Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Parole-a-notre-eveque-du-17-novembre-2018
        Parole à notre évêque du 17 novembre 2018

Parole à notre évêque du 17 novembre 2018

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Mgr Gosselin a insisté cette semaine sur la dimension importante de la Province en lien avec la promulgation des actes synodaux de Poitiers et une rencontre régionale des évêques. Dans un deuxième temps, le couple responsable des Equipes Notre-Dame en Charente a donné tout le sens de ce mouvement.


Dimanche 11 novembre, l’évêque participait à la journée de promulgation des actes synodaux de Poitiers. La démarche a été mise en route il y a deux ans et s’est achevée par une célébration autour de cette promulgation du texte à la cathédrale de Poitiers. « Il s’agit d’un événement de province. Je pense que nous avons tous à coeur d’être solidaires les uns des autres. Tous les diocèses étaient donc représentés. La semaine d’avant, tous les évêques étaient réunis à Lourdes. Je pense que cet aspect de collégialité, quand nous nous mettons ensemble pour réfléchir et partager nos idées, nos bonnes expériences, est vraiment très précieux pour chacun. Voir comment Poitiers a pu vivre cette démarche de synode avait du sens. Comme le disait Mgr Wintzer, notre archevêque : « Tout reste à faire ». Je me suis dis : « comme à Angoulême ». Nous avons des orientations, ce sont des mots, il faut maintenant passer à la pratique. Cela nécessite de mobiliser le peuple de Dieu pour qu’il se sente concerné par ces écrits et qu’il s’engage dans l’animation des communautés et qu’il devienne, comme le Pape nous y invite, vraiment disciple missionnaire. »
A travers ces démarches de réflexion, des similitudes ressortent. « Par exemple, les axes missionnaires concernant les jeunes, les familles. Nous avons des diocèses semblables avec des différences, mais nous sommes concernés par des questions d’exode rural. Nous devons en tenir compte et rester proches de ce monde rural. La fraternité se vit donc aussi en province. C’est ce que nous avons essayé de manifester dimanche 11 novembre avec la promulgation des actes synodaux à Poitiers. Le peuple de Dieu a été sensible à Poitiers à la présence de plusieurs évêques. Cela signifie que le diocèse de Poitiers n’est pas seul en province, il est aussi entouré d’Eglises sœurs qui fonctionnent ensemble », affirme Mgr Gosselin.

Le partage entre diocèses

Le mardi 13 novembre, les évêques de la région, de la province de Poitiers comme celle de Bordeaux, se retrouvaient pour leur rencontre annuelle. Ils ont pu aborder des sujets communs. Fin octobre, plusieurs centaines de lycéens vivaient ainsi un rassemblement à Bergerac. « Nous avons pu voir comment un tel événement est précieux pour les participants. Nous souhaitons qu’un tel rassemblement se renouvelle, peut-être pas dans les mêmes conditions ou avec la même périodicité. Nous avons aussi des intérêts communs autour du Séminaire à Bordeaux », explique l’évêque. Dans la province de Poitiers, l’enseignement catholique ou le Secours Catholique ont également des organisations partagées. Des propositions communes se vivent aussi pour la pastorale des jeunes. Fin janvier, les 18-35 ans sont invités à Angoulême pour un rassemblement pendant le festival de la BD en lien direct avec les JMJ. « Nous nous rendons compte que les problèmes sont communs, ce qui peut réconforter et encourager. Nous pouvons profiter aussi des expériences positives des autres et nous apportons aussi ce qui marche bien dans notre diocèse. »
Le comité de pilotage de redressement économique du diocèse s’est tenu tout récemment. « Le déficit s’est notablement réduit, mais nous ne pouvons pas diminuer nos efforts que ce soit pour essayer de diminuer les frais de fonctionnement -c’est ce que nous faisons en particulier concernant l’immobilier- ou pour essayer de stimuler les ressources. Je rappelle que l’Eglise ne vit que de dons. Il nous faut solliciter la générosité des chrétiens. S’affirme aussi une dimension de justice parce qu’il est normal que l’Eglise prenne en charge ses serviteurs, prêtres et certains salariés, pour son fonctionnement. Mais cette réalité repose sur la prise de conscience de chacun que l’avenir de l’Eglise nous concerne et nous intéresse. L’avenir de l’Eglise ne se résume pas simplement à des idées. Cet aspect très concret, pratique, d’entretien des lieux doit être pris en compte. Si nous sommes encore très vigilants, nous espérons pouvoir équilibrer les comptes pour l’an prochain, ce qui nous permettra de réinvestir dans des projets pastoraux », précise Mgr Gosselin.

