Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/La-Parole-de-Dieu-a-au-moins-cette-vertu

Homélie du 8 juillet 2018

La Parole de Dieu a au moins cette vertu : elle ne se satisfait pas de nos rétrécissements. Elle les élargie toujours, nous déstabilisant sûrement, mais nous rendant ainsi – autant que nous l’acceptions – un peu d’humanité. La vraie. La grande. Celle que Dieu a créé en nous. Notre belle vocation d’Homme à son image.


Qui es-tu ?
Quelle est cette parole, qui parle au-delà des mots ?
Quelle est cette présence, agissante au-delà de ce qu’on voit ?
Quel est ce regard, qui vient de plus loin que les yeux ?
Quelle est son histoire, au-delà de ce qu’on en connaît ?
Quel est ce cœur, si surprenant, bien au-delà de ce qu’on en pressent ?
Comme autant de questions qu’ont pu se poser les contemporains de Jésus, disciples en tête, à propos du Christ.
Humanité au-delà du visible, du saisissable, du connaissable.
Pour le Christ Jésus, bien sûr.
Et pour nous aussi. Pour toi, pour moi.
Et pour chaque homme.
Qui est-il, celui qui vient à moi, d’où vient-il, d’où vient sa parole, quelle est son histoire, quelle est la profondeur de son cœur ?
Est-il seulement un migrant ? Un malade ? Un pauvre ? Un riche ? Mon enfant ? Un vieux ? Un jeune ? Un casseur ? Un pécheur ? Un paumé ? Mon conjoint ? Mon ami ? Un professionnel ? Le curé ? Un étranger ? Mon parent ?
Il est là, il vient à moi dans mon quotidien ou par le média des images. Mes yeux le voient mais voient si peu de lui. Mes oreilles entendent mais entendent si peu de ce qu’il dit. Mon cœur peut s’ouvrir, mais si étroitement par rapport au Mystère insaisissable qu’est l’autre !
L’expérience racontée dans l’Evangile est si banale. Humanité de Jésus mise en avant, par notre propre humanité. Ici, pas de grand sauveur, pas de faiseur de miracle, pas de grande déclaration, mais juste celui qu’on connaît (ou qu’on croit connaître) : le fils du charpentier, le frère, le cousin. Qui pour savoir – mais comment auraient-ils pu comprendre ou même imaginer ? - qu’il est Dieu ?
Expérience du quotidien, répétée et revécue par chacun de nous 1000 fois par jour. Nos catégories sont si pratiques, nos étiquettes si simples, nos pré-compréhensions si étroites.
La Parole de Dieu a au moins cette vertu : elle ne se satisfait pas de nos rétrécissements. Elle les élargie toujours, nous déstabilisant sûrement, mais nous rendant ainsi – autant que nous l’acceptions – un peu d’humanité. La vraie. La grande. Celle que Dieu a créé en nous. Notre belle vocation d’Homme à son image.
Parole prophétique pour le monde – et donc pour nous aussi.
Prophétique parce que remettant l’Homme à sa place, à sa juste place, tout à sa place : en Dieu. En divinité. En beauté. En Mystère.
Parole reçue, chaque jour de notre vie de disciple,
Parole reçue au jour de notre baptême et qui nous fait devenir, à notre tour, prophètes.
Car la Parole ne s’enferme pas, elle n’arrête pas sa course, on ne la freine pas. Elle se donne à nous elle passe à d’autres par nous. Mystère de la confiance de Dieu qui nous choisi comme collaborateurs de sa grâce et de son mystère : « Je t’envoie. Tu leur diras : ‘ainsi parle le Seigneur Dieu’… Alors, qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas, ils sauront qu’il y a un prophète au milieu d’eux. » Confiance indécente d’un Dieu qui choisi les faibles – nous – pour prophètes. « Il m’a déclaré : ‘Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » Expérience de Paul – et la nôtre. « Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. » Car ce n’est plus moi qui parle et agit, mais le Christ, par moi. Sommet paulinien de l’expérience spirituelle.
Expérience à vivre personnellement – et la mission devient vertigineuse, et à vivre en Eglise, en communauté. L’Église, Parole du Christ agissante pour aujourd’hui, en notre monde. Non Parole de condamnation ou de jugement, comme trop souvent par le passé et encore parfois aujourd’hui, ni Parole auto-centrée s’intéressant d’abord à la vie et à l’organisation de l’Eglise, mais Parole de vie, d’amour, de joie, de confiance, d’encouragement pour le bon, le bien et le beau. Parole de relèvement qui tranche quand l’humanité se déshumanise en lui rappelant la grandeur de sa vocation – et de ne pas avoir peur, de ne pas être mûe par la peur, d’accueillir la profondeur, la largeur, la hauteur de son mystère d’humanité. Pleinement ouverte à l’autre, dans ce qu’il a de si étonnant et nouveau. Avertissement de Jésus dans l’Evangile : que l’Église, le lieu d’origine, le pays, la parenté, la maison de Jésus, ne soit pas sourde à la Parole ni fermée à son action créatrice !
« L’Esprit du Seigneur est sur nous, il nous a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres », disait l’antienne de l’Evangile. Prophètes pour ce monde, attentifs à la Parole que nous accueillons… et qui nous vient, mystérieusement, au-delà de tout ce que nous osons imaginer et des petits rangements bien pratiques de nos organisations.
Et l’Humanité, comme la Parole, surgit. Comme une Bonne Nouvelle.
Amen.
P. Benoît Lecomte

