Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Jeudi-25-mai-2017-Fete-de-l-Ascension5785
          Jeudi 25 mai 2017 : Fête de l’Ascension

Jeudi 25 mai 2017 : Fête de l’Ascension

"Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde."

L’arbre qui nous a accompagnés cet hiver s’est effacé. Il laisse la place à ce mur nu. Aujourd’hui, c’est dans l’absence apparente que se dit la présence de Jésus au cœur de chacun de nous.


La fête et l’événement de l’Ascension sont en général vécus et compris comme le moment où Jésus disparaît au regard des disciples, les laissant dans l’absence de sa présence.
Il me semble pourtant, à l’écoute de la Parole, qu’il ne s’agit pas tant d’absence que de présence la plus absolue et la plus sûre. Jusqu’à cette dernière parole de l’évangile : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »
L’extrait de la lettre de Paul aux Ephésiens est à ce titre si doux et si réconfortant ! Je vous propose de le méditer tranquillement, pour en recueillir la vigueur et la force.
On y entend l’invocation à l’Esprit, d’abord : « Frères, que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ vous donne un esprit de sagesse qui nous le révèle et vous le fasse vraiment connaître. » L’Esprit promis au moment de l’Ascension, cette « force qui viendra sur vous », est l’Esprit qui ouvre notre cœur et notre intelligence à la présence de Dieu en Jésus-Christ. C’est là sa première action, son œuvre fondamentale : disposer notre existence et nous mettre en présence de Dieu Lui-même. Il vient « ouvrir les yeux de notre cœur », selon la belle expression poétique de Paul. Pour que ces yeux du cœur comprennent que nous ne sommes pas seuls, abandonnés aux difficultés de la vie et des événements, tels des vagabonds errants dans un siècle sans but. Non, il faut que tu saches « quelle espérance t’ouvre son appel. » Car l’Esprit, non seulement ouvre les yeux du cœur, mais aussi les oreilles du cœur, pour entendre l’appel incessant que Dieu te lance. L’appel à la vie, l’appel à l’espérance, au courage, à la joie, au bonheur, à la douceur, à la tendresse… Et non seulement tu n’es pas abandonné et seul dans la jungle de la vie, mais Dieu lui-même veut que tu partages la gloire sans prix de l’héritage, son héritage, l’héritage pour tous les croyants.
En accueillant l’Esprit envoyé par Jésus, tu découvriras l’inouï de ta relation avec Dieu. Il t’offre, comme un don parfait, « l’énergie, la force, la vigueur qu’il a mise en œuvre dans le Christ quand il l’a ressuscité d’entre les morts et qu’il l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux. » Rien que ça ! Entends-tu cette parole de l’apôtre ? Reviens-y encore une fois : Dieu t’offre et met en toi « l’énergie, la force, la vigueur qu’il a mise en œuvre dans le Christ quand il l’a ressuscité d’entre les morts. » Comprends-tu ce que cela peut vouloir dire ? Cela veut dire que ta vie n’est pas aussi petite que tu peux le penser ! Elle est au contraire, quoi que tu vives, belle, forte, immense, aimée, vivante, elle est dans la veine de celle de Jésus, dans sa liberté, dans sa direction, dans sa sève ! Oui, tu es, nous sommes vivants de la sève de Jésus, par la puissance de l’Esprit qui habite en nous et nous ouvre les yeux du cœurs.
Une telle puissance de vie doit nous réveiller de nos torpeurs et de nos sommeils, de nos peurs et de nos fatigues. La puissance de vie capable de réveiller un mort habite en nous, et nous continuerions à dormir ? Cela n’est pas possible. Cela nous place, dans l’héritage reçu avec le Fils Unique Jésus-Christ, dans une responsabilité incroyablement belle. Nous avons un nouveau chef d’état et de nouveaux ministres, et on imagine quelles responsabilités, quelles charges tombent soudainement sur leurs épaules. Ce n’est pourtant rien à côté de la notre, bien plus grande encore. Mais une charge douce et légère. Jésus nous offre de vivre avec Lui à la place qui est désormais la sienne, parce qu’elle est la place de tout homme qui aime à la mesure de Dieu – et que notre vocation commune est d’aimer jusque là - : « Il l’a établi au-dessus de tout être céleste : Principauté, Souveraineté, Puissance et Domination, au dessus de tout nom que l’on puisse nommer. » Vous avez bien entendu, c’est là que Dieu nous place, c’est à ce niveau de conscience de vie que Dieu nous attend, puisqu’il nous veut avec son Fils, puisque nous vivons de l’Esprit qui propulse nos vies jusque là.
Peut-être trouves-tu que j’exagère un peu, toi qui te bats contre la maladie, toi qui essaies tant bien que mal de joindre les deux bouts à la fin du mois, toi qui as tant de préoccupations et de soucis matérielles, relationnelles, familiales à t’occuper avant de t’imaginer à une place de domination amoureuse du monde. Tu as pourtant entendu comme moi la dernière phrase de l’extrait de la lettre : « Il a tout mis sous ses pieds et, le plaçant plus haut que tout, il a fait de lui la tête de l’Église qui est son corps, et l’Église, c’est l’accomplissement total du Christ, lui que Dieu comble totalement de sa plénitude. » Mystère d’une présence pleine et entière, en plénitude. Nous sommes cette Eglise, à cette place où Jésus nous laisse en partant auprès du Père. Nous comprenons dans cette lumière notre vocation d’Eglise, tellement plus large et plus profonde, plus haute et plus grande que ce que nous en faisons ! L’Ascension devrait être appelée « fête de l’Eglise », parce que nous découvrons dans ce mouvement de Jésus, toute notre vocation, notre responsabilité, la puissance qui nous habite et que nous abîmons trop souvent. L’élévation de Jésus est révélation de notre propre élévation dans le regard et le projet du Père, par le Souffle de l’Esprit. Jésus n’est plus là en face de nous. Il est là, avec nous, à jamais, pour que nous prenions toute notre place d’acteurs de miséricorde et d’amour, de réconciliation et d’espérance.
Soyons, là où nous sommes, dans nos quartiers, nos cités, nos réseaux, ces communautés pleines de la vie et de la Puissance d’amour du Père, de son Esprit, visages du Christ. Soyons ces hommes et ces femmes vivants de cet Esprit offert, brûlés au feu de l’amour de Dieu, témoins jusqu’aux extrémités de la terre et de l’homme. Amis, « pourquoi restez-vous à regarder vers le ciel ? » C’est aux confins de l’humanité, et dans tous ses recoins, que Jésus nous envoie, c’est là que nous sommes attendus, c’est là que nous serons pleinement nous-mêmes. Avec lui et en lui, jusqu’à la fin des temps.
Amen.
P. Benoît Lecomte

