Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Parole-a-notre-eveque-du-14-janvier-2017
          Parole à notre évêque du 14 janvier 2017

Parole à notre évêque du 14 janvier 2017

Avec les multiples présentations de vœux de janvier, Mgr Gosselin a abordé le sens de cette démarche. Il a notamment évoqué l’invitation lancée par le diocèse aux élus de Charente et la plus traditionnelle matinée pour échanger des vœux avec les chrétiens du diocèse.


Avec le début de l’année 2017, Mgr Gosselin est sollicité pour des cérémonies d’échanges de vœux et a également invité les élus le 10 janvier. « L’an dernier, j’étais arrivé juste pour la série des vœux et j’ai trouvé que c’était une belle manière d’être introduit auprès des différents acteurs de la vie sociale du département. Au mois de janvier, la démarche peut paraître un peu formel d’inviter pour des vœux avec petit discours et petit verre en se souhaitant bonne année et bonne santé. Mais ces vœux sont aussi plus profonds, ils représentent une belle occasion de se rencontrer, d’entretenir des liens, de faire des ponts avec les différentes institutions civiles. Dans la mesure du possible, j’essaie d’être présent lorsque je suis invité. Et je me disais qu’il est important aussi d’inviter. Du coup, nous nous sommes dits : pourquoi ne pas inviter les élus de Charente à venir rencontrer l’Eglise à la maison diocésaine pour présenter les vœux. Mardi dernier (10 janvier), il s’agissait donc d’une première. Le département présentait ses vœux le même soir, certains élus ont pu faire les deux ».
« Ce moment avec les élus était une belle rencontre. J’ai formulé des vœux pour dire comment l’Eglise pouvait se situer aussi dans ces temps de défis. L’objectif n’était pas de faire passer des messages, il était plus gratuit. Mais dire un mot montre que l’Eglise a des points à communiquer. Il ne s’agit pas simplement de trinquer ensemble et de se séparer ensuite. Il y a quand même des sujets qu’on peut aborder. On ne les approfondit pas. Par un petit mot, simplement on peut le dire et c’est l’occasion après de rebondir dans une conversation plus privée. C’était une initiative auprès des maires et des élus de Charente ».

« Encourager les chrétiens à prendre leur part »
Lors de cette rencontre, Mgr Gosselin a remis, aux maires et élus, le petit document du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France paru en octobre dernier : Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique. « Le but, c’est d’encourager les chrétiens à prendre leur part dans la vie sociale. Un chrétien engagé est un chrétien aussi qui entend ce qui se passe autour de lui et qui s’engage. Le fait politique n’est pas déconnecté. La vraie spiritualité nous permet de nous incarner dans des dimensions très concrètes : la vie professionnelle et la vie politique ».
« Et comme 2017 est une année importante pour notre pays, je pense que nous, évêques, et moi, évêque de Charente, j’invite les Charentais à prendre leur part dans la réflexion, dans l’accueil des programmes pour pouvoir discerner en conscience ce vers quoi il faut tendre et aller vers. Je crois que c’est quelque chose de fondamental. Ce texte est donc un texte d’exhortation qui montre les difficultés d’aujourd’hui : un monde un peu désillusionné, un peu morose parfois et puis inquiet. Il faut prendre part à la vie en société et nous, chrétiens, nous avons aussi à annoncer l’espérance. Je pense que l’Evangile nous est donné pour nous permettre de vivre ensemble. Je pense que les sociétés qui ont accueilli l’Evangile, qui ont pu avoir une période de chrétienté, ont pu vraiment se développer ».
Le 14 janvier, le diocèse organisait aussi ses vœux autour de Mgr Gosselin pour l’Église de Charente et sa communauté. « Ce sont des vœux à l’évêque et des vœux de l’évêque. L’idée, c’est ce partage. Une des orientations de cette année sera de prendre un soin tout à fait particulier dans les événements diocésains. Je pense que les vœux sont un événement diocésain d’une certaine manière pour tous les charentais et tous les membres de l’Eglise. Ce n’est pas simplement moi, évêque de Charente, qui dis un mot sur la Charente et cette année à venir. Là, nous avons prévu qu’il y ait aussi une remontée afin que ce soit aussi vraiment un partage, afin qu’il y ait des vœux échangés. C’est ainsi que je pense qu’on fait Eglise lorsqu’on partage, lorsqu’on se rencontre. Et les vœux du diocèse sont l’occasion de se rassembler : évêque, prêtres, diacres, religieux, religieuses, consacrés, laïcs, toutes générations pour vivre ce temps ensemble ».

« Il y a des richesses qui sont données »
Lors des vœux du diocèse, l’évêque a remis une lettre qu’il considère comme un point d’étape. « Elle tient compte de ce que j’ai entendu au cours de cette année et doit permettre de se lancer dans l’année nouvelle. Je crois que mon rôle est, entre autres, de communiquer ce que j’entends. Si j’ai de nombreux conseils autour de moi, c’est bien pour entendre et donner des axes, des orientations qui seront précisés plus tard. Ce texte ne va pas servir dans les 10 ans à venir, il correspond plus à un point d’étape, un point de réflexion avant de se lancer dans l’année. Dans la mesure où c’est le pasteur qui l’écrit, on va dire que c’estune lettre pastorale, après, on verra quel impact elle aura... ».
« En tout cas, j’ai invité dans cette lettre aussi à reprendre des textes diocésains qui avaient été promulgués. C’est important parce que sinon on passe d’un texte à un autre et on a à peine digéré qu’il faut déjà en prendre un nouveau. En même temps, il y a des richesses qui sont données, il faut bien les intégrer et puis il y a des orientations nouvelles, des textes nouveaux qui sont sortis dans l’année. On essaie d’intégrer tout cela pour inventer un peu l’avenir et, comme je le dis dans ce texte, il faut que nous soyons au rendez-vous de la promesse et l’avenir se prépare. Il ne s’agit pas d’être passivement en train d’attendre que la situation aille mieux parce que cela n’ira pas mieux si on ne fait rien à la fois pour notre monde, pour la vie de l’Eglise, de la société. Il faut aussi s’impliquer, c’est une recherche, un partage de l’évêque au peuple de Charente. Lors de ces vœux, une petite animation doit permettre d’amener quelque chose, de l’or, de la myrrhe et de l’encens. Mais qu’est-ce que cela représente aujourd’hui pour le peuple de Charente ? ».

Propos de l’émission de RCF Charente retranscrits par Erica Walter

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.