Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Samedi-22-avril-2017-2eme-dimanche-de-Paques
          Samedi 22 avril 2017 : 2ème dimanche de Pâques

Samedi 22 avril 2017 : 2ème dimanche de Pâques


"Que la parole de Paix de Jésus vienne nourrir nos esprits. Que l’exemple des premiers chrétiens ouvre notre cœur. Que la béatitude offerte à Thomas devienne roc pour nous."


Nous vivons un moment, me semble-t-il, de grande violence. Violence de cette campagne électorale finissante, nourrie de bassesses, d’attaques de toutes sortes, d’hypocrisie et de paroles hautaines, loin du fond que l’on pourrait attendre, des argumentaires, des échanges constructifs, de la nécessaire attention aux idées des autres. Une violence redoublée ces derniers jours avec cette fusillade de plus, alimentant toutes les craintes et les fantasmes. Il y a de la tension à tous les étages de notre société, une tension qui se retrouve dans les vies professionnelles, dans les vies familiales… La course à l’efficacité, à l’erreur zéro, à la maîtrise parfaite de tous les événements petits et grands, laisse gonfler le sentiment d’oppression, parfois d’étouffement, de craintes… Le scrutin de ce dimanche se déroule sous très haute surveillance… et pour travailler avec les autorités civiles et administratives et les forces de sécurité et de secours pour le Festi’Jeunes, je peux témoigner de la peur et des inquiétudes de tous ces personnels qui ne cessent d’augmenter le niveau des exigences.
Or ce qui m’attire dans la Parole de Dieu aujourd’hui, c’est la grande joie, la simplicité, la tendresse qui s’en dégagent.
La première communauté chrétienne, dont le livre des Actes des Apôtres nous rapporte le quotidien, semble être une communauté paisible, vivant dans « la communion fraternelle, fidèle à la fraction du pain et aux prières. » La seule crainte qui se fait sentir est celle de Dieu : une crainte qui exprime un amour, une confiance, un étonnement devant les merveilles de Dieu dans le cœur de chacun, et devant « les prodiges et les signes accomplis par les apôtres. » Il y a quelque chose d’idyllique dans cette communauté chrétienne. Et même si l’on sait que cet état ne durera pas, sûrement pouvons-nous y trouver un modèle ou un but : « tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun. » Belle invitation pour nous tous, à l’échelle de nos paroisses, de notre diocèse, ou même de l’Église universelle ! C’est là, dans cette attention à chacun, attention humaine, spirituelle et matérielle, que la fraternité grandi et que la paix s’installe durablement. Et que la communauté devient signe vivant de la présence réelle du Christ au milieu du monde.
L’Evangile n’est pas en reste. Les disciples aussi ont peur. Ils ont peur des autres. Ils se sont enfermés, ont verrouillé les portes. Mesure maximale de sécurité, dont on comprend qu’elle ne peut rendre véritablement heureux. Mais l’arrivée de Jésus ressuscité change tout : « ils furent remplis de joie. » Et la parole de Jésus dit tout, tout de cette réalité qui traverse l’Evangile du début à la fin et que Dieu veut pour nous : « La paix soit avec vous ! » « Recevez l’Esprit Saint », leur dit-il encore en soufflant sur eux. La Paix du ressuscité sur les disciples et sur nous tous, la Paix de l’Esprit Saint dans nos vies et dans nos cœurs, pour que la réalité un peu idéale de la première communauté chrétienne devienne réalité pour nous aussi, ici et aujourd’hui. Les doutes et les questions de Thomas ne résisteront pas à cette parole de paix. Lui aussi, avec les autres, pourra entrer dans la simplicité et la tendresse de Jésus, venu du plus loin des profondeurs de l’homme, de la mort même, pour apporter sa paix et sa sécurité.
Voilà le seul programme de Jésus pour l’humanité et pour nous. Point de débat ni de campagne, point d’invective ni d’accusation, simplement sa présence et sa tendresse, sa miséricorde et son amour. Cela n’enlève pas nécessairement de nos vies les afflictions et les épreuves, comme nous le rappelle la lettre de Pierre, mais nous voilà avec l’assurance, la foi et la joie de Sa présence et de son Souffle de paix.
En ces temps marqués par les tensions et les peurs, que le souffle de l’Esprit vienne habiter nos vies. Laissons-nous atteindre par la Parole que Dieu nous adresse aujourd’hui. Revenons-y régulièrement, ce sont quelques-unes des plus belles pages de la Bibles qui nous sont données à recevoir. Que la parole de Paix de Jésus vienne nourrir nos esprits. Que l’exemple des premiers chrétiens ouvre notre cœur. Que la béatitude offerte à Thomas devienne roc pour nous. Et que par toute notre existence, nous entrions dans la paix et la simplicité promises et réalisées par Jésus ressuscité.
Amen.

P. Benoît Lecomte

Livre des Actes des Apôtres 2,42-47.

Les frères étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. La crainte de Dieu était dans tous les cœurs à la vue des nombreux prodiges et signes accomplis par les Apôtres.
Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun ; ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous en fonction des besoins de chacun.
Chaque jour, d’un même cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple, ils rompaient le pain dans les maisons, ils prenaient leurs repas avec allégresse et simplicité de cœur ; ils louaient Dieu et avaient la faveur du peuple tout entier. Chaque jour, le Seigneur leur adjoignait ceux qui allaient être sauvés.

Psaume 118(117),2-4.13-15ab.22-24.

Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !
Que le dise la maison d’Aaron :
Éternel est son amour !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

On m’a poussé, bousculé pour m’abattre ;
mais le Seigneur m’a défendu.
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.
Clameurs de joie et de victoire
sous les tentes des justes.

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.
Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !

Première lettre de saint Pierre Apôtre 1,3-9.

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne connaîtra ni corruption, ni souillure, ni flétrissure. Cet héritage vous est réservé dans les cieux, à vous que la puissance de Dieu garde par la foi, pour un salut prêt à se révéler dans les derniers temps. Aussi vous exultez de joie, même s’il faut que vous soyez affligés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d’épreuves ; elles vérifieront la valeur de votre foi qui a bien plus de prix que l’or – cet or voué à disparaître et pourtant vérifié par le feu –, afin que votre foi reçoive louange, gloire et honneur quand se révélera Jésus Christ. Lui, vous l’aimez sans l’avoir vu ; en lui, sans le voir encore, vous mettez votre foi, vous exultez d’une joie inexprimable et remplie de gloire, car vous allez obtenir le salut des âmes qui est l’aboutissement de votre foi.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20,19-31.

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Contact

adresse Paroisse Saint Jean-Baptiste
31 rue Pierre Aumaître
16000 Angoulême
+335 45 91 29 33
Paroisse Saint Jean-Baptiste
Accueil à la paroisse les mardis de 10h à 12h