Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Parole-a-notre-eveque-19-mai-2018
        Parole à notre évêque, 19 mai 2018

Parole à notre évêque, 19 mai 2018

Mgr Gosselin a pris le temps de revenir sur la fête de Pentecôte et la volonté de rassembler cette année dans le diocèse. Il a aussi été question des nominations et de la fête diocésaine des 2 et 3 juin.


Pour se préparer à l’arrivée de l’Esprit saint, le diocèse avait proposé, cette année, une neuvaine de prière à vivre à Angoulême, essentiellement à l’église Saint-Martial. « La Pentecôte constitue un moment très important pour nous tous. Pour notre diocèse, c’est d’autant plus le cas dans ces grandes périodes de réformes. Le mot réforme doit être considéré dans le sens positif avec l’idée d’actualiser un peu nos structures et de permettre de vivre un nouveau dynamisme au service de l’évangélisation en Charente dans notre diocèse. 50 jours après Pâques et 10 jours après l’Ascension, nous avons donc vécu une neuvaine de préparation à cette fête de Pentecôte. La venue de l’Esprit saint est tout particulièrement importante pour nous envoyer dans le monde comme des témoins de la Bonne Nouvelle. Toute la semaine, il y a eu ces soirées animées notamment par les différents mouvements spirituels et aussi avec quelques enseignements pour se préparer. Nous continuons ce samedi (19 mai) avec une nouvelle effusion de l’Esprit saint à l’église Saint-Martial et pour une journée dimanche (20 mai) à la Maison diocésaine. Bien évidemment les chrétiens de Charente pourront aussi aller dans leur paroisse ou passer à la Maison diocésaine pour un enseignement, un pique-nique, une messe. »
« Pour ce dimanche de Pentecôte, nous avons voulu célébrer la messe dehors. Parce que la Pentecôte, c’est justement sortir du cénacle. Le Pape dit beaucoup qu’il faut partir en périphérie, aller dehors dans un cénacle qui sera à ciel ouvert. Nous célébrerons la messe dans le cloître de la Maison diocésaine. Ce n’est pas uniquement parce qu’il va faire beau. Symboliquement, cela signifie que l’Eglise est toujours en sortie pour aller rencontrer des hommes qui parlent d’autres langues et leur faire parvenir cette bonne nouvelle. C’est une proposition d’une fête de Pentecôte toute particulière. Ce cloître est quand même un bel espace, nous allons essayer de l’animer, ce qui va permettre d’avoir cette image d’une Eglise en sortie qui s’ouvre aussi sur la proximité de Dieu », insiste l’évêque.

Les nominations comme application pratique de la Pentecôte

Pour cette messe de la Pentecôte, la Vierge Marie est présente dans ce cloître de la maison diocésaine sous la forme d’une statue. « Il est dit que les apôtres étaient avec la Vierge Marie en prière. C’est donc tout à fait bien vu qu’elle soit là au coeur même d’une Eglise en prière. Elle est l’image de l’Eglise sainte et immaculée, c’est-à-dire purifiée. L’Eglise marche vers ce que la Vierge Marie est aujourd’hui. Comme on le dit dans le livre de l’Apocalypse : « couronnée d’étoiles avec le soleil pour manteau et la lune sous les pieds ». Et c’est toute une humanité sauvée par le Christ. Il s’agit donc de la victoire de Pâques que nous fêtons en Eglise avec cette figure de Marie, sainte. Ce cloître de la Maison diocésaine se prête tout à fait à cette fête. »
Le jeudi 24 mai, les nominations dans le diocèse devaient être officiellement publiées. « Tout le monde les attend. Elles peuvent constituer une intention de prière dans notre parcours concernant les nouvelles orientations. Ces nominations représentent, je crois, une application pratique de la fête de Pentecôte. Dans les Actes des Apôtres, la communauté chrétienne s’organise dès le chapitre 1 car il n’y a plus que 11 apôtres. Avec la mort de Judas, on choisit Matthias. La communauté est appelée à sortir et s’organise. C’est le signe au lendemain de Pentecôte. Nous espérons et j’espère, en tant que pasteur, que ce soit inspiré avec forcément les difficultés que nous connaissons, c’est la réalité. Nous ne sommes pas une Eglise triomphante et qui peut subvenir à tous les besoins de ses enfants, mais l’essentiel doit être conservé. Les nouvelles orientations sont donc au service de l’Eglise de demain. Et, en particulier, cette organisation en doyenné avec une année toute particulière qui va suivre. Elle sera un peu transitoire pour la définition de nouvelles paroisses et l’élaboration en particulier d’un plan pastoral. Bien sûr, nous avons demandé aux communautés, aux services d’être dans la prière. On continue. Le lendemain de la Pentecôte, tout n’est pas terminé avec l’arrivée de l’Esprit saint, au contraire. C’est ce que nous vivons de manière quotidienne. La joie de l’Esprit saint doit nous accompagner, mais c’est une étape de transformation qu’il est important de bien vivre. On va donc s’y accrocher », affirme Mgr Gosselin.

La fête diocésaine pour se rassembler

« Ces nominations signifient que des communautés vont voir partir leur pasteur. Des prêtres qui sont appelés à aller ailleurs. Ce sont des démarches difficiles, j’en ai bien conscience. Mais ce qui doit primer, ce n’est pas l’intérêt personnel, mais bien l’intérêt de l’ensemble. Nous sommes donc là vraiment appelés à une réelle conversion, mais je pense que l’Esprit saint est avec nous. Tous les ans, il y a des changements et cette année d’autant plus. »
La fête diocésaine se vit les 2 et 3 juin à la Maison diocésaine. Ces deux jours représentent une occasion de plus pour la communauté de se rassembler. « Il faut que nous ayons l’occasion de nous retrouver. Le 5 mai était une fête avec les délégués. Tout l’intérêt est de se rencontrer fraternellement et de pouvoir fêter la joie d’être chrétien. Evidemment, cette fête diocésaine est importante pour la formation des séminaristes, puisque le but, c’est le financement des futurs prêtres. Au passage, nous prions en ce mois de mai qui est le mois de Marie mais aussi le mois des vocations pour qu’il y ait les pasteurs dont nous avons besoin et ceux qui s’engagent au service de l’Eglise. J’espère que beaucoup de monde va se déplacer pour cette fête diocésaine. Surtout, ceux qui ne connaissent pas, venez voir à la Maison diocésaine ! », conclut l’évêque.

Erica Walter

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.





-