Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-7-mai-2016

Homélie du 7 mai 2016

"Oui, nous sommes bien à l’image de Dieu, des êtres communicants et des êtres de communication, de relation, de dialogue, de partage... de communion"


C’est devenu bateau de le dire ou de le remarquer, tout est devenu « communication ». On communique à tout va, et tout est question, ou problème, de communication. Même au sommet de l’état, qu’une loi ne soit pas accueillie, on ne se demande pas si c’est parce qu’elle n’est pas juste ou pertinente, c’est parce qu’on a mal communiqué. En paroisse, l’un des soucis principal n’est-il pas celui de la communication : qu’il est difficile de savoir où et quand aura lieu la messe du week-end ! Ou de savoir ce que tel groupe ou telle équipe vit !
La communication a envahi tout l’espace, jusqu’en nos familles : combien de mésententes à cause de la communication ? Celle entre parents et enfants (les ados et leurs parents savent de quoi je parle), celle au sein d’un couple (dont la communication est peut-être le premier défi !)...
Je ne m’étendrais pas sur ces heures au téléphone portable, ou sur ces milliers de mails et de SMS, pas toujours reçus comme il le faudrait, et qui créent tant d’interprétations parfois bonnes et parfois sources de conflits... On multiplie les réseaux, on abolie l’espace et le temps, on n’est plus où l’on doit être...
Alors, la communication, le mal du siècle ?
Le mal... ou la chance ! La chance, parce que le retour à notre véritable identité : celle d’êtres communicants.
Les plus sceptiques – ou les plus filoux – répondront : « Trop facile ! Lui qui fait de la com, il tire la couverture à lui et prêche pour sa paroisse ! »
Sauf que voilà : n’est-il pas dans l’être même de Dieu de se communiquer lui-même à l’homme ? Toute l’Ecriture n’est-elle pas la Parole de Dieu, jusque dans sa Chair en Jésus-Christ, Parole de Dieu qui dit Dieu à l’homme de chaque époque ? Dieu ne cesse de se dire, de se communiquer, et de chercher à entrer en dialogue, en échange, en partage avec l’homme. Pour le rencontrer, comme un ami.
L’évangile du jour nous presse encore ! Jésus prie son Père. Et quelle est sa prière ? « Je prie pour ceux qui, grâce à la parole de ceux qui sont là, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi et toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. » Jésus prie pour que nous soyons capables de l’annoncer. Il prie pour que nous sachions continuer par nos propres mots et nos propres vies la communication de Dieu, que nous en soyons relais, témoins.
Témoins, comme Etienne, jusqu’au martyr, pourquoi pas. Vie donnée jusqu’en ces paroles de pardon pour ceux qui le lapident, parce que ça ne peut être que les paroles de Dieu envers l’homme pécheur. La scène se déroulant devant Saul, qui deviendra Paul, l’un des plus grands communicants de Dieu ! Touché, sans nul doute, par le témoignage d’Etienne au moment de son martyre.
« Faire connaître au monde combien je les aime. » Voilà la mission que Jésus nous confie dans sa prière au Père. En cette année de la miséricorde, ce souhait prend une saveur toute particulière, que le pape François s’est employé à développer dans son message pour ce dimanche, journée mondiale des communications sociales, nous renvoyant à nos milles façons de communiquer, mais aussi d’être les uns avec les autres, et en Église. Permettez-moi de le citer, j’espère pas trop longuement. « Ce que nous disons et la manière dont nous le disons, chaque parole et chaque geste, devrait pouvoir exprimer la compassion, la tendresse et le pardon de Dieu pour tous. L’amour, par nature, est communication, il conduit à s’ouvrir et non pas à s’isoler. Et si notre coeur et nos gestes sont animés par la charité, par l’amour divin, notre communication sera porteuse de la force de Dieu. » « Il s’agit d’accueillir en nous et de répandre autour de nous la chaleur de l’Église Mère, pour que Jésus soit connu et aimé. »
« Que les paroles et les actions soient donc telles qu’elles nous aident à sortir des cercles vicieux des condamnations et des vengeances, qui continuent à piéger les individus et les nations, et qui conduisent à s’exprimer avec des messages de haine. La parole du chrétien, au contraire, se propose de faire grandir la communion et, même quand il faut condamner le mal avec fermeté, elle cherche à ne jamais briser la relation et la communication. » « La miséricorde est capable de créer une nouvelle manière de parler et de dialoguer. » Je m’arrête là et vous invite à lire tout le message. Il est celui de l’Évangile : « Que tous soient un pour que le monde croie. » « Ce n’est pas la technologie qui décide si la communication est authentique ou non, mais le coeur de l’homme et sa capacité de bien user des moyens mis à sa disposition. » La Parole de Dieu est entre nos mains, et dans la façon que nous avons de vivre comme citoyens d’une nation et du monde, ou comme chrétien en Eglise : vivons-nous plutôt dans la peur et le rejet, ou dans la communion et le dialogue ? Jésus nous propose une option. Quelle sera notre réponse ?
Alors plus rien ne nous empêchera de communiquer, parce que cette communication, entendue comme capacité multiple de toutes nos relations, sera pétrie de miséricorde et d’attention, de simplicité et de service. Et nous n’aurons plus à chercher les moyens par lesquels faire connaître l’Évangile ! Notre vie deviendra témoignage. Elle portera le signe de la présence de Dieu auprès de chaque homme, jusqu’au cœur du cœur de toute humanité.
Oui, nous sommes bien à l’image de Dieu, des êtres communicants et des êtres de communication, de relation, de dialogue, de partage... de communion. Et c’est dans cette communion que Jésus désire pour nous, que nous devenons porteurs de cette nouvelle incroyable que nous n’en finissons pas de découvrir : nous sommes en Dieu, et Dieu est en nous, par Jésus-Christ et par l’Esprit !
Alléluia !
P. Benoît Lecomte

