Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Retour-sur-la-soiree-sur-la-Bioethique-du-3-avril
        Retour sur la soirée sur la Bioéthique du 3 avril

Retour sur la soirée sur la Bioéthique du 3 avril

Le 3 avril dernier à la maison diocésaine, plus de 200 personnes ont suivi la table ronde " Quelle monde voulons-nous pour demain " sur la bioéthique.


Le Gouvernement, en lançant les " Etats Généraux de la Bioéthique", souhaite depuis plus d’un an, promouvoir une vaste réflexion nationale concernant les multiples questions éthiques que posent aujourd’hui l’évolution de la société et les progrès scientifiques et médicaux.

L’Église Catholique, comme toutes les confessions religieuses, s’approprie pour sa part ces grandes questions qui nous provoquent à reformuler ce qui constitue en profondeur notre vision de l’homme, de la filiation, de la famille. Nous avons besoin de nous redire ce que représentent pour nous la faiblesse, la fragilité, la souffrance. Nous nous devons de nous redire aussi ce que sont pour nous les droits et devoirs fondamentaux de l’homme par rapport à la vie.

Le Diocèse d’Angoulême désire participer à ce grand chantier de réflexions et de prise de conscience de tout ce que de nouvelles orientations législatives pourront engendrer dans les mois à venir.

C’est la raison pour laquelle Monseigneur Gosselin, membre de la commission bioéthique à la Conférence des Evêques de France, a lancé une première soirée de témoignages et d’échanges sur quelques unes des nombreuses questions que pose la Bioéthique aujourd’hui.

Trois professionnels de santé ont pu témoigner :
- le Docteur Etienne Fèvre, particulièrement attentifs à l’accompagnement des personnes en fin de vie,
- le Docteur Bernard Tourvieille, médecin généraliste,
- et Madame Suzanne Lagrange, sage-femme exerçant en banlieue parisienne.

Juliette Malègue revient sur cette soirée :

" Une salle comble, un auditoire très attentif, la conférence-débat organisée par le diocèse autour d’une probable loi de bioéthique, est sans aucun doute un vrai succès.

Il faut dire que la question interpelle. Les évêques de France ont pris le sujet à bras le corps, mais la sensibilisation du plus grand nombre reste compliquée. Souhaitant que le diocèse de Charente participe à cette large sensibilisation aux enjeux de la bioéthique, Mgr Gosselin a constitué une petite équipe composée du Père Marc Prunier, curé de Ruffec, Nicole de Bellefroid et Claire Harmel, pour suivre le dossier.
Comme l’a rappelé le père Prunier l’enjeu d’une future loi est colossal car elle peut modifier l’avenir de l’homme, de la famille, du monde.

Rendre concrètes des dispositions touchant à la vie, et qui ne sont pas que techniques ou scientifiques, c’est l’exercice auquel se sont livrés le Dr. Bernard Tourvieille, médecin généraliste aujourd’hui à la retraite, Suzanne Lagrange, sage femme en banlieue parisienne, et le Dr. Etienne Fèvre, généraliste.

Dans un silence quasi religieux, le Dr Tourvieille, raconte le dilemme d’un couple de 40 ans ayant déjà deux enfants, à l’arrivée non programmée d’un 3ème bébé. Les difficultés de couple, que cette grossesse a générées, la souffrance de l’un comme de l’autre à l’arrivée d’un petit garçon polyhandicapé, et enfin la mort de ce bébé quelques mois plus tard. Le Dr Tourvielle a évoqué deux autres cas concrets qu’il a eu à connaître pendant son exercice : la demande d’un patient atteint d’un cancer de l’œsophage et celle d’un couple stérile, avec les mêmes interrogations et les mêmes angoisses.
Trois exemples qui rendent concret l’impact de textes techniques sur le diagnostic prénatal, la PMA, la fin de vie….et montrent avec force qu’il n’y a pas de réponse unique, ni simple sur ces sujets.

Mme Lagrange a abordé le sujet des questionnements déontologiques auxquels sont confrontés les praticiens.

C’est par rapport à ses convictions et son obligation de soigner, qu’elle nous a montré le difficile dilemme qui se pose aux soignants. Elle a évoqué le sujet des soins palliatifs en maternité dont on parle peu et qui est peu connu, mais qui peut être une solution dans certains cas.

Le Docteur Fèvre nous a confronté à la demande brutale d’une patience : « Docteur si j’ai un malaise je ne veux pas qu’on me ranime ? » Phrase souvent entendue mais par des patients le plus souvent en bonne santé ou encore jeunes donc pour lesquels la question ne se pose pas vraiment.

Mais dans les cas évoqués, en y regardant de plus près, imagine t-on quel sentiment d’isolement, de dépression, de solitude, elle cache ? Quel est alors le rôle du médecin ? D’accéder simplement à ce désir ou d’accompagner le malade, de lui éviter le plus possible, la souffrance, l’angoisse de la mort ? L’Euthanasie n’est pas la panacée universelle et ne répond pas forcement à la demande formulée. Cela devenait parfaitement évident.

Les inévitables questions sur la liberté, la nécessité de prendre position…sont arrivées en fin de débat.

En guise de réponse et en conclusion, Mgr Gosselin a redit que certes l’église a une place à jouer, mais qu’il fallait bien se garder d’avoir des positions tranchées. Les exemples donnés nous l’ont montré.

Chaque cas est différent, l’important c’est de garder la notion de l’Homme, rien ne doit être fait qui touche à la vie humaine. Alors, on peut se demander si la loi sera en mesure de prendre en compte toutes les situations..."

En savoir plus

Une prochaine rencontre autour de la bioéthique est prévue le vendredi 4 mai à la maison diocésaine avec le journaliste Jean-Claude Guillebaud.

1 réaction


12 avril 19:38, par DEZAUNAY

La soirée était très intéressante. Il faudrait inciter les personnes à aller sur le site de la consultation nationale et à donner leur avis, comme cela avait été précisé pendant la conférence :


- Répondre à ce message


 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les doyennés et paroisses




Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda



-