« Travailler notre foi autour du mariage »

Les 17 et 18 novembre s’est vécu un week-end de rassemblement régional à Angoulême des Equipes Notre-Dame. Ce mouvement rassemble des couples mariés ayant le désir de vivre pleinement les richesses de leur sacrement de mariage. Ils se retrouvent à 4 à 5 couples en moyenne une fois par mois avec un conseiller spirituel. Noëlle et Etienne Fèvre sont responsables des Equipes Notre-Dame en Charente. « C’est avant tout un lieu d’entraide pour grandir dans l’amour du Christ et dans l’amour du prochain. Nous avons une pédagogie spécifique autour de ce qu’on appelle des points concrets d’efforts spirituel », indique Noëlle. Etienne ajoute : « pour que le couple dure, je crois qu’il faut qu’il travaille à son union et à son amour. Noëlle et moi avons choisi les Equipes Notre-Dame et, avec une relecture, nous nous rendons compte que notre mariage a été le point de départ de notre entrée dans la foi active et personnelle. Nous avons décidé de travailler notre foi autour du mariage. Ce mouvement nous apporte cette possibilité, parce que nous sommes tournés vers le Seigneur. C’est le Seigneur qui est notre point d’ancrage et, avec lui, nous travaillons notre épanouissement et à faire en sorte que notre mariage et notre vie de couple grandisse. »
Mgr Gosselin a été conseiller spirituel d’une équipe et peut donc témoigner : « J’en vois tout l’intérêt. C’est un mouvement de spiritualité conjugale. Mais l’idée d’associer prêtre et laïcs, pour les conseillers, c’est extrêmement précieux comme lieu de partage. » Etienne en profite pour rappeler l’origine des Equipes Notre-Dame : « initialement, des couples sont allés voir le Père Caffarel, la question qui se posait pour eux était : comment arriver à lier l’amour du Christ et l’amour de leur conjoint ? D’où cette démarche de cet accompagnement du Père Caffarel et toute une réflexion pour permettre au couple de vivre l’amour du conjoint et du Christ. » L’évêque poursuit : « quand on parle de spiritualité, c’est vraiment l’idée de croissance. Croissance du couple, de l’unité du couple avec la vie spirituelle qui n’est pas simplement désincarnée. Il s’agit vraiment d’être en croissance pour devenir un couple saint : la sainteté du couple qui va par un développement de toute son humanité ». Pour Noëlle : « le Père Caffarel a eu deux grandes intuitions. Il a eu un conseiller qui lui a parlé de sacrement de mariage comme chemin de sainteté. Dans les années 30, c’était assez novateur. Nous, nous disons que c’est un prophète pour notre temps et un prophète pour les couples. Parce que vraiment, par le biais de ce qu’on appelle le devoir de s’asseoir -ce rendez-vous mensuel que se donne le couple- le Père Caffarel a eu vraiment cette intuition spirituelle pour que le couple puisse grandir dans sa foi et aussi pour protéger ce couple. Quand on voit aujourd’hui ce que vivent tous les couples, ce rendez-vous mensuel sous le regard de Dieu pour parler, pour communiquer, c’est lutter contre la routine, lutter contre les différentes formes de lassitude, même si on a la volonté de tenir, ce n’est pas si simple. Tout le monde le sait. Et, lui, a eu cette intuition de donner un outil au couple. »

Erica Walter

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.





-