En savoir plus

Lectures de la messe

Lecture du livre du prophète Ézékiel

En ces jours-là,
l’esprit vint en moi
et me fit tenir debout.
J’écoutai celui qui me parlait.
Il me dit :
« Fils d’homme, je t’envoie vers les fils d’Israël,
vers une nation rebelle qui s’est révoltée contre moi.
Jusqu’à ce jour, eux et leurs pères
se sont soulevés contre moi.
Les fils ont le visage dur,
et le cœur obstiné ;
c’est à eux que je t’envoie.
Tu leur diras :
‘Ainsi parle le Seigneur Dieu...’
Alors, qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas
– c’est une engeance de rebelles ! –
ils sauront qu’il y a un prophète au milieu d’eux. »

– Parole du Seigneur.

Psaume
(Ps 122 (123), 1-2ab, 2cdef, 3-4)

R/ Nos yeux, levés vers le Seigneur,
attendent sa pitié. (cf. Ps 122, 2)

Vers toi j’ai les yeux levés,
vers toi qui es au ciel,
comme les yeux de l’esclave
vers la main de son maître.

Comme les yeux de la servante
vers la main de sa maîtresse,
nos yeux, levés vers le Seigneur notre Dieu,
attendent sa pitié.

Pitié pour nous, Seigneur, pitié pour nous :
notre âme est rassasiée de mépris.
C’en est trop, nous sommes rassasiés
du rire des satisfaits,
du mépris des orgueilleux !

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
les révélations que j’ai reçues
sont tellement extraordinaires
que, pour m’empêcher de me surestimer,
j’ai reçu dans ma chair une écharde,
un envoyé de Satan qui est là pour me gifler,
pour empêcher que je me surestime.
Par trois fois,
j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi.
Mais il m’a déclaré :
« Ma grâce te suffit,
car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. »
C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses,
afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure.
C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ
les faiblesses, les insultes, les contraintes,
les persécutions et les situations angoissantes.
Car, lorsque je suis faible,
c’est alors que je suis fort.

– Parole du Seigneur.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jésus se rendit dans son lieu d’origine,
et ses disciples le suivirent.
Le jour du sabbat,
il se mit à enseigner dans la synagogue.
De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient :
« D’où cela lui vient-il ?
Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée,
et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ?
N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie,
et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ?
Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? »
Et ils étaient profondément choqués à son sujet.
Jésus leur disait :
« Un prophète n’est méprisé que dans son pays,
sa parenté et sa maison. »
Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ;
il guérit seulement quelques malades
en leur imposant les mains.
Et il s’étonna de leur manque de foi.
Alors, Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse du 1er juillet au 15 août uniquement les vendredi de 16h30 à 18h30



-