Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-dimanche-21-mai-2017

Homélie du dimanche 21 mai 2017

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Ils sont trois : le Père, le monde, et nous. L’Esprit « qui a vivifié » le Christ après sa mort en croix, vient vivifier nos vies pétries du monde d’obscurité, à la mesure où nous l’accueillons et le recevons.


Ils sont trois : le Père, le monde, et nous. Jésus s’en va, il retourne au Père. Lui qui était avec nous n’y sera plus. Il assurait le lien, la présence, il faudra désormais faire sans lui. Inquiétude des disciples. Mais le projet de Dieu n’est pas d’abandonner l’homme. Jamais. Son apparente invisibilité n’est pas absence. Alors il se rend présent autrement. Autrement qu’humainement en Jésus. Il envoie son Esprit. Non pas comme un compagnon de route, ou un ami avec qui échanger, mais comme le souffle intime de Dieu en nous, dans la profondeur de nos cœurs, comme une respiration secrète en nos vies… Il est là. Toujours et à jamais présent.
Ils sont trois : le Père, le monde et nous. Et le défi du Christ est de lier ces trois. Le Père, dans sa divinité la plus absolue et la plus mystérieuse, follement épris d’amour pour le monde ; le monde, avec ses logiques et ses violences, avec ses absences de Dieu et ses élans prophétiques ; et nous, dans le monde et rejetant tant de caractéristiques de notre monde, participant parfois à ce que nous dénonçons, liés au Père et cherchant à être signe d’une autre humanité possible. Ils sont trois, si différents. Jésus a réalisé sa mission, il a déjà tout réconcilié par la croix et la résurrection… mais il faut encore continuer. Il faut encore lier. Il faut encore mettre en communion. Aujourd’hui, et chaque jour, et chaque seconde. Alors il envoie l’Esprit du Père. L’Esprit que ceux qui écoutent la Parole peuvent recevoir et accueillir. L’Esprit qui « agit dans les cœurs de tous les hommes de bonne volonté », disait le Concile Vatican II. L’Esprit qui anime tous ceux qui aiment – et donc tout homme ! - et que tout homme sait rejeter en n’aimant pas.
« Le monde », dans l’évangile de Jean, peut avoir plusieurs sens. On comprend ici qu’il ne s’agit pas de « la société », mais bien de cette partie de nous-mêmes qui nous habite tous. Cette partie du cœur et de nos heures qui ne veut pas la Lumière, ni l’Ouverture, ni le Don. Cette partie qui se ferme pour ne pas écouter, ni les autres ni Dieu. Ce qui en nous ne veut pas aimer du véritable amour. Ce qui « ne le voit pas et ne veut pas le connaître » – car ce serait nous exposer aux grands vents décoiffants de l’Evangile et à l’instabilité de celui qui se laisse déranger.
Jésus promet d’envoyer l’Esprit. Qui « demeure auprès de nous, et qui sera en nous. » L’Esprit de vérité, le Défenseur, qui nous fait ouvrir les yeux et le cœur, et nous apprend à aimer à la mesure à laquelle nous sommes aimés. Qui nous apprend à reconnaître que Jésus est en son Père, que nous sommes en Christ, que Lui est en nous, et que le monde est infiniment aimé du Père car seul la puissance d’un Amour Tout-Puissant peut sauver le monde de l’obscurité pour le mener à la Lumière – et nous sommes des êtres de Lumière faits pour la Lumière.
Réaliser chaque jour ce projet et cette communion des trois – le Père, le monde et nous – est donc dépendant de notre accueil de l’Esprit. Notre mémoire récente retourne à Barbezieux, il y a 15 jours, où 170 d’entre nous ont reçu le sacrement de la confirmation. Certains se présentant au dernier moment, dans un élan jusqu’ici inexprimé ! Ecoutons le désir de tous ces jeunes et adultes. Ecoutons leur soif de recevoir l’Esprit Saint comme aux premiers jours de l’Église, comme en Samarie avec Philippe, Pierre et Jean. Laissons-nous interpeller par ces jeunes et ces adultes qui ont demandé aux successeurs des Apôtres de leur imposer à eux aussi les mains. Laissons-nous saisir par cet appel qui réveille en nous le désir d’accueillir encore et encore l’Esprit ! Pas pour « finir » sa vie de chrétien ou de baptisé et « avoir tout fait », mais pour se laisser faire par Dieu lui-même. Le laisser déployer notre intelligence, notre capacité d’échange, et notre capacité à aimer, comme nous invite Pierre dans sa lettre.

Ils sont trois : le Père, le monde, et nous. Jésus s’en va, il retourne au Père. Lui qui était avec nous n’y sera plus. Il assurait le lien, la présence, il faudra désormais faire sans lui. Mais le projet de Dieu n’est pas d’abandonner l’homme. Ni de faire sans l’homme. L’Esprit « qui a vivifié » le Christ après sa mort en croix, vient vivifier nos vies pétries du monde d’obscurité, à la mesure où nous l’accueillons et le recevons. Faisons grandir en nous ce désir de l’Esprit, don du Père et du Fils, grandir notre désir de communion, non comme des blasés du baptême, mais comme des assoiffés d’amour et de lien.
Amen.
P. Benoît Lecomte

En savoir plus


Sixième dimanche de Pâques

Livre des Actes des Apôtres 8,5-8.14-17.
En ces jours-là, Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ.
Les foules, d’un même cœur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même les voyaient.
Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs, qui sortaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris.
Et il y eut dans cette ville une grande joie.
Les Apôtres, restés à Jérusalem, apprirent que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu. Alors ils y envoyèrent Pierre et Jean.
À leur arrivée, ceux-ci prièrent pour ces Samaritains afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint ;
en effet, l’Esprit n’était encore descendu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus.
Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint.

Psaume 66(65),1-3a.4-5.6-7a.16.20.
Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! »

Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom.
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.

Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu’il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme ;
Béni soit Dieu
qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

Première lettre de saint Pierre Apôtre 3,15-18.
Bien-aimés, honorez dans vos cœurs la sainteté du Seigneur, le Christ. Soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous ;
mais faites-le avec douceur et respect. Ayez une conscience droite, afin que vos adversaires soient pris de honte sur le point même où ils disent du mal de vous pour la bonne conduite que vous avez dans le Christ.
Car mieux vaudrait souffrir en faisant le bien, si c’était la volonté de Dieu, plutôt qu’en faisant le mal.
Car le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair, mais vivifié dans l’Esprit.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,15-21.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements.
Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous.
l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous.
Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous.
D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi.
En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous.
Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis, jeudis et vendredi de 16h30 à 18h30



-