Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-30-avril-2016

Homélie du 30 avril 2016

"Puissions-nous être, les uns pour les autres, et ensemble pour le monde, comme autant de lettres d’encouragement !"


Jésus est au soir de sa vie terrestre, au moment du dernier repas. Et se mêlent dans ces paroles la réalité du départ imminent, la joie d’être totalement uni avec le Père, la promesse de la paix et de l’Esprit... Je trouve dans ces paroles un mélange de tristesse, de joie, de mélancolie, de confiance... On comprend les sentiments de Jésus... à moins que ce ne soient les sentiments des disciples qui, au moment où ils écrivent ces paroles, doivent se souvenir avec émotion de ces heures décisives...
Que peuvent-elles nous apprendre ce soir ? Qu’éclairent-elles de notre vie et de notre foi ?
Peut-être, d’abord, nous rappellent-elles l’amour de Dieu pour l’homme, son envie, son désir d’être avec nous. Le livre de l’Apocalypse parle aussi à sa façon, imagée, de ce désir pour Dieu d’être tout à l’Homme... la beauté de la ville décrite manifeste qu’en elle est la gloire de Dieu : « son éclat était celui d’une pierre très précieuse, comme le jaspe cristallin... » Plus encore, dans cette ville, point de sanctuaire, « car son sanctuaire, c’est le Seigneur Dieu », ni de soleil ou de lune pour l’éclairer, « car la gloire de Dieu l’illumine : son luminaire, c’est l’Agneau. » « « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure », disait Jésus dans l’Évangile. Dieu ne nous abandonne pas. Il veut vivre avec nous, au milieu de nous, Il fait de nous son sanctuaire. Et il veut que nous vivions avec lui, en sa demeure, dans sa maison. Cohabiter avec Dieu... plus encore, vivre notre quotidien en Alliance avec Lui, Lui et nous, ensemble. Vivre avec Dieu, c’est vivre avec Quelqu’un. Quelqu’un qui est L’Amour. Voilà le désir que Jésus exprime : que nous vivions avec lui pour que nous vivions sans cesse avec l’Amour. Fais de ta vie l’habitation de l’Amour ! Fais de ta vie - toi, que Dieu appelle par ton prénom, toi, infiniment aimé de Dieu - l’habitation de l’Amour. Et fais de ta vie, toi, Église, communauté de frères et de sœurs, de disciples et de chercheurs, l’habitation de l’Amour ! « Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, que son visage s’illumine pour nous ; et ton chemin sera connu sur la terre, ton salut, parmi toutes les nations », chantait le psalmiste, nous renvoyant à notre présence et notre mission d’Église au milieu du monde.
Avec ce désir profond, Jésus fait également part de son départ imminent, en voulant rassurer par la promesse de sa présence à nos côtés, par son Esprit qui donne la paix, malgré l’absence physique. « Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. » Nous ne voyons plus le Christ en chair et en os aujourd’hui. Mais nous pouvons ressentir sa présence. Parti, il ne nous abandonne pas. Bien plus, au lieu d’une présence quelques années en un endroit précis du globe, le voilà présent en chacun, pour toujours et jusqu’à la fin des temps, en tout homme de la planète. Sa présence est démesurée. Comme si son départ lui permettait de s’offrir à chacun à travers l’espace et le temps, à travers toutes nos histoires individuelles et notre histoire collective. Simplement. Amoureusement. « Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. » Et comme nous nous le rappelions hier avec des collégiens : il est normal d’avoir peur parfois, dans nos vies. A cause des situations que nous avons à traverser, des épreuves à vivre, à cause de la fragilité de notre cœur... mais nous n’avons pas à avoir peur d’avoir peur. Car Christ est là, par sa Parole, par sa présence ecclésiale, par les sacrements, par son Esprit de vie et de confiance, par sa paix, donnée à tous et à chacun.
Le troisième éclairage, c’est peut-être cette invitation à aimer le Christ, à aimer Dieu, à lui faire confiance jusque dans les clairs-obscurs de nos vies. Peut-être sommes nous parfois un peu à l’image de cette page d’évangile : dans un mélange de tristesse, de joie, de mélancolie et de confiance. De grandes lumières nous guident peut-être, mais nous ne savons pas toujours précisément où aller... Et nous savons la complexité de notre cœur et de notre monde. La lecture du livre des Actes des Apôtres est à ce point de vue réconfortante : tant et tant de questions, de débats, de conflits éclatent dans ces premières communautés chrétiennes ! Mais l’Esprit, par l’intermédiaire des disciples du Christ, intervient, apaise, soulage, rassure, redonne vie et joie, action et dynamisme. Et il en est de même pour chacun de nous, comme pour notre communauté paroissiale : l’Esprit nous invite à aimer Dieu en son Fils Jésus, lui faire confiance et vivre avec lui...
Et qu’il vienne faire en nous sa demeure, pour partager le repas et le gite, la parole et le silence.
Paul et Barnabé, devant la situation des disciples d’Antioche, vont chercher à Jérusalem une réponse à leur question. Ils reviennent avec quelques témoins et une lettre d’encouragement, qui apportera la paix à tous. Puissions-nous être, les uns pour les autres, et ensemble pour le monde, comme autant de lettres d’encouragement ! Pour nous enraciner toujours davantage dans l’amour de Dieu pour nous, et vivre de cet amour autour de nous. Comme disait encore le psalmiste : « Que Dieu nous bénisse, et que la terre tout entière l’adore ! » Parce qu’il est celui qui peut apporter la confiance et la paix à tous ceux qui les cherchent.
Amen.
P. Benoît Lecomte

