Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-30-octobre-2016

Homélie du 30 octobre 2016

Quand l’Évangile passe dans une vie, non pas comme une parole de plus au milieu des autres paroles, mais comme la Parole de Dieu qui est parole de Salut, alors tout est transformé. Subversion de l’Évangile. Subversion de l’Espérance.


Me voilà de retour, après deux week-end passés « au pays du matin calme », en Corée, sur les traces des martyrs et de Saint Pierre Aumaître, et à la rencontre d’une Église sœur. Nous prendrons le temps, si vous le souhaitez, de revenir sur ce pèlerinage, j’essaierai de vous partager ce que nous avons vécu, et nous essaierons ensemble d’y entendre les appels que l’Esprit peut nous lancer à travers ce voyage. J’ai beaucoup appris sur les martyrs de Corée il y a 150 ans, et les persécutions qui ont eu lieu. Ce ne sont pas seulement quelques prêtres missionnaires Français qui ont été tués, mais des chrétiens Coréens par milliers (on parle d’environ 10 000 Coréens). Des chrétiens qui vivaient de l’Évangile et de la suite du Christ, obligés de se cacher, de vivre dans la clandestinité et la pauvreté absolue, parce que recherchés par le pouvoir de l’époque.
Au cours du voyage, je me suis posé cette question : qu’est-ce qui gênait tant les non-chrétiens ? Pourquoi tant de haine et de violence à l’égard des croyants au Christ ? Il ne faut pas enlever les considérations politiques bien sûr, pour faire le tour de la question. Mais au cœur du problème, certainement, n’y a-t-il pas la reconnaissance, par les gens qui ne sont pas chrétiens, d’une puissance de subversion de l’évangile ? Par leur attitude de destruction de l’autre, ne reconnaîtraient-ils pas la capacité de l’Évangile à bousculer les ordres établis ? A remettre en cause les pouvoirs des uns et des autres, et à transformer radicalement – et dangereusement à leurs yeux - les relations sociales ? Il y a là, me semble-t-il, matière à réflexion.
Dans l’évangile de ce jour, voyant que Jésus va loger chez Zachée, le pécheur publicain, « tous récriminaient ». L’initiative de Jésus ne laisse pas indifférent. Plus encore, elle contrevient aux règles de pureté religieuse et de bienséance sociale. Avec l’entrée de Jésus dans la maison de Zachée, les règles et les lois sont transgressées. Si cette attitude devenait générale, l’ordre établi serait, là aussi, menacé.
Peut-être est-ce l’un des messages que veut nous faire entendre la Parole de Dieu aujourd’hui. La force de Dieu est dans le relèvement de l’homme empêtré dans son péché, et non dans le jugement ou la condamnation. La force de Dieu est une force qui vient nous visiter, à l’intérieur de chez nous, et transformer nos relations sociales. L’attitude de Zachée, sa conversion, est manifeste : « Je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tord à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. » Quelle transformation de vie ! La force de Dieu est force de retournement. Quand l’Évangile passe dans une vie, non pas comme une parole de plus au milieu des autres paroles, non pas comme une musique que l’on n’entend plus, mais comme la Parole de Dieu qui est parole de Salut, alors tout est transformé. Force de douceur et de patience, de pardon et d’amour. Subversion de l’Évangile. Peut-être subversion radicale de nos façons trop inhumaines de faire. L’ordre est menacé, parce que l’homme est regardé. Au cœur. Dans sa capacité d’aimer. Subversion de l’Espérance.
C’est le Dieu dont parlait déjà le livre de la Sagesse, loin des images d’un dieu violent et vengeur : « Tu aimes tout ce qui existe... Tu fermes les yeux sur leurs péchés, pour qu’ils se convertissent... Tu n’as de révulsion envers aucune de tes œuvres... Maître qui aimes les vivants. » Et saint Paul de renchérir en nous invitant à entrer pleinement dans cette façon de vivre : « Par sa puissance, qu’il vous donne d’accomplir tout le bien que vous désirez, et qu’il rende active votre foi. »
Nous aimons ce récit de Zachée, l’histoire de sa petite taille et de son sycomore. Nous en avons fait des récits pour les enfants du caté. Mais cette histoire est histoire de salut, et elle doit sortir de nos livres pour passer dans notre chair. N’est-ce pas ce qui se passe quand des hommes et des femmes, et nous aussi parfois, nous engageons au nom de notre foi et de notre vision de l’homme ? Quand, pour prendre l’actualité à témoin, des chrétiens – mais ils ne sont pas les seuls, heureusement ! L’Esprit travaille au cœur de chacun ! - viennent en aide aux migrants, aux Roms, aux personnes en fin de vie, et à tant d’autres, dénonçant les logiques économiques et inhumaines, et dérangeant les discours qui voudraient nous endormir ?
Jésus « est allé logé chez un homme pécheur »... et Zachée « le reçut avec joie ». La vérité de l’Évangile est accueil qui vient nous bousculer. Parce que nous avons à l’accueillir en nos vies, et à nous laisser transformer par cette Bonne Nouvelle de salut. Les Coréens d’il y a 150 ans l’ont payé au prix de leur vie... d’autres aujourd’hui autour de la planète connaissent aussi ces situations terribles... Ne faisons pas de l’évangile une douce tisane de confort. Mais que, pour nous, l’Evangile soit Vie et Joie dans l’Esprit Saint, et rayonnement réel dans notre monde !
Amen.
P. Benoît Lecomte

