Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Noel-2017-les-migrants-avec-ou-sans-frontieres
          Noël 2017 : les migrants avec ou sans frontières

Noël 2017 : les migrants avec ou sans frontières

Le lundi 20 décembre 2016 de 18 h 30 à 19 h 30 , Yves Calvi a animé un débat sur le thème Migrants : avec ou sans frontières. Cette émission a montré comment la réalité de la migration n’était pas d’aujourd’hui, mais qu’elle traversait le temps et l’espace de l’histoire de l’humanité.


De plus à l’approche de l’hiver, nous avons vu la semaine dernière des vols de grues sauvages dans le ciel de notre Charente. Ces oiseaux cherchent la chaleur du sud et font des kilomètres et des heures de vol en escadrons : elles réalisent une migration, c’est à dire un déplacement d’un lieu à un autre.

Hier...

  • Hier le peuple de Dieu connaissait la migration. A la recherche de la nourriture pour leurs troupeaux de moutons, les bergers faisaient des kilomètres en suivant les espaces qui proposaient de l’herbe pour la nourriture de leurs troupeaux. C’était aussi comme une nomadisation, au fils des saisons , du temps et des espaces. Vie rude, souvent en solitude et parfois dans l’incertitude , au risque des attaques des brigands des grands chemins !...
  • Hier, des hommes et des femmes se mettaient en route, à pied, à dos de chameau , en bateau, ou à dos d’âne, afin de se rendre à la ville où avait lieu le recensement ! Longue caravane d’hommes , de femmes et d’enfants, marcheurs infatigables qui vont accomplir leur devoir civique ! Parmi cette foule en marche, j’aperçois un homme, accompagnant une femme portée par un âne. Ces deux-là semblent bien jeunes, et c’est sans doute leur premier déplacement. L’allure est lente et l’homme est très attentif à cette jeune femme, son épouse et dont on devine qu’elle est enceinte. C’est certainement leur premier enfant !...

Hier, les voilà qui arrivent à la ville pour ce recensement. En vain ils cherchent à se loger pour se reposer du voyage. Mais tous les hôtels affichent « complet ». « Il n’y a pas de place pour eux à l’hôtellerie » et en plus avec un âne !!!
Que faire ? Car la jeune femme est fatiguée, et elle commence à avoir des contractions, prémices de la naissance d’un enfant...
Tout près d’ici, ils découvrent une étable. Joseph, homme courageux et prévenant, entre dans l’étable où il aperçoit un bœuf et un âne, une crèche remplie de paille . Oh ! Ce n’est pas le luxe, mais au moins on n’ aura pas froid et Marie, sa jeune épouse va pour voir se reposer...jusqu’au moment inouï de la naissance dans la simplicité, dans l’humilité. Seul le cri de l’enfant qui vient de naître traverse le silence de la nuit. Le boeuf a tout compris : il souffle sur l’enfant pour le réchauffer, tandis que l’âne bat la mesure avec ses oreilles afin de rythmer le chant des voix qui viennent d’ailleurs.
Joseph, Marie, sont des migrants rejetés. Seuls les animaux de l’étable les ont accueillis : quel mystère !
Avec Joseph et Marie, nous traversons les grands espaces de l’amour de Dieu pour son Humanité .

Aujourd’hui....

Jusqu’à aujourd’hui où nous rejoignons les migrants de tous pays, de toutes langues, de toutes races, de toutes religions. Migrants en quête de liberté, de nourriture, de travail, de vie familiale retrouvée.
Bien sûr qu’en ces temps-ci nous pensons à Alep avec son défilé de bus remplis d’hommes, de femmes, d’enfants parfois affamés de pain et toujours affamés de respect, de dignité, d’amour fraternel. Ces nomades de l’inconnu sont la honte des grandes nations qui demeurent impuissantes : « nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas !... »

Dans l’Ancien Testament


le psalmiste exprime dans sa prière la détresse des exilés dans le psaume 136(137), trois siècles avant Jésus, thème repris par St.Paul n 2 , Cor 5,6 « nous sommes en exil, loin du Seigneur. »

Au bord des fleuves de Babylone,
nous étions assis et nous pleurions,
nous souvenant de Sion ;
aux saules des alentours,
nous avions pendu nos harpes.

C’est là que nos vainqueurs
nous demandèrent des chansons,
et nos bourreaux , des airs joyeux :
« chantez-nous , disaient-ils
quelque chant de Sion. »

Comment chanterions-nous
un chant du Seigneur
sur une terre étrangère ?
Si je t’oublie, Jérusalem,
que ma main droite m’oublie. !

Je veux que ma langue
s’attache à mon palais
si je perds ton souvenir,
si je n’élève Jérusalem
au sommet de ma joie ! »

Et j’aime écouter cette chanson de Michel Berger, à propos des migrants de Calais :
« Chanter pour eux »
« Je veux chanter pour ceux
qui sont loin de chez eux
et qui ont dans leurs yeux
quelque chose qui fait mal.
Je veux chanter pour ceux
que l’on oublie un peu
et qui gardent au fond d’eux
quelque chose qui fait mal,
qui fait mal. »
Et j’aime aussi entendre Julien Clerc dans sa très belle chanson « Réfugiés »

« Réfugié tu as tous les droits
marcher à quatre pattes
ou au pas de l’oie
Réfugié tu n’as plus de loi
Plus de terre ou de combat.

Avoir des droits, avoir un toit
Essayons un jour l’amour
le jour où chez nous tu seras chez toi
Refuge nous sommes
tous des réfugiés.

Bien sûr on peut t’oublier
renoncer même au passé
et abolir la mémoire
comme on ferme un livre d’histoire.

Hiver, printemps, automne, été
Nous sommes tous des réfugiés
sur cette terre qui est notre terre
qu’il faudra bien un jour partager.

Avoir des droits, avoir un toit
Essayons un jour l’amour
le jour où chez nous tu seras chez toi
Réfugiés, nous sommes
tous des Réfugiés. »

Que faire maintenant sinon chanter avec John Littleton :
« Donne-moi la main mon frère, frère...
Car nous sommes tous des frères, frères...
Oui nous sommes tous des frères, frères,
Dans les mains du Bon Dieu.
Donne-moi la main mon frère...frère... »

A qui allons-nous donner la main, la main du cœur en ce Noël 2017 ?

Frère Henri Revéreau
Missionnaire de Sainte Thérèse
avec tous mes vœux d’un joyeux Noël dans la lumière de l’amour accueilli, offert et partagé, sous le regard attentif de Joseph et de Marie, accompagné du sourire de l’Enfant Jésus.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil

Equipe EAP


-