En savoir plus

Sixième dimanche de Pâques

Livre des Actes des Apôtres 15,1-2.22-29.
En ces jours-là, des gens, venus de Judée à Antioche, enseignaient les frères en disant : « Si vous n’acceptez pas la circoncision selon la coutume qui vient de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés. »
Cela provoqua un affrontement ainsi qu’une vive discussion engagée par Paul et Barnabé contre ces gens-là. Alors on décida que Paul et Barnabé, avec quelques autres frères, monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens pour discuter de cette question.
Les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude, appelé aussi Barsabbas, et Silas.
Voici ce qu’ils écrivirent de leur main : « Les Apôtres et les Anciens, vos frères, aux frères issus des nations, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut !
Attendu que certains des nôtres, comme nous l’avons appris, sont allés, sans aucun mandat de notre part, tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi,
nous avons pris la décision, à l’unanimité, de choisir des hommes que nous envoyons chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul,
eux qui ont fait don de leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ.
Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit :
L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent :
vous abstenir des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang, des viandes non saignées et des unions illégitimes. Vous agirez bien, si vous vous gardez de tout cela. Bon courage ! »

Psaume 67(66),2-3.5.7-8.
Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
tu gouvernes les peuples avec droiture,
sur la terre, tu conduis les nations.

La terre a donné son fruit ;
Dieu, notre Dieu, nous bénit.
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

Livre de l’Apocalypse 21,10-14.22-23.
Moi, Jean, j’ai vu un ange. En esprit, il m’emporta sur une grande et haute montagne ; il me montra la Ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu :
elle avait en elle la gloire de Dieu ; son éclat était celui d’une pierre très précieuse, comme le jaspe cristallin.
Elle avait une grande et haute muraille, avec douze portes et, sur ces portes, douze anges ; des noms y étaient inscrits : ceux des douze tribus des fils d’Israël.
Il y avait trois portes à l’orient, trois au nord, trois au midi, et trois à l’occident.
La muraille de la ville reposait sur douze fondations portant les douze noms des douze Apôtres de l’Agneau.
Dans la ville, je n’ai pas vu de sanctuaire, car son sanctuaire, c’est le Seigneur Dieu, Souverain de l’univers, et l’Agneau.
La ville n’a pas besoin du soleil ni de la lune pour l’éclairer, car la gloire de Dieu l’illumine : son luminaire, c’est l’Agneau.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,23-29.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.
Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.
Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ;
mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé.
Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi.
Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis, jeudis et vendredi de 16h30 à 18h30