Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Samedi-15-avril-2017-Vigile-Pascale

Samedi 15 avril 2017 : Vigile Pascale

« Que tous soient Un » !

Oui, que nous soyons Un, unis dans la joie de l’Esprit qui a ressuscité Jésus d’entre les morts, unis entre nous et avec Lui dans une vie où tout est enfin assumé dans la paix !


Hier, ici, une croix. Sur cette croix, nous avons prié un homme, ligoté, cloué, mis à mort. Sans avenir. La nuit était tombée sur le monde.
Mais maintenant, dans cette nuit, le feu nous a attiré. Sa lumière, sa chaleur, sa vie, son crépitement nous disait que quelque chose allait se passer. Alors nous nous sommes rassemblés… Et nous avons entendu, monter du silence de la nuit, une Parole. Longue Parole ! Retraçant à travers toute l’histoire de l’humanité, un seul récit : celui de l’amour de Dieu pour nous. Sa tendresse. Sa confiance. Sa joie de nous voir, et sa volonté de nous voir libres et heureux. Du feu s’est échappée cette Parole… Et cette Parole est de feu !
Avez-vous entendu ce qu’elle annonce ? Que cet homme, hier mort en croix, est aujourd’hui vivant et ressuscité ! Que cet homme ligoté et cloué s’est échappé, et qu’il nous précède aux carrefours des nations, aux croisements de notre humanité, jusqu’aux lignes de fractures du monde ! Que cet homme sans avenir hier, nous ouvre maintenant notre avenir ! Qu’il est, Lui, Celui dont la Parole parlait depuis les origines. Qu’il est Lui-même la Parole de vie, créatrice et libératrice, tendre et miséricordieuse. Qu’il est le feu et la chaleur, la lumière et l’unité rassemblée…
« Voilà ce que j’avais à vous dire », dit l’ange du tombeau aux femmes tremblantes de crainte. « Voilà ce que j’avais à vous dire », nous dit Dieu en cette nuit. « Voilà qui je suis vraiment : le Maître de la Vie, plus puissant que la mort. Le Tout-Amour. Le Tout-Pardon. Le Tout-Avenir. Le Toute-Tendresse. Le Tout-Réconfort. Le Toute-Confiance. La résurrection de mon Fils, cette nuit, n’est pas un coup d’éclat pour faire bien devant les hommes ! Ce n’est pas un « truc » pour que l’on parle de moi ! Elle est la signature de toute ma Parole, de ce que je n’ai cessé de dire et de réaliser depuis la nuit des temps. Elle est la révélation de mon être profond et la révélation de ce que je veux pour vous. Révélation sans éclat, parce que le tombeau est vide et que vous ne trouverez aucune preuve de quoi que ce soit : seules votre liberté et votre confiance sont convoquées. »
Voilà donc sous nos yeux le projet de Dieu pour nous. Notre vocation. Le pourquoi de notre existence.
La résurrection de Jésus n’ouvre pas uniquement l’espérance de vivre quelque chose après notre mort, elle est l’invitation à vivre déjà notre aujourd’hui en cohérence avec nos désirs profonds et le projet de Dieu. Car ces désirs et ce projet se rejoignent : vivre d’amour et non de haine, d’unité et non de division.
En descendant dans la mort, Christ a tout connu de nous-mêmes. En ressortant de la mort, il nous relève avec lui, il prend tout de nous pour le mener dans la Lumière du Père. Dans une communion parfaite entre Lui et nous, entre Dieu et les hommes. En ressuscitant, Christ réalise l’unité d’amour dont nous rêvons secrètement ou que nous appelons de nos vœux lorsque nous regardons les actualités, lorsque nous regardons nos familles, nos relations, l’orgueil qui se déchaîne en nos cœurs, la soif de pouvoir et de réussite des hommes ou des nations au détriment des autres… Nous contemplons – et nous participons parfois – à ce spectacle désolant avec l’espoir que tout cela s’arrêtera un jour et qu’enfin nous vivrons sur une terre en paix, dans la joie de la simplicité.
Cela, la résurrection de Jésus y donne l’impulsion que rien n’arrêtera, puisque la violence et la haine, la division et la mort ont perdu le combat. Et nous avons pu changer les banderoles de nos églises : il n’est plus écrit « Fraternels », mais « Que tous soient Un » ! Oui, que nous soyons Un, unis dans la joie de l’Esprit qui a ressuscité Jésus d’entre les morts, unis entre nous et avec Lui dans une vie où tout est enfin assumé dans la paix !
Le feu de tout à l’heure annonçait déjà cette unité, alors que nous nous rassemblions des quatre coins de l’horizon. C’était bien Lui, déjà, la Lumière du monde, qui se manifestait à nous et réalisait déjà son projet avec nous ! Que nos communautés chrétiennes et humaines reçoivent cette unité née de la joie de la résurrection, et en vivent ! Nous la vivrons de façon toute particulière au cours de ce temps pascal, autour des jeunes et des adultes qui recevront la confirmation le 7 mai à Barbezieux, dans l’unité de notre Eglise diocésaine.
Cette unité, Axelle, nous voulons aussi la confier à ta prière dès ce soir. En vue de ton baptême dans quelques semaines – ce baptême que nous allons nous-même renouveler ce soir, pour en retrouver la fraîcheur et la vigueur -, reçoit le trésor que nous transmettait Jésus à travers ses disciples : des mots pour prier. Des mots qui nous font appartenir à une même famille, dans l’unité du Nom de Dieu. Des mots qui disent merci et qui implorent, des mots que nous partageons et qui portent le monde depuis 2000 ans. Axelle, que ces mots deviennent ceux de ta prière quotidienne ! Porte dans ton cœur le désir d’unité de notre famille humaine, dans la communion du Fils ressuscité !
« Vite, les femmes quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples. » Et Jésus vient à leur rencontre, les rejoint et leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. » Ne gardons pas la nouvelle de cette nuit pour nous ni entre nous ! La paix, l’unité, l’espérance et la vie sont trop précieuses pour les garder pour nous ! Allons, partons, annonçons l’événement qui transforme notre histoire et toute l’histoire : Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! Alléluia !

P. Benoît Lecomte

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 28,1-10.

Après le sabbat, à l’heure où commençait à poindre le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l’autre Marie vinrent pour regarder le sépulcre. Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ; l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus. Il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige.
Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent, se mirent à trembler et devinrent comme morts. L’ange prit la parole et dit aux femmes : « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait. Puis, vite, allez dire à ses disciples : ‘Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez.’ Voilà ce que j’avais à vous dire. »
Vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.




Toutes les rencontres à venir