En savoir plus

Trente-et-unième dimanche du temps ordinaire

Livre de la Sagesse 11,22-26.12,1-2.
Seigneur, le monde entier est devant toi comme un rien sur la balance, comme la goutte de rosée matinale qui descend sur la terre.
Pourtant, tu as pitié de tous les hommes, parce que tu peux tout. Tu fermes les yeux sur leurs péchés, pour qu’ils se convertissent.
Tu aimes en effet tout ce qui existe, tu n’as de répulsion envers aucune de tes œuvres ; si tu avais haï quoi que ce soit, tu ne l’aurais pas créé.
Comment aurait-il subsisté, si tu ne l’avais pas voulu ? Comment serait-il resté vivant, si tu ne l’avais pas appelé ?
En fait, tu épargnes tous les êtres, parce qu’ils sont à toi, Maître qui aimes les vivants,
toi dont le souffle impérissable les anime tous.
Ceux qui tombent, tu les reprends peu à peu, tu les avertis, tu leur rappelles en quoi ils pèchent, pour qu’ils se détournent du mal et croient en toi, Seigneur.

Psaume 145(144),1-2.8-9.10-11.13cd-14.
Je t’exalterai, mon Dieu, mon Roi,
je bénirai ton nom toujours et à jamais !
Chaque jour je te bénirai,
je louerai ton nom toujours et à jamais.

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
La bonté du Seigneur est pour tous,
sa tendresse, pour toutes ses œuvres.

Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce
et que tes fidèles te bénissent !
Ils diront la gloire de ton règne,
ils parleront de tes exploits.

Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit,
fidèle en tout ce qu’il fait.
Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent,
il redresse tous les accablés.

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 1,11-12.2,1-2.
Frères, nous prions pour vous à tout moment afin que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a adressé ; par sa puissance, qu’il vous donne d’accomplir tout le bien que vous désirez, et qu’il rende active votre foi.
Ainsi, le nom de notre Seigneur Jésus sera glorifié en vous, et vous en lui, selon la grâce de notre Dieu et du Seigneur Jésus Christ.
Frères, nous avons une demande à vous faire à propos de la venue de notre Seigneur Jésus Christ et de notre rassemblement auprès de lui :
si l’on nous attribue une inspiration, une parole ou une lettre prétendant que le jour du Seigneur est arrivé, n’allez pas aussitôt perdre la tête, ne vous laissez pas effrayer. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19,1-10.
En ce temps-là, entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait.
Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche.
Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.
Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là.
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »
Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie.
Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur. »
Zachée, debout, s’adressa au Seigneur : « Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. »
Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham.
En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis, jeudis et vendredi de 16h30 à 18h30