Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Parole-a-notre-eveque-du-10-septembre-2016

10 septembre 2016

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir

Le diocèse est tourné vers Rome et le Vatican en ce temps de rentrée. Mgr Gosselin y suit une semaine de formation pour les nouveaux évêques et un pèlerinage est aussi organisé sur place.


Du 11 au 18 septembre, Mgr Gosselin avait rendez-vous au Vatican pour suivre une session de formation pour les nouveaux évêques. Il en parle à la veille de son départ :

« Tous ceux qui ont été ordonnés depuis un an dans le monde sont invités pour se retrouver pour une session de communication et de formation. C’est là où nous aurons aussi la joie de pouvoir rencontrer le Pape même si ce n’est pas un échange privé. Pas mal de cardinaux doivent venir nous donner une communication. Je signale aussi qu’il y a un an, le 10 septembre, j’étais dans le bureau du Nonce, cela signifie évidemment quelque chose. Je vais dire deux mots au Pape pour le remercier de cette nomination d’évêque. J’en profiterai pour lui amener une bouteille de Cognac pour qu’il puisse savourer les délices de ce diocèse. Cette session de formation, je la prolongerai en rejoignant les pèlerins charentais qui viennent à Rome. Je reste trois jours de plus pour profiter, avec eux, de Rome et puis avoir aussi une audience avec le Pape programmée le 21 septembre. J’emmène toutes les intentions du diocèse et je compte bien confier au Pape le diocèse d’Angoulême.

Avec les messages de Pape, il y a une parole commune qui est donnée. Nous nous rappelons que, en ce mois de septembre et jusqu’au 4 octobre, c’est le mois de la Création. Ce mois nous invite à la fois à méditer, à rendre grâce et à réfléchir à l’implication que nous avons pour respecter cette maison commune de la création. Le 1er septembre correspond au début de l’année liturgique pour l’Eglise orthodoxe, jour qui rappelle l’oeuvre de Dieu, et le 4 octobre, c’est la saint-François. Tout un mois, c’est quand même une insistance. Je peux inviter tous les diocésains à retrouver la lettre « Laudato si » que le Pape nous a communiquée il y a quelques mois. C’est une très belle lettre faite pour tous sur la création, c’est une lettre qui fait autorité aussi en dehors même de l’Église, qui est reconnue comme une belle réflexion sur la création. »

« Des ponts entre les religions »

« Parce que ce sera les 30 ans de l’anniversaire de la rencontre entre Saint Jean-Paul II et les représentants des autres religions. Le Pape François nous invite vraiment à vivre cette journée comme une journée de prière pour la paix, « Soif de paix, religions et cultures en dialogue ». Nous savons combien c’est important, en ces temps aussi un peu troublés, que nous n’hésitions pas à faire des ponts entre les religions comme le Pape François l’a dit en allant à Cracovie : le monde est en guerre, mais ce n’est pas une guerre de religions. Je pense que les principaux représentants des religions doivent se retrouver à la fois pour dialoguer et pour demander aussi la paix qui vient de Dieu.

Chacun doit respecter les convictions des autres et, en même temps, aussi se faire respecter. On peut demander d’être respecté dans nos convictions personnelles soit par des représentants des autres religions, soit aussi par un Etat. Un Etat laïc, c’est justement pour permettre à chacun de vivre en toute liberté ses convictions religieuses, mais cette idée de pouvoir se rencontrer lorsque nous avons des convictions différentes que ce soit dans un œcuménisme avec des frères chrétiens et que ce soit aussi dans un dialogue inter-religieux en rencontrant d’autres religions, je crois que, vraiment, c’est très important.

Garder la paix demande une juste affirmation de soi. Il ne s’agit pas de trouver le plus petit dénominateur commun, des choses qu’on aurait en commun, comme l’amour ou la paix et qui resteraient des principes. Mais c’est aussi dire en quoi je crois. Et, là, ce n’est pas manquer de respect que d’affirmer les convictions profondes qui sont les miennes et d’entendre aussi que d’autres peuvent avoir d’autres convictions que les miennes dans un dialogue qui peut être respectueux et constructif. C’est très important parce que quand on ne se connaît pas, c’est après que des peurs peuvent naître, que des murs peuvent s’élever et cela devient, à ce moment là, insupportable. Je crois donc qu’il y a cette idée de rencontre, de dialogue... »

« La paix est un don de Dieu »

« Nous allons voir comment le Pape François va vivre cette journée pour la paix à Assise, le 20 septembre. Nous, nous le verrons le lendemain avec les pèlerins de Charente. C’est important de le suivre et, ce jour-là, de s’associer en demandant vraiment la paix. Parce que nous savons que la paix n’est pas une construction humaine en disant : on est d’accord, on fait la paix. On sait bien, en tant que chrétien, que la paix est un don de Dieu. Il faut donc vraiment l’implorer pour que nous puissions vivre en bonne intelligence les uns avec les autres et que nous puissions accueillir le plan de Dieu qui est de nous faire vivre ensemble et de nous accueillir en lui ».

« La paix vient de Dieu. Quels moyens allons-nous prendre pour accueillir cette paix ? On peut considérer que la paix viendra lorsque nous serons tous d’accord. Mais je crois que la paix peut venir alors même que nous ne sommes pas dans un accord réel, mais que le respect est là. C’est déjà une manière de vivre en paix. La paix, c’est quand même un plan. Et je pense que, suivant les religions, il y a une conception de la paix qui est extrêmement différente. Moi, je ne pense pas, en tant que chrétien, que la paix viendra quand tout le monde deviendra chrétiens. Le jour dernier, bien sûr, récapitulera tout et la paix nous sera donnée. Ceci dit, il ne faut pas se tromper de moyens. Il ne s’agit pas d’être conquérants au point d’imposer, mais d’être évangélisateurs en suscitant la liberté de chacun. Ce sera un peu le thème de de notre rentrée diocésaine le 9 octobre. Ce jour-là, nous vivrons un temps diocésain en ce jubilé de la miséricorde. La messe sera célébrée en paroisse le matin et on se retrouvera le midi et l’après-midi pour un temps fraternel et un temps de célébration de jubilé de la miséricorde ».

Transcription de l’émission de RCF Charente par Erica Walter

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Mgr Hervé Gosselin
Secrétariat : 05 45 91 86 89
226, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
Mgr Gosselin
Secrétariat de Mgr GOSSELIN

NB : Les mails envoyés à l’adresse eveque chez dio16.fr ne sont plus consultés