Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Parole-a-notre-eveque-du-17-septembre-2016
          Parole à notre évêque du 17 septembre 2016

Parole à notre évêque du 17 septembre 2016

A Rome pour une semaine de formation pour les nouveaux évêques, Mgr Gosselin a précisé le sens de ces journées et les partages possibles. L’un des temps forts a aussi été la rencontre avec le Pape François.


« Je suis en train d’apprendre mon métier. C’est une session pour tous les évêques du monde entier ordonnés cette année. Nous sommes 150 et nous ont rejoints aussi 90 évêques d’autres pays. Ce qui fait environ 250 évêques ordonnés dans l’année, ce qui est quand même énorme. L’intérêt de ce type de rencontre repose sur des conférences, des temps de carrefours, des temps de partage et de fraternité avec des évêques qui viennent d’Inde, d’Amérique Latine ou des Etats-Unis. Les thèmes abordés étaient très intéressants à savoir : l’évêque comme ministre de la communion, l’évêque : père et guide de son presbyterium, l’Eglise dans le monde post-moderne, l’administration d’un diocèse, l’évêque comme apôtre de la miséricorde. Nous avons abordé l’un de ces thèmes par jour ».
« Ce matin (vendredi 16), nous avons eu la joie d’aller à Saint-Pierre où nous avons rencontré le Pape pour une audience personnelle pour les 150 évêques de la session. Il a pu nous donner quelques directives de ce qu’il pense, de sa méditation sur le rôle de l’évêque dans un diocèse. Chacun personnellement, nous avons pu lui serrer la main. Je me suis présenté et j’ai présenté le diocèse d’Angoulême. C’était donc aussi un grand moment, ce matin, au Vatican. Voilà un peu l’ambiance générale de la session cette semaine ».

« Un Pape extrêmement présent et chaleureux »

« La dernière fois que j’ai vu le Pape, c’était d’un peu plus loin dans le cadre des Journées Mondiales de la Jeunesse. Là, nous étions dans cette salle clémentine, en lien avec le Pape Clément, un espace beaucoup plus réduit. Le Pape a parlé pendant plus d’une demi-heure. On sent un homme extrêmement chaleureux et, en même temps, il a une autorité qui est extrêmement douce. Ceci dit, il fait passer des petits phrases un peu percutantes. Je me suis fait traduire parce qu’il parle en italien qui n’est pas ma langue la plus naturelle. Mais même dans le contact, puisque nous sommes passés les uns après les autres pour le saluer, on sent un homme très présent à chacun. Le Pape nous regardait dans les yeux, c’était un peu personnalisé pour chacun. J’ai trouvé cela assez étonnant. Nous lui devons tous beaucoup ayant tous été appelés sous son pontificat en cette année de la Miséricorde et nous sentons que lui compte sur nous. Je crois qu’il y a eu vraiment un bon partage où nous sentions le bon père et berger de l’Eglise. Un homme extrêmement présent et chaleureux, voilà ce que je retiens de l’entretien de ce matin ».

« Le nouvel évêques d’Alep est présent comme celui de Téhéran, également des évêques qui sont en train de fonder des diocèses donc ils partent avec 3 ou 4 prêtres, ou encore l’auxiliaire de Los Angeles. Des réalités ecclésiales extrêmement différentes étaient ainsi réunies. Pourtant je crois qu’il y a quand même un fond commun aussi bien d’annonce de l’Évangile dans un monde moderne que de difficultés de vocations et, en même temps, de la joie de pouvoir suivre le Christ. Il y a une fraternité aussi entre nous d’emblée. Cette dimension d’Église universelle, je trouve que c’est très agréable. On peut voyager dans le monde en prenant des billets d’avion, et il y a également des lieux où il suffit d’être là et de rencontrer des personnes autour de la table, d’un repas, dans le jardin. C’est assez étonnant, il y a pas mal de barrières de langues mais on baragouine et on arrive à communiquer ensemble. Avec cette ambiance fraternelle, il y a déjà un bel enseignement qui est donné avec cette communion qu’on essaie de vivre ».

« Trouver ensemble cet esprit qui anime toute cette vie »

« Dimanche (18 septembre), cette session se terminera par une messe à Saint-Pierre. La Charente méritait d’avoir un évêque formé, cette session n’est qu’une étape. Il y aura une autre session en janvier prochain. Évidemment, nous n’avons pas appris des dimensions qu’on ne connaissait pas du tout mais, en même temps, il était important de pouvoir être ensemble à entendre les mêmes paroles. Et puis il y a aussi des accents particuliers quand on entend ministre de la communion, guide du presbyterium dans l’annonce de l’Évangile et l’administration, le code de droit canonique, le respect de la loi de l’Église. C’est vraiment très important de chercher et de trouver ensemble cet esprit qui anime toute cette vie. Et ce monde de la curie romaine qui est en pleine mutation, cela rappelle des situations. C’est comme dans les diocèses où tout le monde est en chantier pour essayer d’améliorer les structures et de faire en sorte qu’elles soient plus adaptées. Il y a à la fois ce côté laborieux et passionnant d’essayer avec l’Esprit Saint de faire des choses qui correspondent mieux au temps d’aujourd’hui ».

« Cela fait partie des étapes ce cours annuel de formation, c’est comme cela que cela s’intitule. Je pense que c’est quand même une bonne idée de nous rassembler pour nous rappeler des réalités. On a insisté pour qu’on ait un ministère un peu commun, on répète bien que nous sommes les successeurs des apôtres. Et en même temps, c’est un bel appel, c’est tout un peuple de Dieu qui marche ensemble. Si on était tout seul à la tête pour tout faire, ce serait très ennuyeux, mais dans la mesure où on avance avec le peuple et que l’Esprit Saint parle aussi à travers les prêtres et les laïcs, c’est une belle aventure. Je crois que je me réjouis de cette nouvelle mission et de porter devant le Saint-Père, comme je l’ai fait ce matin, tout le diocèse d’Angoulême et ce qu’il va devenir s’il veut rester fidèle à lui-même. Je continue, ici à Rome, à être en communion avec ceux qui sont là-bas dans le diocèse d’Angoulême ».

« Je suis très content de prolonger pendant quelques jours. Je ne peux pas dire que je connaisse beaucoup Rome. J’y suis passé trois ou quatre fois mais de là à connaître certainement pas. Je vais donc profiter de ces quelques jours avec les pèlerins diocésains. De plus, on m’a dit que quand l’évêque est là, les diocésains sont mieux placés pour l’audience publique avec le Pape. C’est donc quelque chose que je pouvais faire pour eux, s’il suffit d’être là pour s’approcher davantage mercredi (le 21 septembre) ».

Propos recueillis pour l’émission de RCF Charente par Erica Walter

1 réaction


23 septembre 2016 21:26, par Thierry LABROUSSE

Notre évêque à rencontré le pape, aussi simplement que certains d’entre nous ont rencontré Jésus ou Marie. Alors il en parle avec des phrases et des mots simples, sincères, authentiques, sans fioritures, des phrases qui font "mouche" dans nos cœurs.

- repondre message


 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Mgr Hervé Gosselin
Secrétariat : 05 45 91 86 89
226, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
Mgr Gosselin
Secrétariat de Mgr GOSSELIN

NB : Les mails envoyés à l’adresse eveque chez dio16.fr ne sont plus consultés