Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-samedi-28-janvier-2017
          Homélie du samedi 28 janvier 2017

Homélie du samedi 28 janvier 2017

Je t’en prie... sois fou !


Dieu nous veut heureux ! Dieu nous veut libre, joyeux et heureux ! Et ça, c’est déjà une très très bonne nouvelle. Et on a bien des raisons, à y regarder de près, d’être heureux. Le fait même d’être ensemble ce soir est déjà source de bonheur et de joie (j’espère !). Nous nous plaignons souvent, et même quand nous voudrions arrêter de nous plaindre, nous nous plaignons des gens qui se plaignent… Et sûrement ne prenons-nous pas assez de temps pour remercier Dieu de ce bonheur du quotidien dans lequel nous vivons.
Mais parfois, il est vrai, ce bonheur devient plus difficile. Quand la maladie ou la fatigue s’en mêlent, quand les complications relationnelles prennent le dessus…
Car d’ordinaire, dans notre monde, le sens de notre vie est plutôt jugé à l’aune de l’efficacité, de la performance, de la rentabilité, de la facilité à exercer de multiples tâches, de la qualité du sourire impeccable à offrir à chacun… Mais quand les choses ne sont plus au top, quand on devient moins performant, quand on n’a plus autant d’énergie, quand tout s’embrouille dans la tête, quand l’entourage se réduit et qu’on reste seul dans sa solitude, quand on nous demande tant et tant et qu’on ne peut plus… alors le sentiment de bonheur disparaît, laissant place à celui du malheur, de l’inutilité… Plus rien de fonctionne, on ne vaut plus rien, tout ça n’a plus de sens. A quoi bon vivre, pense-t-on alors. Les critères du monde, nos critères et nos indices de bonheur deviennent des indices de malheur et de fatigue encore plus grande.
Mais la Parole de Dieu devient plus percutante et plus tranchante que jamais ! Vous avez entendu ce texte des Béatitudes, où les critères semblent inversés : heureux ceux qui pleurent, heureux ceux qui ont faim et soif de justice et qui ne s’arrogent pas plus de droits qu’aux autres, heureux ceux qui sont persécutés, heureux les doux… Étrange bonheur, si loin de ce qu’on recherche dans un premier élan.
Saint Paul va plus loin encore, me semble-t-il, dans sa lettre : « Ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est. » Ce n’est pas le fort, qui est fort, c’est le faible ! Ce n’est pas le grand, mais le petit qui est premier. Ce n’est pas l’énergique, mais le fatigué qui est efficace !
Car celui-ci est ouvert aux autres et à Dieu. Il sait, parce qu’il l’expérimente, qu’il ne peut pas tout, tout seul. Il ne vit pas de lui-même et pour lui-même. Il devient alors témoin de l’existence de l’autre et du Tout-Autre. Le faible ouvre le regard et le cœur. Voilà une autre bonne nouvelle, qui vient décoiffer nos habitudes et nos certitudes.

Et vous avez entendu cette invitation que lance Saint Paul : « Ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi. » Alors, je t’en prie, laisse-toi choisir par Dieu, et sois fou !
Sois fou, toi qui es encore jeune, même depuis longtemps ! Sois fou !
Fou d’un autre monde, où chaque homme est respecté, même le petit, même le faible, même celui qui ne compte apparemment plus !
Fou d’un monde où l’amour et le pardon sont les seuls critères de réussite !
Fou d’un monde où les relations s’embellissent et ne détruisent pas !
Ne sois pas sage comme ces gens enfermés qui ont tout vu, tout entendu, qui savent déjà tout et sont blasés de la vie. Ne sois pas sage comme ces techniciens et ces stratèges qui calculent leurs coups pour arriver à leurs fins.
Toi, Aime ! Sois fou d’Amour comme Dieu est fou d’amour pour toi, et pour nous et pour chacun !
C’est cela, les Béatitudes. Pas un enseignement qui nous dit qu’il faudrait pleurer et être pauvre et méprisé pour être heureux ! Mais une Parole qui nous rappelle que la folie de l’amour sans limite fait entrer dans un bonheur sans fin qui échappe à tout calcul.
Je t’en prie… sois fou !

P. Benoît Lecomte

En savoir plus

Quatrième dimanche du temps ordinaire

Livre de Sophonie 2,3.3,12-13.
Cherchez le Seigneur, vous tous, les humbles du pays, qui accomplissez sa loi. Cherchez la justice, cherchez l’humilité : peut-être serez-vous à l’abri au jour de la colère du Seigneur.
Je laisserai chez toi un peuple pauvre et petit ; il prendra pour abri le nom du Seigneur.
Ce reste d’Israël ne commettra plus d’injustice ; ils ne diront plus de mensonge ; dans leur bouche, plus de langage trompeur. Mais ils pourront paître et se reposer, nul ne viendra les effrayer.

Psaume 146(145),7.8.9ab.10b.
Le Seigneur fait justice aux opprimés ;
aux affamés, il donne le pain ;
le Seigneur délie les enchaînés.

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés,
le Seigneur aime les justes.

Le Seigneur protège l’étranger,
il soutient la veuve et l’orphelin.
Le Seigneur est ton Dieu pour toujours !

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1,26-31.
Frères, vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance.
Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ;
ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est ;
ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu.
C’est grâce à Dieu, en effet, que vous êtes dans le Christ Jésus, lui qui est devenu pour nous sagesse venant de Dieu, justice, sanctification, rédemption.
Ainsi, comme il est écrit : ‘Celui qui veut être fier, qu’il mette sa fierté dans le Seigneur.’

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,1-12a.
En ce temps-là, voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui.
Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait :
« Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.
Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis, jeudis et vendredi de 16h30 à 18h30