Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-5-juin-2016

Homélie du 5 juin 2016

"Je te l’ordonne, lève-toi !"


Avant, on croyait à l’évangile grâce aux miracles. Vu ce que Jésus arrivait à faire, il n’y avait aucun doute : il manifestait bien la puissance de Dieu. Qui d’autre que Dieu pourrait rendre la vue à des aveugles, ouvrir les oreilles des sourds, ou faire revenir un mort à la vie ? Les miracles étaient les sceaux attestant de la vérité divine de Jésus.
Aujourd’hui, on ne croit plus à l’évangile à cause des miracles. Tout ces récits sont des histoires auxquelles seuls des enfants pourraient croire. Le doute et la méfiance à propos de récits paraissant un peu trop surfaits ont pris place de raisonnement. On peut s’imaginer que Jésus a posé ces actes, tout comme on peut croire au Père Noël ou au baiser magique du prince charmant et de la princesse... Un message d’amour et de paix à travers les évangiles, d’accord, mais ces histoires de miracles racontées par on ne sait qui viennent tout gâcher, et un esprit normalement constitué ne peut y adhérer.
« Je tiens à ce que vous le sachiez, l’Évangile que j’ai proclamé n’est pas une invention humaine. » Voilà Paul contraint à se justifier de la Parole qu’il annonce. « Ce n’est pas non plus d’un homme que je l’ai reçu ou appris, mais par révélation de Jésus Christ. » Lui, l’ancien juif persécuteur des chrétiens converti par la grâce de Dieu, cherche à ce que l’Évangile puisse être annoncée et cru. Il vient raconter comment l’expérience, ou l’événement de cette Parole, Jésus-Christ, a retourné totalement sa vie. Ce n’est pas par un raisonnement intellectuel, qu’il a eu révélation de l’Évangile, mais par l’expérience d’une rencontre intime avec Jésus-Christ, une rencontre qui a transformé sa façon de vivre et sa compréhension de la réalité.
Alors pouvons-nous croire sérieusement, avec nos esprits scientifiques et raisonnables, à ces histoires de morts que Elie et Jésus ressuscitent ? Comment adhérer à de tels récits ?
Et s’ils n’étaient pas destinés d’abord à raconter ce que Dieu fait, qu’à laisser faire en nous ce qu’il raconte qu’il fait ? Je m’explique : et si le but de cette Parole n’était pas d’abord de nous raconter des histoires merveilleuses pour que nous croyions, mais de nous faire vivre intérieurement une résurrection, un relèvement, un retour à la vie ? Une expérience. L’expérience de l’action de Dieu en nous, en chacun de nous, de l’intérieur de nous-mêmes. Nous sommes comme cet enfant de la veuve chez qui habite le prophète. Nous sommes ce fils de la ville de Naïm, dont le cadavre croise le chemin de Jésus. Nous sommes capables de vie, de joie, d’espérance, d’ouverture, de pardon ! Nous sommes créés pour aimer et pour tisser des relations ! Mais nous sommes aussi marqués par les signes de la mort : la tristesse, le désespoir, la fermeture, les ruptures. Nous savons détester, couper les ponts, briser les relations... et en souffrir.
C’est là que la Parole de Dieu jaillie, non pas comme les phrases d’un conte, mais comme l’événement d’une injonction : « Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi ! » Et cette Parole fait en nous ce qu’elle a fait en son temps à celui qui deviendra Saint Paul : elle vient brûler tout ce qui est mort, couché, enterré, paralysé en nous, et relever tout ce qui est vivant.
« Lève-toi, humanité ! Tu es appelée non à la mort, mais à la vie ! Ne sois pas une rampante, comme les animaux qui n’ont pas de squelette, mais vis debout et marche ! » Tu es « appelée », comme l’apôtre Paul, à annoncer par ta vie que l’Amour est plus grand et plus fort que tout, et que chaque homme a une valeur et une dignité inestimables ! La Parole de Dieu n’est pas jugement et condamnation, elle est Parole d’encouragement et de relèvement, Parole qui suscite et re-suscite sans cesse chacun de nous au plus creux de nous-mêmes.
C’est cela, précisément, que va vivre Théo en étant plongé dans l’eau du baptême. Par ce sacrement, la puissance de Dieu va venir l’habiter, non pas pour le protéger de tout ce qui pourrait lui arriver de mal, mais pour le faire vivre de la Vie infinie de Dieu et de son amour tout puissant.
Ce qui est incroyable, c’est que cette Parole de vie ne dépend pas de nos mérites ou de nos actions. Elle est don gratuit de la miséricorde de Dieu, de sa tendresse et de sa compassion. Ni l’enfant, dans l’évangile, ni la mère, ni la foule du côté de la mère, ni les disciples, ni la foule qui suis Jésus, personne ne demande à Jésus de faire quoi que ce soit. Mais « il fut pris de compassion. » Il fut saisi d’amour en ses entrailles pour cette femme veuve et attristée. Aucune prière n’a sollicité le Christ : son cœur suffit à entendre nos désirs les plus intimes et les plus vitaux.
Nous retrouvons ce dimanche ce qu’on appelle « le temps ordinaire » de l’Église, ce temps qui n’est pas marqué par des fêtes particulières. Ce « temps ordinaire » rappelle l’ordinaire de nos vies. Mais dans cet « ordinaire », la Parole du Christ vient nous rejoindre, pour que nous soyons des vivants de la Bonne Nouvelle. Des vivants joyeux et des témoins heureux de l’amour donné sans compter. C’est la puissance de Dieu. Celle qu’aucun homme n’a inventée, parce qu’elle dépasse l’imagination des hommes. Puissance d’un Dieu qui vient offrir la vie sans aucune demande en retour, juste par amour... et qui ne cesse de redonner la vie par-delà toutes nos morts sans jamais se lasser. Puissance d’un Dieu qui va jusqu’à être saisie de compassion pour les détresses humaines, au point de souffrir avec nous comme un ami qui comprend.
Non, l’Évangile n’est pas imaginable de l’imagination des hommes. Elle est pour tous révélation, action de Dieu qui vient nous rechercher et nous relever.
« N..., je te l’ordonne : lève-toi ! »
Amen.
P. Benoît Lecomte

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis, jeudis et vendredi de 16h30 à 18h30