Livre des Actes des Apôtres 1,1-11.

Cher Théophile, dans mon premier livre, j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné, depuis le moment où il commença, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis. C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ; il leur en a donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu. Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père. Il déclara : « Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche : alors que Jean a baptisé avec l’eau, vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici peu de jours. » Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? » Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux. Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que, devant eux, se tenaient deux hommes en vêtements blancs, qui leur dirent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

Psaume 47(46),2-3.6-7.8-9.

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu,
sonnez, sonnez pour notre roi, sonnez !

Car Dieu est le roi de la terre :
que vos musiques l’annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 1,17-23.

Frères, que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père dans sa gloire, vous donne un esprit de sagesse qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître. Qu’il ouvre à sa lumière les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle espérance vous ouvre son appel, la gloire sans prix de l’héritage que vous partagez avec les fidèles, et quelle puissance incomparable il déploie pour nous, les croyants : c’est l’énergie, la force, la vigueur qu’il a mise en œuvre dans le Christ quand il l’a ressuscité d’entre les morts et qu’il l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux. Il l’a établi au-dessus de tout être céleste : Principauté, Souveraineté, Puissance et Domination, au-dessus de tout nom que l’on puisse nommer, non seulement dans le monde présent mais aussi dans le monde à venir. Il a tout mis sous ses pieds et, le plaçant plus haut que tout, il a fait de lui la tête de l’Église qui est son corps, et l’Église, c’est l’accomplissement total du Christ, lui que Dieu comble totalement de sa plénitude.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 28,16-20.

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Contact

adresse Paroisse Saint Jean-Baptiste
31 rue Pierre Aumaître
16000 Angoulême
+335 45 91 29 33
Paroisse Saint Jean-Baptiste
Accueil à la paroisse les mardis de 10h à 12h




-