Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/La-beatitude-de-la-foi

La béatitude de la foi

Dimanche 23 Avril 2017
2ième dimanche de Pâques ; St Jean 20, 19-31
"Dimanche de la Divine Miséricorde"

Homélie de Fr. Henri Revéreau, missionnaire de Ste Thérèse


« Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Cette béatitude ne fait pas partie des Béatitudes que nous entendons au jour de la Toussaint. Et pourtant ! C’est peut-être la béatitude la plus importante de l’Évangile car elle fait appel à la foi dépouillée de signes visibles ou tangibles ! Elle fait appel à une expérience intérieure de rencontre avec l’Invisible, réelle présence du Ressuscité en chacun de nous !

Il faut sans doute passer par le doute, pour accéder à la foi, comme on passe par le désert, pour apprécier l’eau de l’oasis.

Thomas est bien de notre race d’hommes et de femmes qui veulent tout comprendre, tout maîtriser, tout de suite ! Il nous rend l’immense service de nous sortir de nos certitudes en demandant à voir. Souvent nous entendons, suite à un témoignage, cette expression : « Je demande à voir ».
Or ici il n’y a rien à voir, sinon avec les yeux de la foi, avec les yeux du cœur, illuminés par la présence du Christ ressuscité qui chuchote à chacun de nous :
« Si tu savais le don de Dieu… n’aie pas peur…
Je suis avec vous chaque jour jusqu’à la fin des temps. »

Nous sommes comme l’enfant qui ne comprend pas, mais qui veut voir, qui, inlassablement, tire sur la robe de sa maman en criant : « Je veux voir ! ».
Souvent, nous sommes ces enfants, frères de Thomas, qui voulons voir et mettre nos doigts dans les trous des mains de Jésus, dans son côté percé par la lance…
Et voilà que Jésus ne refuse pas ce doute, cette demande. Il ouvre ses mains, il montre son côté… et, les yeux de Thomas s’ouvrent à la lumière de la foi, et, ses mains se lèvent dans un acte de foi : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Alors je me dis que les autres me conduisent à la rencontre du Seigneur ressuscité. Leur témoignage de joie humble et confiante est une douce parole, semblable à celle de Jésus qui ne fait pas de reproche à Thomas, mais l’invite à constater que ses mains sont trouées, que son côté est ouvert.
Faut-il que nous soyons des calculateurs, des cartésiens, pour que le témoignage de l’Evangile et de 2000 ans de christianisme ne soient pas suffisants, comme preuves du Christ vivant !
Seul le chemin de l’humilité, du consentement à accepter de ne pas tout comprendre,
nous conduira à nous laisser prendre, pour arriver :
- au bout du chemin de notre nuit, à voir la lumière !
- au bout du chemin de nos doutes, à proclamer : « Je crois en Jésus ressuscité » !
Telle est la foi que les chrétiens, à chaque Eucharistie, sont invités à exprimer dans leur vie concrète, au quotidien, comme l’écrit l’apôtre St. Jacques
« La foi, sans les œuvres, est bel et bien morte. » (St. Jacques 1,5-6)

N’ayons pas peur d’entendre cette béatitude de la foi, et, dans la lumière de Pâques, avançons avec doute et certitude sur le chemin, comme les deux pèlerins que Jésus a rejoints… et qui partagent avec lui le repas de la renaissance et de la foi…
Alors nous devenons des témoins visibles,
de l’Invisible mais réelle présence du Christ ressuscité. Alléluia !

En ce dimanche de la Divine Miséricorde, institué par Saint Jean Paul II,

  • le doute et la foi de Thomas nous font toucher du doigt, qu’avec la vie, Dieu miséricordieux « accorde la paix, la joie, la foi, l’espérance et l’amour à qui veut bien les Lui demander. » Il y a en nous un Thomas qui sommeille. Il faut le réveiller et oser dire : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
  • rappelons-nous que nous n’avons jamais fini de bénéficier de la Miséricorde de Dieu ! Elle est « l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. » selon le Pape François… et Dieu n’a jamais fini de venir à notre rencontre ! Cette rencontre nous fait vivre, comme nous fait vivre ou revivre la rencontre du visage de quelqu’un qui nous aime, que nous aimons ! C’est ce que nous dit l’apôtre Pierre dans la seconde lecture de ce dimanche :
« Dans sa grande miséricorde, Dieu nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts. »

Dans la nuit de nos doutes,
Seigneur Tu t’approches de nous
et Tu nous dis comme à Thomas :
« Avance ton doigt ici,
et vois mes mains ,
avance ta main et mets-la dans mon côté :
cesse d’être incrédule, sois croyant. »

Seigneur je crois, mais augmente ma foi
lorsque le repli sur moi-même
et sur mes certitudes, m’éloigne de Toi
et me fait douter de Ta présence !

Seigneur accueille mon cri
comme celui de Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Il est l’élan de ma foi petite
comme la flamme d’un lumignon !

Seigneur fais de moi
un témoin joyeux de ta Vie !
Et que ma vie, à la lumière de Ta présence
soit une lampe
capable d’éclairer les pas
de ceux qui cherchent,
de ceux qui doutent, Alléluia, Amen !

Frère Henri REVEREAU Missionnaire de Ste Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

RCF fête ses 25 ans

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


allowfullscreen>

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France


Denier du culte 2017

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil