notre vie telle que nous désirons la vivre au plus profond de nous-mêmes... Et Jésus nous rappelle que pour cela, il nous faut mourir. Non pas mourir physiquement, ce serait stupide de devoir attendre une telle échéance pour vivre. Mais cette vie de plénitude, on peut le pressentir intérieurement, ne semble être atteignable qu’à la condition de faire mourir son orgueil, sa posture de supériorité, sa recherche de gloriole... et de nous élever à être serviteurs. Serviteurs de ceux que nous rencontrons, et que nous accueillons, connus ou inconnus, archiconnus ou totalement nouveaux, car même son conjoint, son enfant ou son parent est toujours à accueillir d’une façon nouvelle.
L’Evangile nous invite à faire la course, et à nous mettre en concurrence les uns les autres. La course à l’amour. La concurrence dans le service joyeux et désintéressé. Dans une réciprocité qui fait grandir chacun et donne à chacun d’être soi. La course à l’accueil de l’autre, par lequel Dieu se rend présent à moi. Peut-être pas dans la figure de l’autre, mais dans la relation tissée. Dieu est Relation. Il est Accueil. Accueil du Fils qui se reçoit du Père, accueil du Père et du Fils par l’Esprit, accueil de l’Esprit qui lie le Père au Fils... Accueil de l’Homme et de chacun de nous, en sa divinité. Accueil de Dieu, en notre humanité. Et d’abord l’humanité de l’en-bas, du petit, du nouveau tout perdu encore, du blessé, du désarmé.
« Ouvre-toi ! », criait notre Evangile de messe de rentrée.
« Accueille ! » continue la Parole aujourd’hui.
Il y a fort à craindre : l’Évangile ne nous laissera pas tranquille cette année... mais nous guidera sur un chemin de croissance et de paix, de communion et d’humanité.
Amen.

P. Benoît Lecomte

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis, jeudis et vendredi de 16h30 à 18h30