Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Retours-sur-les-JMJ-a-Cracovie
          Retours sur les JMJ à Cracovie

Retours sur les JMJ à Cracovie

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir

2 millions de jeunes, dont quelques Charentais, participaient au JMJ. Retour sur leur expérience.


« J’ai vécu deux semaines très riches en rencontres et en partage. Ce fut une très belle expérience de participer aux JMJ de Cracovie.
Par l’accueil très chaleureux des polonais nous avons pu nous imisser le temps de quelques jours dans cette culture que nous ne connaissions pas. La ville de Cracovie est vraiment jolie, et on remarque un très grand nombre d’églises. La religion en Pologne est quelque chose qui se montre en public, ce qui nous a changé de la France... Et c’est enrichis de chacune de nos rencontres respectives et chargés de l’esprit saint que nous sommes rentrés en France bien fatigués mais heureux d’avoir vécu ces moments. Et bien sûr prêts à partager notre merveilleuse expérience. »
Mathilde Saint Pé

« Le 17 juillet 2016, à 4h du matin, les jeunes angoumoisins partaient en bus de la maison diocésaine pour un long périple. Direction Poitiers, dans un premier temps, pour récupérer les jeunes pictaviens, puis c’étaient 36h de bus qui les attendaient, avec une pause dans la ville allemande d’Erfurt pour la nuit. Commençait alors leur pèlerinage vers les JMJ.
Leur voyage a débuté avec deux jours passés dans la ville polonaise de Wroclaw (en français : Vrastislavie), la quatrième plus grande ville de Pologne. Entre visite guidée de la ville, rencontre avec les volontaires polonais et veillée festive avec des Panaméens où tout le monde a dansé et chanté, le voyage commençait fort !
Les jeunes ont ensuite repris le bus pour se rendre cette fois-ci dans la ville de Belchatow, dans le diocèse de Lodz, où ils devaient être accueillis dans des familles, qui se sont révélées être d’une générosité et d’une gentillesse sans nom. La commune de Belchatow est la commune la plus riche de Pologne, de part la présence de la centrale thermique la plus grande et la plus puissante d’Europe : Elektrownia Belchatow. Il s’agit d’une centrale hautement moderne et qui respecte scrupuleusement toutes les normes environnementales. Les jeunes charentais ont eu la chance de pouvoir la visiter, alors qu’elle est d’ordinaire interdite au public. Tout autour de la centrale se trouvent d’immenses mines de charbon à ciel ouvert. Ces mines doivent produire du charbon encore jusque dans les années 2050.
De nombreuses activités, temps de rencontre et de prières ont animé cette première semaine en Pologne. Parmi celles-ci, nous pouvons noter le pèlerinage à pied jusqu’à Czestochowa, le sanctuaire de la Vierge Noire, le 22 juillet. A titre d’exemple, ce lieu est comparable à Lourdes en France. Des milliers de pèlerins viennent tous les ans prier l’icône miraculeuse de la Vierge Noire, Notre-Dame de Jasna Gora. Il s’agit d’une icône balkane du XIIIe siècle. La légende raconte qu’elle a été volée par des iconoclastes hussites, mais qu’elle a été sauvée par un paysan polonais qui l’aurait alors cachée dans sa charrette de foin. Des soldats, contrôlant le paysan, auraient donné des coups d’épée dans la paille, balafrant la Vierge. Pour rappeler la souffrance du peuple polonais, tant de fois envahi et malmené, ces balafres n’ont pas été effacées lors des restaurations et ont au contraire été accentuées avec du rouge, pour paraître comme des blessures sanglantes.
Le dernier jour de cette première semaine en Pologne a vu la convergence de tous les jeunes étrangers logés dans le diocèse de Lodz vers le Stadium de Lodz, pour une messe à 12 000 jeunes, suivi d’un grand concert.
C’est donc exaltés et le cœur en fête que les Charentais ont repris le bus le lendemain, pour 4h de trajet jusqu’à Filipowice, une petite ville à 30km de Cracovie qui devait devenir leur « QG » pour la semaine des JMJ. Certains jeunes ont été à nouveau accueillis dans des familles, quand d’autres se sont installés dans l’école de la ville. Là débutaient les « vraies » JMJ.

Tous les matins, une catéchèse
réalisée par un évêque était proposée aux jeunes, qui pouvaient ensuite intervenir et poser des questions. Après un repas tous ensemble, les JMJistes prenaient le train pendant 45 minutes avant d’arriver enfin à Cracovie, où se déroulait le festival de la jeunesse.

Imaginez trois millions de jeunes, réunis dans une seule ville, pour une seule chose : se rassembler autour du Christ et du Pape pour partager leur joie de croire et leur joie de vivre. Imaginez l’enthousiasme des rencontres, la fraternité et l’amour du prochain ouvertement exprimés, la bonne humeur clamée à pleine voix, et peut-être parviendrez-vous à saisir 1% de ce que ces jeunes ont vécu pendant une semaine.
Cette semaine à Cracovie a été d’une intensité extrême. Elle a débuté le 26 juillet par la messe d’ouverture. Le Pape est arrivé le 28, pour une cérémonie d’accueil magnifique et pleine de grâce. Le 29 a eu lieu le chemin de croix, lui aussi très fort en émotions. Le 30 juillet, les trois millions de jeunes se sont mis en route pour marcher 15km jusqu’au « Campus Misercordiae », où devait avoir lieu la dernière veillée puis la messe finale. Bien qu’épuisés par les deux semaines de pèlerinage et par cette marche, les jeunes Charentais étaient bien présents pour vivre cette ultime veillée, qui s’est conclue par une nuit à la belle étoile. Réveillés par l’aube, les jeunes pèlerins ont pu alors voir le Pape François, passant en Papamobile dans les rangs, avant de célébrer l’Eucharistie en communion à trois millions.
A la fin de cette célébration, le Pape leur a donné rendez-vous en 2019 pour de nouvelles JMJ au Panama. La plupart comptent bien répondre à cette invitation. »
Juliette Baron (article paru dans le Courrier Français édition Charente du 19 août 2016)

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.