Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Hommage-a-Jean-Claude-Renaud

Hommage à Jean-Claude Renaud

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir

En ce 30ème anniversaire du festival de la BD Chrétienne, nous avons une pensée toute particulière pour Jean Claude Renaud qui nous a quitté en 2014 et qui en a été l’instigateur principal.


Témoignage du dessinateur Brunor

 Résumé des épisodes précédents :

Notre cher Jean Claude a été à l’initiative de cette dynamique œcuménique qui a assuré la présence de la Bd chrétienne au festival d’Angoulême qui dure depuis presque 30 ans.
Durant l’année 1986, avec les Pasteurs Marc Pons et Marc Weiss d’Angoulême, Jean Claude a été l’artisan d’un projet que nous, auteurs de Bd invités dans des festivals, n’avons vu nulle part ailleurs : Comment témoigner d’une présence d’Eglise et d’unité des chrétiens, au milieu des centaines de milliers de festivaliers de passage ?
Jean Claude a répondu par toute sa vie : Travaillons !...
catholiques et protestants locaux, travaillons ensemble, sur la durée, autour d’un projet qui respecte l’identité de chacun, tout en témoignant d’une unité visible.
Des réunions ont donc commencé à Paris, sous le label de Chrétiens-média France, pour le lancement de ce projet auquel Jean Claude a voulu donner une large dimension dès le festival de 1987.

Le frère jésuite Roland Francart qui venait de démarrer le Criabd à Bruxelles et moi-même, dessinateur et fondateur de fanzine, avons été associés dès le début à ce projet, et avons fait la connaissance de Jean-Claude et de son dynamisme, puis de son équipe naissante à Angoulême : tous ceux qui ont donné de leur énergie, de leur temps et de leur amour ; et je crois que c’est Jean François Kieffer qui a trouvé cette sympathique appellation de « Bédévoles ». Et là je salue de la part de tous les dessinateurs tous ces visages des bédévoles que Jean Claude et Hélène ont su regrouper autour d’eux et que nous aimons comme une famille d’accueil !
 
Depuis cette époque où il est tombé dans cette marmite qu’il concoctait depuis ces débuts,
et dont il a réussi à faire une vraie potion magique,
grâce aux talents culinaires de son épouse Hélène,
l’ami Jean-Claude n’a jamais cessé de travailler
avec une générosité très touchante et efficace pour cette grande affaire dont le nom de code était : “ des bulles dans la cathédrale”,
bulles, qui se sont rapidement répandues au Temple et à l’église saint Martial, après avoir démarré sous les chapiteaux du salon officiel les premières années, avec un grand stand dont les plus anciens se souviennent car c’était un évènement historique : la Bd chrétienne au milieu de ce monde en ébullition… (en ébullition, à cause des bulles).

Depuis bientôt 30 ans, chacun sait que Jean-Claude ne s’est jamais arrêté.
Il fallait une certaine audace pour entreprendre de contacter des stars comme Moebius, Juillard, Sfar, Emmanuel Guibert, Tibet,
pour leur proposer de mettre les pieds - et leurs expos de dessins originaux- dans une Cathédrale ou un Temple...

Pour finir, une petite histoire, comme un conte…
Dès la clôture du festival, à la nuit tombante, les habitants d’Angoulême avaient pris l’habitude, depuis 30 ans, de croiser une silhouette familière en bleu de travail et bonnet jusqu’au nez, promenant une grande échelle entre la cathédrale et les bulles champ de mars et New York :

C’était un décrocheur de panneaux de fléchage, qui menait une sorte de course contre la montre avec les employés de la voirie chargés de nettoyer tout ce qui était abandonné par les éditeurs !
Cet étonnant personnage digne de l’histoire du Petit Prince, comme l’allumeur de réverbère… perché en haut de son échelle, si vous lui demandiez si c’est bien pour monsieur Renaud qu’il travaillait, il vous répondait : Oui, oui, c’est bien moi. Et il relevait son bonnet avec le grand sourire que nous lui connaissons.

Voilà… Si on cherchait Jean Claude pour un conseil ou un outil,
il fallait regarder vers le haut... On était sûr de le trouver tôt ou tard, sur son échelle.
Maintenant, je vais continuer de faire ça.
On sait où le trouver.
Il n’y a pas marqué FIN, mais à suivre…
Brunor

Dès l’annonce de son décès, les dessinateurs ont saisi leurs crayons... et laissé parlé leur amitié pour Jean-Claude


Brunor


Elvine


Coolus


Gaëtan Evrard


Jean-Pierre Molina

En savoir plus

« Fortement engagé dans le diocèse d’Angoulême, Jean-Claude Renaud était le fondateur de l’association « Chrétiens Médias 16 » en 1981. Cette association chargée d’annoncer l’évangile et d’assurer une présence d’Église dans le monde des médias a permis la création de radio RCF Accords en 1992, de nombreux journaux paroissiaux, de l’hebdomadaire Courrier Fançais et du festival de la BD chrétienne. C’est bien avec l’équipe de la BD chrétienne que Jean-Claude Renaud a eu des rapports privilégiés. Il a permis d’organiser des manifestations et expositions de plus en plus œcuméniques, innovantes et créatives, au fil des salons de la bande dessinée. En 1986, avec les pasteurs Marc Pons et Marc Weiss d’Angoulême, Jean- Claude Renaud a donné à la BD chrétienne une dimension beaucoup plus large qu’une simple présence au festival. C’est à cette époque que la manifestation a pris son essor à la cathédrale avec Brunor et Jean-François Kieffer. »
Denis Charbonnier

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.