En savoir plus

Septième dimanche de Pâques

Livre des Actes des Apôtres 7,55-60.
En ces jours-là, Étienne était en face de ses accusateurs. Rempli de l’Esprit Saint, il fixait le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu.
Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. »
Alors ils poussèrent de grands cris et se bouchèrent les oreilles. Tous ensemble, ils se précipitèrent sur lui,
l’entraînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider. Les témoins avaient déposé leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul.
Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. »
Puis, se mettant à genoux, il s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort.

Psaume 97(96),1-2b.6.7c.9.
Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !
Joie pour les îles sans nombre !
Justice et droit sont l’appui de son trône.

Les cieux ont proclamé sa justice,
et tous les peuples ont vu sa gloire.
À genoux devant lui, tous les dieux !

Tu es, Seigneur, le Très-Haut
sur toute la terre :
tu domines de haut tous les dieux.

Livre de l’Apocalypse 22,12-14.16-17.20.
Voici que je viens sans tarder, et j’apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu’il a fait.
Moi, je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.
Heureux ceux qui lavent leurs vêtements : ils auront droit d’accès à l’arbre de la vie et, par les portes, ils entreront dans la ville.
Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange vous apporter ce témoignage au sujet des Églises. Moi, je suis le rejeton, le descendant de David, l’étoile resplendissante du matin. »
L’Esprit et l’Épouse disent : « Viens ! » Celui qui entend, qu’il dise : « Viens ! » Celui qui a soif, qu’il vienne. Celui qui le désire, qu’il reçoive l’eau de la vie, gratuitement.
Et celui qui donne ce témoignage déclare : « Oui, je viens sans tarder. » – Amen ! Viens, Seigneur Jésus !

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 17,20-26.
En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi.
Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé.
Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN :
moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.
Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.
Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé.
Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis, jeudis et vendredi de 16h30 à 18h30



-