Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-28-novembre-2015-1er-dimanche-de-l-Avent-C
          Homélie du 28 novembre 2015 - 1er dimanche de l’Avent -C

Homélie du 28 novembre 2015 - 1er dimanche de l’Avent -C

"Amour mutuel et débordant, condition si nécessaire pour ne pas passer à côté de l’événement le plus extraordinaire qui soit en nos vies : que Dieu naisse, et qu’il naisse en nous... "


Au lendemain des attentats de Paris il y a 15 jours, des milliers, peut-être des millions de bougies sont apparues sur les profils des réseaux sociaux, et aussi aux bords de nos fenêtres, dans tout le pays. Petites flammes, fragiles, dans la nuit. Presque rien. Signe dérisoire comparé au feu qui s’était déchainé dans la capitale. Pas de quoi résister. Mais elles étaient là, ces petites flammes. Résistantes au vent, réchauffant le froid. Et elles vivaient. Et elles parlaient.
Que disaient-elles ? Qu’il nous fallait voir plus loin. Ne pas en rester là, tête baissée, à regarder à ce qui s’était passé. Que la vie continuait, que la violence n’arrêtait rien, et surtout pas les rires et l’amitié. Mais elles disaient plus, encore. Elles disaient, dans un langage plus fort que nos paroles, le désir qui nous habite. Le ce-vers-quoi nous voulons aller. Silencieusement, mais avec ténacité, elles disaient notre tension vers autre chose que ce qu’on nous matraquait sur les écrans. Elles disaient notre attente. La plus profonde. La plus intime et aussi la plus forte. Notre attente et notre veille d’une paix sincère et durable, d’une communion réelle et universelle. « Voici venir des jours – oracle du Seigneur – où j’accomplirai la parole de bonheur que j’ai adressée : en ces jours-là, en ce temps-là, je ferai germer pour David un Germe de Justice. En ces jours-là, Juda sera sauvé, Jérusalem habitera en sécurité, et voici comment on la nommera : « ’Le-Seigneur-est-notre-justice ’ », reprenions-nous inconsciemment, avec nos propres mots, comme le prophète Jérémie.
S’ouvre aujourd’hui le temps de l’Avent. Signe dérisoire dans l’actualité du monde. Qui voit déjà la fête de Noël pointer à l’horizon ? Qui se soucie de l’arrivée du Prince de la Paix, occupés que nous sommes à assurer notre sécurité ? « Redressez-vous et relevez la tête », nous enjoint l’Évangile. Car tête baissée que tu es, tu pourrais louper l’événement annoncé, et qui va arriver ! L’événement d’une naissance. Celle d’un homme. Tu entends bien : l’événement d’une naissance.
Tu vas me dire qu’il y a des milliers de naissances chaque jour, et qu’elles ne font pas de bruit, et qu’on n’en parle pas – alors que quelques vies ôtées dans la violence font tant et tant de bruit, et avec raison sans doute - .
Mais cette naissance est autre. Elle n’est pas celle que vit une mère dans un lit de maternité. Elle est événement de toi et en toi. La prière que nous avons entendue au début de notre célébration, et qui colorera notre préparation à Noël l’exprimait de façon si belle ! :

Avant que Tu ne naisses, Jésus, Joseph et Marie n’avaient trouvé
que des maisons aux portes fermées : fermées au secret de Dieu.
Ils ont trouvé ouverte une étable, une pauvre étable.
Mon cœur peut aussi être ouvert ou fermé pour aimer.
Mes mains peuvent aussi être ouvertes ou fermées pour donner.
Ma vie peut aussi être ouverte ou fermée pour faire vivre.

Aujourd’hui, Jésus, Tu ne nais plus dans une étable ;
mais Tu veux naître, dire le secret de Dieu,
dans toutes les maisons, dans tous les cœurs.
Tu veux des millions de cœurs pour donner ta paix sur la terre.
Tu veux des millions de visages pour donner la paix de Dieu.
Ouvre les maisons fermées par la peur ou par la richesse.
Ouvre les cœurs fermés par le chagrin ou par l’égoïsme.
Ouvre les visages fermés par la colère ou par le manque d’amour.

Ouvre nos cœurs, et nos maisons, et nos visages... pour que tu naisses en nous. Du cœur du cœur de nous-mêmes. Événement imperceptible à celui qui n’est pas attentif. Événement impossible à vivre en vérité pour celui qui reste fermé, tête baissée.
« Frères, que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant », demandait Saint Paul avec une actualité étonnante. Amour mutuel et débordant, condition si nécessaire pour ne pas passer à côté de l’événement le plus extraordinaire qui soit en nos vies : que Dieu naisse, et qu’il naisse en nous...
Et nous, par cet amour et cette naissance à venir, de devenir comme autant de bougies, comme celles de nos fenètres. Signes en notre monde d’une attente qui nous dépasse et nous emporte, révélateurs de cette attente d’humanité si chère à chacun, et si enfouie dans les chaos de nos vies.
Que l’Esprit Saint, qui est Esprit de Paix, de joie, d’amour et de communion, nous accompagne tous sur le chemin qui nous mène à Noël... et qu’il creuse lui-même en nos vies, les sillons desquels Dieu pourra prendre naissance.
Amen.
P. Benoît Lecomte

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis, jeudis et vendredi de 16h30 à 18h30