Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-21-novembre-2015

Homélie du 21 novembre 2015

Au cours de cette messe, l’Equipe d’Animation de la Paroisse était reconnue et envoyée en mission.


Aujourd’hui nous fêtons un roi ! Et nous avons vu au caté, la semaine dernière, qu’il y a deux façons de comprendre la royauté.
Il y a la façon de Pilate, ou de Louis XVI : le roi qui domine un pays, qui a une armée, de l’argent et des richesses, qui garde les frontières, qui impose sa force. Le roi qui pense à lui, à son bien-être, à son pouvoir, et qui organise tout autour de lui.
Et il y a la façon de Jésus, qui dit qu’il est roi, lui aussi, mais pas de la même royauté. Nous avons listé ensemble un certain nombre de caractéristiques de cette royauté : l’amour, l’entraide, la tendresse, le pardon, l’attention aux autres, la douceur...
C’est cette royauté que nous fêtons aujourd’hui. C’est étonnant d’actualité ! Parce que nous le voyons avec une force incroyable depuis une semaine : des hommes, de par le monde, et jusque chez nous, veulent imposer leur vision et leur autorité par la domination. En écrasant les autres, en tuant ceux qui gênent. Et on voit l’escalade de la violence de part et d’autre. Une escalade inquiétante, parce qu’on ne sait pas comment elle peut s’arrêter.
La fête de ce soir nous rappelle à cette autre royauté, celle de Jésus. Celle qui n’a pas d’arme, sauf le pardon. Celle qui n’a pas d’épée, sauf la Parole. Celle qui n’a pas de puissance, sauf de l’Amour. Et si la royauté des rois du monde peut parfois nous faire peur, la royauté de Jésus vient rejoindre un désir profond de nos cœurs. Avouons que nous préférons la douceur et la tendresse à la violence !
Mais il ne faudrait pas croire que nous ne sommes que des spectateurs de ces styles opposés de royauté, comme nous ne serions que les spectateurs du théâtre du monde. Ces deux mouvements traversent chacune de nos histoires, chacune de nos vies. Chacune de nos communautés humaines, et chacune de nos communautés chrétiennes aussi. Et nous oscillons entre la douceur et l’humilité que nous voulons les uns pour les autres, et parfois le mal que nous nous faisons, le plus souvent, d’ailleurs, sans le vouloir !

Ce soir, l’équipe d’animation pastorale de notre paroisse se renouvelle. Ana et Claire-Marie passent la main à Nadia et Emmanuel, qui viennent y prendre leur place, aux côtés d’Hélène et Paul.
Il faut s’entendre sur ce qu’est cette équipe d’animation pastorale, qu’on appelle si facilement l’EAP. Elle participe au gouvernement de la paroisse, avec le curé. Autrement dit, elle est du côté de la royauté... et nous voyons immédiatement les risques dans lesquels elle se trouve : quelle royauté choisir ? Quelle royauté vivre ?
Ce choix est une décision commune à vivre. Le piège serait de considérer la participation à une telle équipe comme un sommet de la vie chrétienne, ou le top de l’engagement en Église. La façon de considérer les membres de ces équipes peut nous entrainer dans ce travers, en créant une distance. Il peut s’instaurer commun un imaginaire collectif au sein du diocèse. Le fait qu’il faille la présence d’un doyen, d’un vicaire épiscopal ou même d’un évêque pour les envoyer en mission marque une importance particulière. Ensuite, malgré les comptes-rendus, on ne sait pas trop ce qui se passe lors de leurs rencontres, ni comment ils prennent des décisions. Notre simple regard peu créer déjà une hiérarchie. En interne de l’équipe aussi, le risque est possible de se comprendre « à part », forts d’une « mission spéciale », comme dans un cocon chaleureux et fraternel. Tant mieux si la fraternité se vit au sein de notre équipe, et c’est ce que nous souhaitons, évidemment. Mais la royauté que nous voulons vivre n’est pas une royauté de supériorité ou d’autorité. Elle est une royauté de service. De don. De présence à chacun. On sait l’importance de l’EAP, mais elle ne peut rien sans l’engagement de chacun, que nous connaissons ou que nous ne connaissons pas dans la paroisse : tous ceux qui préparent et animent les liturgies, qui accompagnement les familles en deuil, les demandes de baptêmes ou de mariages, ceux qui font le ménage, décrochent le téléphone, prient dans le secret de leur chambre, rencontrent les malades, animent des groupes d’enfants ou de jeunes... Soyons clairs : nous pourrions vivre sans que l’EAP se réunisse pendant 6 mois, nous serions embétés si aucune équipe ne préparait la messe pendant 6 mois. La dimension que nous avons à vivre est là, Hélène, Paul, Nadia et Emmanuel : dans la petitesse, dans l’écoute, dans l’effacement, dans l’encouragement, dans la prière pour chacun, dans le souci de la communion de tous. L’oraison au moment de l’offertoire nous le rappellera tout l’heure : « Avant de s’offrir à toi, Père très saint, ton Fils voulut laver les pieds de ses disciples pour nous donner un exemple d’amour ; accorde-nous le même esprit d’humilité et de service ». Et rappeler l’importance de chacun, ici, quoi qu’il fasse ou ne fasse pas.
Notre maître sera le roi, celui de la crèche et celui de la croix. Celui qui se retrouve en procès devant Pilate, et qui va donner sa vie, gratuitement, par amour, s’abandonnant. Jésus. Et ainsi, ensemble en équipe et avec tous ceux qui sont ici et tous ceux qui habitent Ma Campagne et Puymoyen, d’essayer, jour après jous, humblement, écouter la Voix du Père, et de témoigner, autant que nous le pourrons, de la vérité de Dieu, de la vérité de l’Amour.
Que l’Esprit nous accompagne tous et nous guide, chacun dans le service que nous donnons, et dans la communion que nous cherchons. Entre nous, et pour le monde.
Amen.
P. Benoît Lecomte

En savoir plus

Solennité du Christ, Roi de l’Univers

Livre de Daniel 7,13-14.
Moi, Daniel, je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui.
Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite.

Psaume 93(92),1abc.1d-2.5.
Le Seigneur est roi ;
il s’est vêtu de magnificence
le Seigneur a revêtu sa force.

Et la terre tient bon, inébranlable ;
dès l’origine ton trône tient bon,
depuis toujours, tu es.

Tes volontés sont vraiment immuables :
la sainteté emplit ta maison,
Seigneur, pour la suite des temps.

Livre de l’Apocalypse 1,5-8.
À vous, la grâce et la paix de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, le prince des rois de la terre. À lui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang,
qui a fait de nous un royaume et des prêtres pour son Dieu et Père, à lui, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles. Amen.
Voici qu’il vient avec les nuées, tout œil le verra, ils le verront, ceux qui l’ont transpercé ; et sur lui se lamenteront toutes les tribus de la terre. Oui ! Amen !
Moi, je suis l’Alpha et l’Oméga, dit le Seigneur Dieu, Celui qui est, qui était et qui vient, le Souverain de l’univers.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 18,33b-37.
En ce temps-là, Pilate appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? »
Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »
Jésus déclara : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »
Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis, jeudis et vendredi de 16h30 à 18h30