Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/MesseEnLatinFormeExtraordinaireduriteromain
      La messe « en latin », « Forme Extraordinaire du rite romain »

La messe « en latin », « Forme Extraordinaire du rite romain »

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 11 votes

La messe sera célébrée dans la forme extraordinaire du rite Romain à Notre Dame d’Obezine (Angoulême).


Pour libéraliser la célébration de la messe traditionnelle, dite de St-Pie V, dont le rite liturgique était en vigueur avant la réforme liturgique de 1969, le SOUVERAIN PONTIFE BENOÎT XVI donnait le 7 juillet 2007, la Lettre apostolique en forme de Motu Proprio : Summorum Pontificum.

Un bref rappel historique est toutefois utile pour éviter d’oublier qu’au cours des siècles et jusqu’à nos jours la célébration de la messe a connu des réformes pour des raisons principalement culturelles.
En 1563, le concile de Trente confia au pape Pie V la révision du missel « grégorien » du nom du pape Grégoire Ier (590-604) rendu célèbre par la réforme de la liturgie. Elu pape en 590, Grégoire Ier fixera définitivement les textes de la Messe.
Cependant, plus près de nous dans le temps, à la suite du Concile Vatican II, et dans la ligne de la Constitution sur la Sainte Liturgie « Sacrosanctum concilium », un nouveau Missel Romain sera promulgué en 1969 par le Pape Paul VI. Ce Missel est l’expression ordinaire de la lex orandi de l’Église catholique de rite latin. Quant au Missel de saint Pie V réédité par Jean XXIII, il « doit être considéré comme expression extraordinaire de la même lex orandi de l’Église et être honoré en raison de son usage vénérable et antique. Ces deux expressions de la lex orandi de l’Église n’induisent aucune division de la lex credendi de l’Église ; ce sont en effet deux mises en œuvre de l’unique rite romain. » (Art. 1 Motu proprio)
L’expression, « lex orandi » « lex credendi » signifie en gros que l’on croit de la même manière que l’on prie.
La Messe selon la “ Forme extraordinaire du rite romain” a comme particularité, que la célébration liturgique soit « orientée ». « Il s’agit de se tourner ensemble vers l’abside qui symbolise l’Orient où trône la croix du Seigneur ressuscité. » (cf. Cal Robert Sarah) : il s’en suit que le prêtre rend présent le Sacrifice du Christ, « dos au peuple ». D’autre part, elle est codifiée : elle obéit à des « rubriques » précises. Enfin, la langue de la messe, dans la « Forme extraordinaire », est le Latin ; c’est la langue universelle de l’Eglise. Toutefois, on pourra employer la langue du peuple pour les lectures bibliques. « Les lectures peuvent être proclamées en langue vernaculaire, en utilisant des éditions reconnues par le Siège apostolique. » (Art. 6 Motu proprio)
Cette présentation de la Messe « d’autrefois » est loin d’être exhaustive. Nous l’avons voulu ainsi. Surtout, retenons le numéro 24 de l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium du Pape François :
« L’Église évangélise et s’évangélise elle-même par la beauté de la liturgie, laquelle est aussi célébration de l’activité évangélisatrice et source d’une impulsion renouvelée à se donner. »

En savoir plus

Contact : Père Jean-Baptiste Texier

Messes du premier trimestre 2017 :
les dimanche 15 janvier, dimanche 26 février et dimanche 19 mars 2017.

Pour la messe du 19 mars :
Messe du Dimanche du 3ème dimanche de carême 10 h
Ouverture du Sanctuaire à 9 h.
Confessions.
Répétition de la chorale à 9 h 30 à la Crypte du Sanctuaire.
Les Servants de messe sont attendus dès 9 h 30 accompagnés de leurs parents, à la crypte.

Les chants de la messe :

Programme des chants :
Messe du 3° de Carême
Station à Saint-Laurent-Hors-Les-Murs
- Asperges me
- Messe XVII Quadragesimae
- Credo I
- Le Seigneur est notre secours
- En toi Seigneur mon espérance
- Ave Regina caelorum
- O Salutaris Hostia avec le verset pour la France
- Ô Marie...
- Benedicamus Domino
- Domine , salvam fac Galliam

3 réactions


9 janvier 15:29, par LALANDRE

Merci Monseigneur GOSSELIN.

- repondre message


 


14 janvier 18:53, par bodard

- Pourquoi pas, à condition qu’il y ai les moines de Solesmes ou équivalent sans lesquels on ne peut parler de "forme extraordinaire"et seul justification de la messe en latin.

- une question:lorsque Jésus bénit le pain, le rompit et le donna à ses disciples leurs tournait-il le dos ?

- repondre message


 


16 janvier 14:14, par Fifi

C’est une très bonne idée, au nom de la modernité, on ne doit pas exclure ceux qui sont attachés à la tradition. C’est une très belle preuve d’ouverture d’esprit de la part de notre Evêque. A titre de curiosité, je m’efforcerai de venir assister de temps à autres à ces offices, et rencontrer ces fidèles que l’on a trop souvent ostracisés. Il faudra juste vérifier la date (1 fois par mois). Merci Monseigneur.

- repondre message


 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.




Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda