Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
http://angouleme.catholique.fr/Tuto-13-Que-sont-les-axes-missionnaires

Tuto 13 : Que sont les « axes missionnaires » ?

Mgr Hervé Gosselin répond aux questions sur les orientations diocésaines.



Que sont les « axes missionnaires » ?

Toute cette organisation territoriale revue et corrigée, vu le contexte actuel, donne d’une certaine manière un « copier-coller ». On refait ce qu’on a toujours fait, parce que c’est quelque chose de bon également. Donc on ne va pas faire du neuf pour faire du neuf. Il faut reproduire en changeant les choses. Mais ça ne suffit pas. Donc il faut passer d’une pastorale de la conservation, du territoire, autour des doyennés, paroisses, EAP, etc, vers un sens missionnaire. La paroisse a ce sens missionnaire. C’est là d’où partent les missionnaires, c’est là qu’ils viennent se ressourcer. Mais on s’est dit que si on voulait que la mission soit vécue en Charente, il y ait comme des axes transversaux. C’est-à-dire qu’il y a l’organisation par doyenné, qui est un peu pyramidale puisqu’on va mettre des doyens, des curés, des communautés locales, des relais, etc. Et puis il y a ce qui est transversal. On pourrait mettre des lignes en dessous, avec toutes les préoccupations que nous voulons avoir. Pas simplement pour faire ce qui s’est déjà fait, ou simplement améliorer ce qui s’est déjà fait (la préparation au baptême, la préparation au mariage,…). Ça existe, c’est bon, mais ça ne suffit pas. Il faut qu’on parte. Il faut qu’on sorte. Il faut qu’on se réveille dans différents axes : les jeunes, la famille, la solidarité, tout ce qui concerne la culture, etc. Qu’on ait des propositions. Elles ne sont pas liées au territoire. Elles sont liées à des personnes, des paroissiens qui veulent davantage aller proposer. Proposer l’évangile. Etre en sortie. Inventer. C’est là l’importance du plan pastoral de doyenné qui permettra de se dire : « on fonctionne, on sait qu’à tels endroits il y a des messes, tels endroits il y a des groupes qui se retrouvent, et qu’allons-nous faire pour être évangélisateurs ? »
C’est ça les axes missionnaires. C’est un peu en transversal. C’est-à-dire que de Confolens à Cognac, de Ruffec à Barbezieux en traversant par Angoulême, il y ait comme un réseau, un « net », un filet qui permette d’avoir à chaque croisement du filet une personne, une équipe, voire un lieu où on a la préoccupation, en plus de ce qu’on fait pour faire fonctionner la paroisse, de faire des propositions pour les jeunes, d’avoir des accroches en proposant pour les jeunes par exemple des activités sportives et autres qui leur permette d’avoir un lien avec l’Église, de recevoir des familles, etc. un tas d’initiatives. Mais ça ce sera à mettre en place localement, avec les équipes locales, dans un plan pastoral.
Les orientations, telles qu’elles sont définies, aboutissent à « nous devons mettre deux priorités : la proximité et une ouverture missionnaire. » Trouver des moyens, avec de nouveaux moyens, avec un nouveau langage pour toucher des gens qui ne connaissent pas encore l’évangile. Donc c’est vraiment à visée missionnaire. Et quand ils seront touchés, ils trouveront une organisation qui sera suffisamment simple et structurée pour trouver la nourriture nécessaire.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les doyennés et paroisses



Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda


-