Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Parole-a-notre-eveque-du-7-juillet-2017
          Parole à notre évêque du 7 juillet 2017

Parole à notre évêque du 7 juillet 2017

Mgr Gosselin a pris part au traditionnel pèlerinage de juillet à Lourdes avec l’hospitalité charentaise. Il a aussi évoqué la période de vacances et de l’été et la lettre d’informations à venir pour l’ensemble du diocèse.


Chaque année, autour du 14 juillet, l’hospitalité charentaise organise un pèlerinage à Lourdes. Il est pensé tout particulièrement pour emmener les malades. Du 10 au 14 juillet, plusieurs centaines de personnes sont donc parties ensemble. Certains étaient des malades, d’autres étaient là pour les accompagner. « Je suis très heureux de pouvoir vivre ce pèlerinage. Tous les participants y vont pour vivre ce temps spirituel à Lourdes qui est toujours un temps béni. Ce pèlerinage représente une occasion également de porter les intentions du diocèse. Nous prierons pour vous qui restez en Charente. Nous espérons vivre un temps fraternel. »
« Je pense que les hospitaliers donnent un très beau témoignage avec toutes les générations qui y sont représentées. Ils disent beaucoup recevoir de ce service auprès des malades. C’est vraiment fort. Mais j’espère et je crois aussi que les malades reçoivent beaucoup. En tout cas, moi, j’ai l’intention de donner à ceux qui viendront, en mission, à Lourdes. Quand nous sommes malades, handicapés ou trop âgés pour faire quelque chose, il n’empêche qu’il y a toujours des missions dans l’Eglise. Il y une place pour chacun. Et je pense que la place des personnes handicapées, malades est très essentielle pour la fécondité de l’Eglise. Ma place, là-bas, est d’être justement avec eux, pour prier, célébrer comme on le fait à Lourdes ».

« Les hospitaliers vivent cette charité gratuite du service »
« Lourdes est un lieu où, tout particulièrement, on fait mémoire de notre baptême. On souhaite se convertir, on va à la grotte pour toucher le rocher de la foi d’une certaine manière, pour s’appuyer sur le Christ, pour descendre aux piscines, comme la Sainte Vierge l’a demandé. Il s’agit là d’une démarche spirituelle, d’être vraiment plongé et d’être restauré. Venez les bénis de mon Père qui sont tout particulièrement les plus petits, les malades. C’est vrai que, à Lourdes, je pense que les malades permettent à tous de tirer, de leur cœur, le meilleur. Je pense que c’est aussi dans cet esprit qui vont les hospitaliers. S’ils reviennent, c’est que, effectivement, ils y ont trouvé un bénéfice, et que en même temps ils vivent cette charité gratuite du service. Ce qui est très intéressant, c’est qu’il peut y avoir des enfants, ces petits pages qui vont donner de l’eau simplement, mais aussi des plus âgés qui vont rouler les fauteuils et puis tous ceux qui sont dans les salles pour soigner les malades, les coucher, les aider à manger. Ce pèlerinage se fait dans un très bon esprit. Tous ceux qui partent sont heureux. »
La dimension du baptême et de son renouvellement se fait évidemment très présente à Lourdes. « De la même manière que, tous les dimanches, on peut renouveler les promesses de son baptême en disant le Credo, on peut le faire de manière encore plus symbolique en descendant dans la piscine. Tous les jours, on peut renouveler son baptême si on veut, mais, là, à Lourdes, il y a vraiment un geste très fort d’être plongé dans l’eau. Je crois que ces pèlerinages se font vraiment aussi dans cette démarche de renouvellement des baptêmes ».

Alors que la période de vacances estivales commence de manière générale, l’évêque a abordé cette période particulière et les différentes manières de l’aborder. « Je souhaite de bonnes vacances à tous. Mais il y a ceux qui partent et ceux qui ne partent pas. Pour certains, cette période de l’été peut apparaître plus lourde et il y a ceux qui vont aller se promener en famille. Que l’été soit aussi un temps de ressourcement. Je crois qu’un bon repos ne consiste pas simplement à ne plus rien faire. Les vacances peuvent peut-être être l’occasion de faire, par exemple, plus d’exercice quand on n’en fait pas assez dans l’année. Je crois que, de toute façon, une retraite pour qu’elle marche bien, il faut prendre en considération toutes les dimensions de la personne ».

Une lettre d’informations pour tous

« Une retraite peut être aussi spirituelle. Comment va-t-on mettre le Seigneur soit de côté parce qu’on pense que c’est aussi des vacances pour la prière, soit on pense que prier est quelque chose de nourrissant, de restructurant, de vivifiant, de désaltérant. De la même manière qu’on est heureux de partir en famille, on devrait avoir ce goût pour pouvoir en faire davantage. On a plus de temps en vacances. Il peut y avoir des propositions spirituelles faites dans certains endroits pour vivre avec le Seigneur. Et je crois que ça rend le repos d’autant plus facile et profond ensuite ».
« Après l’été et les vacances, on revient tous en pleine forme. Une rentrée, c’est forcément l’occasion de beaucoup de changements. Il faut que je pense réellement à faire mon devoir de vacances avant de partir, à savoir introduire une lettre d’informations. Nous voulons à la fois faire un point d’étape, communiquer sur un certain nombre de dimensions : la maison diocésaine, les comptes avec, quand même, des bonnes nouvelles pour nous encourager. On pense donner quelques informations en lien avec les nominations et commencer à communiquer davantage sur : comment fonctionne l’Eglise. Certains entendent parler peut-être d’un conseil presbytéral ne sachant pas se ce que c’est par rapport au conseil épiscopal. On va commencer à expliciter les réalités autour de l’évêque et de ses conseils. Il s’agit d’une sorte de journal de rentrée qui sera commun à tous. Septembre, c’est l’occasion de changements, de recherches pour faire en sorte que des missions soient assurées après des départs en retraite. »

Dimanche 9 juillet, une communauté de religieuses a officiellement quitté la Charente. Une messe « d’au-revoir » était célébrée à Montmoreau autour des quatre Soeurs de Saint-Joseph de Chalais. « C’est un événement, le départ définitif des Soeurs de Chalais. Il y a une messe d’action de grâce pour toutes ces années passées parmi nous. Nous allons leur souhaiter plein de choses, les bénir et demander au Seigneur de les accompagner et de permettre aux communautés qui les perdent de se rétablir. Nous pouvons évidemment souhaiter que, un jour, d’autres viennent pour leur apporter la bonne nouvelle et vivre avec eux cette vie religieuse, c’est-à-dire consacrée complètement au Seigneur. Rendons vraiment grâce ensemble pour cette présence des Soeurs à Chalais depuis de si nombreuses années ! ».

Propos de l’émission de RCF Charente retranscrits par Erica Walter

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Mgr Hervé Gosselin
Secrétariat : 05 45 91 86 89
226, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
Mgr Gosselin
Secrétariat de Mgr GOSSELIN

NB : Les mails envoyés à l’adresse eveque chez dio16.fr ne sont plus consultés