Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Mercredi-1er-mars-2017-Mercredi-des-Cendres
          Mercredi 1er mars 2017 : Mercredi des Cendres

Mercredi 1er mars 2017 : Mercredi des Cendres


La rencontre à vivre est celle du Christ, non pas à travers l’autre – car ce serait nier l’autre ou l’utiliser – mais en l’autre. Et de gagner ensemble en simplicité, en joie, en partage, en attention, en qualité missionnaire aussi.


Nous voici en carême. Le but de ces 40 jours ? La Parole de Dieu nous le rappelle avec une simplicité et une beauté rares. « Revenez à moi de tout votre cœur », dit le Seigneur dans le livre de Joël. « Laissez-vous réconcilier avec Dieu », nous prie l’apôtre Paul. Le carême est cet espace ouvert en nos vies, comme une béance, par laquelle plus encore que de revenir vers Dieu, nous laissons Dieu venir à nous.
Pourquoi ? Peut-être parce que nous passons beaucoup de temps à nous protéger de Dieu. A éviter qu’il soit trop présent en nos vies, trop intrusif. Ou si on le laisse venir, nous cadrons sa venue selon quelques critères qui nous arrangent plutôt et nous confortent dans nos repères et nos pensées. Mais « vos pensées ne sont pas celles de Dieu », dira Isaïe (Is55). Et « vos chemins ne sont pas ses chemins. » Alors de temps en temps, une fois par an, pendant quelques jours, nous nous risquons.
Nous nous risquons à ouvrir nos carapaces et nos armures pour laisser Dieu se révéler à nous tel qu’il est, plus beau et plus grand que ce que nous en faisons.
Sa révélation totale, ce sera dans 40 jours : Pâques. Dans la nuit se lèvera une lumière et une présence infinie se nichera dans nos cœurs. Ce sera l’apothéose de l’Evangile, la Résurrection de Jésus nous entraînant dans une victoire inouïe. Ne vivons pas ce carême comme si nous ignorions le but. Au contraire, marchons la tête haute et les yeux fixés sur Pâques et l’éclat de son Alléluia universel et cosmique !
Reste le chemin à faire.
L’Evangile nous propose trois pistes pour creuser la béance : le partage, la prière et le jeûne. Chacun saura puiser dans ces réalités qui touchent toutes à des dimensions fondamentales de nos vies, par lesquelles Dieu vient nous rencontrer et se donner à nous. Chacun saura discerner les boucliers à faire tomber pour laisser Dieu l’inonder. Sûrement pouvons-nous, si nous le vivons dans ce but – et non comme une discipline bête à accomplir – avoir un peu d’appréhension de ce qui pourrait nous arriver ! L’aventure avec Dieu n’est pas sans risque ! Elle n’est pas publique non plus, elle est personnelle et intime, dans le secret du cœur à cœur avec Lui. « Ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »

Communautairement, nous tenterons une expérience : celle de croire que le Seigneur se révèle à nous et attendris nos cœurs par la rencontre des frères.
A la fin de cette célébration, et avant de continuer la soirée ensemble, nous verrons comment mettre en pratique ce chemin de conversion. Mais l’idée force sera celle de la fraternité. Et de lancer le mouvement de petites fraternités au sein de nos deux paroisses, pour nous rencontrer différemment, et peut-être plus humainement. Car il n’y a rien de vraiment humain qui ne soit pleinement divin.
L’expérience prendra racine pendant ce temps de carême. Elle pourra évidemment – et nous l’y encourageons – se continuer après ! Peut-être des fraternités continueront l’aventure dans 10 ou 15 ans, qui sait !
La rencontre à vivre est celle du Christ, non pas à travers l’autre – car ce serait nier l’autre ou l’utiliser – mais en l’autre. Et de gagner ensemble en simplicité, en joie, en partage, en attention, en qualité missionnaire aussi. Peut-être le jeûne se transformera-t-il en goûters partagés ou en grandes tablées, l’aumône en échanges, et la prière en éclats de rires ! Là sera Dieu, présent à chacun et à tous, se révélant dans ce qu’il est de plus beau, de plus simple et de plus nouveau : les frères.

Bonne route de carême joyeux et fraternel à chacun et à tous !
Amen

P. Benoît Lecomte

Livre de Joël 2,12-18.

Maintenant – oracle du Seigneur – revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment.
Qui sait ? Il pourrait revenir, il pourrait renoncer au châtiment, et laisser derrière lui sa bénédiction : alors, vous pourrez présenter offrandes et libations au Seigneur votre Dieu. Sonnez du cor dans Sion : prescrivez un jeûne sacré, annoncez une fête solennelle, réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte, rassemblez les anciens, réunissez petits enfants et nourrissons ! Que le jeune époux sorte de sa maison, que la jeune mariée quitte sa chambre ! Entre le portail et l’autel, les prêtres, serviteurs du Seigneur, iront pleurer et diront : « Pitié, Seigneur, pour ton peuple, n’expose pas ceux qui t’appartiennent à l’insulte et aux moqueries des païens ! Faudra-t-il qu’on dise : “Où donc est leur Dieu ?” »
Et le Seigneur s’est ému en faveur de son pays, il a eu pitié de son peuple.

Psaume 51(50),3-4.5-6ab.12-13.14.17.

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 5,20-21.6,1-2.

Frères, nous sommes les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel : nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu. Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché, afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu.
En tant que coopérateurs de Dieu, nous vous exhortons encore à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de lui. Car il dit dans l’Écriture : ‘Au moment favorable je t’ai exaucé, au jour du salut je t’ai secouru.’
Le voici maintenant le moment favorable, le voici maintenant le jour du salut.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,1-6.16-18.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.
Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Contact

adresse Paroisse Saint Jean-Baptiste
31 rue Pierre Aumaître
16000 Angoulême
+335 45 91 29 33
Paroisse Saint Jean-Baptiste
Accueil à la paroisse les mardis de 10h à 12h




Toutes les rencontres à venir