Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Parole-a-notre-eveque-25-juin-2018
          Parole à notre évêque, 30 juin 2018

Parole à notre évêque, 30 juin 2018

Pendant 3 jours de conseil épiscopal, le travail concret s’est poursuivi pour la mise en application des orientations diocésaines en lien avec les doyens.


Du 25 au 27 juin, le conseil épiscopal a pris le temps de se retrouver pendant trois jours à l’Abbaye de Maumont. « Nous avons profité à la fois du lieu, du beau temps et de la prière des Soeurs. L’idée était de s’extraire un peu de la vie quotidienne sans avoir trop de distraction et ainsi de pouvoir nous concentrer pour une relecture d’année. Il s’est en effet passé de nombreux événements importants pour notre diocèse. Il nous fallait aussi être dans la dynamique des nouvelles orientations diocésaines Pour que rien ne se perde et donc ne perdons pas de vue les orientations diocésaines. Ces 3 jours se sont organisés entre relecture et perspectives. Dans cette optique, nous avons eu une journée complète de travail avec les cinq doyens. »
« Nous avançons concrètement. Ce travail avec les doyens a été déterminant. Nous nous sommes concentrés pour voir comment faire naître ces cinq nouveaux doyennés qui sont appelés à travailler ensemble. En septembre et après, des célébrations devraient authentifier cette réalité pastorale. Comme un curé peut être installé, un nouveau doyenné qui naît peut aussi être reconnu. Nous avons besoin d’étapes pour signifier de nouvelles réalités. Les doyens que nous avons rencontrés sont donc aussi sollicités comme tous les prêtres, leurs collaborateurs. Les doyens sont en fait des coordinateurs d’équipes pastorales », précise l’évêque.

Le 13 octobre, une journée consacrée à l’écriture du plan pastoral

Chaque doyenné devra plancher sur la rédaction d’un plan pastoral. Le 13 octobre, une journée à l’échelle de tout le diocèse sera consacré à l’écriture de ce document. « Nous ne partons pas de zéro. Il suffit de reprendre les orientations diocésaines et de voir en quoi ce qui est un tronc commun peut s’appliquer dans notre doyenné et quelles vont êtres les priorités que nous, en doyenné, nous mettons en place pour être fidèles à ces orientations diocésaines communes. Cette journée du 13 octobre sera une étape importante avec toutes les équipes d’animation pastorale autour de leurs curés et de leurs doyens. »
« Tous les membres des EAP n’ont pas participé au 5 mai, journée d’échanges avant la promulgation des orientations diocésaines. Nous avons été obligés de limiter le nombre de participants puisqu’il y avait des représentants des services, des mouvements. Là, pour le plan pastoral, les l’équipes d’animation pastorale doivent s’approprier les orientations. Il faut partir du principe que ces orientations ne sont pas encore parvenues à la base, elles n’ont pas encore été assez travaillées. Les uns les autres disent qu’il y a de quoi y puiser une force, un dynamisme. Il faut donc s’approprier ce qui a été écrit pour tous afin de le mettre en application. Nous sommes vraiment dans cette étape de mise en application », situe Mgr Gosselin.
« La diversité des doyennés peut être intéressante. Ils sont extrêmement différents. Celui d’Angoulême fait, par exemple, pratiquement la moitié de la population de Charente. Nous ne sommes pas dans les mêmes configurations et il ne s’agit donc pas de se copier les uns et les autres, mais de réaliser ce qu’il y a de possible là où je suis en fonction des configurations de population, du nombre de prêtres, des réalités paroissiales. Les paroisses auront aussi un grand travail à faire dans l’année. Nous avons mis des critères dans les orientations pour voir ce que représente une paroisse eu du coup celles qui ont envie de rester sous cette entité. L’objectif n’est pas de supprimer les paroisses. Un prêtre peut être curé de plusieurs paroisses, mais il faut que la paroisse ait une vitalité suffisante. Nous allons essayer localement de voir ce qui est faisable ».

« L’enseignement catholique fait partie de la structure même d’un diocèse »

Deux établissements de l’Enseignement catholique ont fêté leurs 50 ans le samedi 30 juin : le lycée Beaulieu à Cognac et l’école Notre-Dame à la Couronne. « En fin d’année, c’est d’abord l’occasion de faire la fête. A travers aussi de nouveaux locaux, c’est la preuve qu’il y a une vitalité de ces établissements scolaires. L’enseignement catholique fait partie de la structure même d’un diocèse. Il est ouvert à tous les enfants, tous les jeunes, mais s’expriment, au cœur même de ces établissements, des valeurs chrétiennes qui sont vécues et une annonce possible de la foi pour les chrétiens. Il ne s’agit pas de faire du prosélytisme, mais on demande d’abord à une école d’être une bonne école avec des critères clairs. Et ensuite quand on parle d’école catholique, d’enseignement catholique, cela signifie que quelque chose de l’Evangile doit passer dans l’ambiance, dans le climat général. Pas question d’être un établissement d’élite où simplement sont accueillis ceux qui réussissent. Nous avons un devoir d’accueillir également ceux qui ont plus de difficultés. Comment prenons-nous en charge les membres les plus fragiles, les plus vulnérables dans ces établissements catholiques ? Ils doivent être aussi rentables, bien sûr il y a des frais. C’est à ce prix là que l’enseignement est possible, mais c’est une possibilité qui est offerte », éclaire l’évêque.
« Il y a beaucoup d’établissements de l’enseignement catholique où il peut y avoir une messe par semaine. Chaque établissement a un prêtre référent qui peut être sollicité. Selon les demandes de l’établissement, les désirs du prêtre lui-même, beaucoup de propositions peuvent être mises en place : la catéchèse, des temps de célébration, pour Noël et Pâques évidemment, mais ils peuvent être plus réguliers. Comment est annoncé l’Evangile dans l’enseignement catholique ? C’est une vraie question. Nous avons affiché l’identité et elle doit s’affirmer sans ostentation et sans prosélytisme mais avec dignité et clairement. Je célèbre pour les 50 ans une messe à l’école Notre-Dame à la Couronne et au Lycée Beaulieu à Cognac. Des enfants découvriront peut-être l’évêque, quelqu’un qui arrive avec un bâton et un grand chapeau sur la tête. Je suis en tout cas très heureux d’y participer », conclut Mgr Gosselin.

Erica Walter

En savoir plus

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Mgr Hervé Gosselin
Secrétariat : 05 45 91 86 89
226, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
Mgr Gosselin
Secrétariat de Mgr GOSSELIN

NB : Les mails envoyés à l’adresse eveque chez dio16.fr ne sont plus consultés





-