Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/4eme-dimanche-de-Paques

4ème dimanche de Pâques

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Temps de prière communautaire
Paroisse Notre Dame des Sources


Dimanche 03 mai 2020 : Journée de prière pour les vocations

La messe et prière sont à suivre en direct sur Facebook @angouleme.catholique.fr et sur le site internet du diocèse.

En ce quatrième dimanche de Pâques, redécouvrons le Bonne Nouvelle de l’Amour de Dieu pour chacun de nous. Il nous envoie son Fils pour qu’il soit notre Berger, celui qui veille sur nous et nous montre le chemin de la vie. Il nous a appelés au jour de notre baptême pour former l’Église. Aujourd’hui, l’Église universelle nous invite à prier le Maître d’envoyer des ouvriers à sa moisson. Nous sommes tous appelés, là où nous sommes en ce temps de confinement, à répondre à l’amour de Dieu, à nous relier par la prière au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Chant : « Si le Père vous appelle »

Si le Père vous appelle à aimer comme il vous aime dans le feu de son Esprit, Bienheureux êtes-vous !
Si le monde vous appelle à lui rendre une espérance, à lui dire son salut, Bienheureux êtes-vous !
Si l’Église vous appelle à peiner pour le Royaume, aux travaux de moisson, Bienheureux êtes-vous !

TRESSAILLEZ DE JOIE ! TRESSAILLEZ DE JOIE !
CAR VOS NOMS SONT INSCRITS POUR TOUJOURS DANS LES CIEUX !
TRESSAILLEZ DE JOIE ! TRESSAILLEZ DE JOIE !
CAR VOS NOMS SONT INSCRITS DANS LE CŒUR DE DIEU !

Si le Père vous appelle à la tâche des apôtres, en témoins du seul Pasteur, Bienheureux êtes-vous !
Si le monde vous appelle à l’accueil et au partage pour bâtir son unité, Bienheureux êtes-vous !
Si l’Église vous appelle à répandre l’Évangile en tout point de l’univers, Bienheureux êtes-vous !

Prières Universelles :

Refrain : « O Christ ressuscité, exauce-nous ».

1. Par notre Seigneur, berger de toutes les brebis, prions pour les prêtres, les diacres, les religieuses et les religieux, et toutes les personnes qui ont pour tâche d‘enseigner et de faire comprendre les Écritures afin qu’elles aient toujours le cœur brûlant quand elles transmettent la Parole de Dieu.

2. Seigneur, nous te rendons grâce pour la présence des religieuses et des religieux ainsi que tous les consacrés, hommes et femmes. Durant ce mois-ci, nous prions spécialement pour les diacres : qu’ils soient fidèles à leur charisme au service de la Parole et des pauvres ; qu’ils soient un signe stimulant pour l’Église.

3. Par notre Seigneur, berger de toutes les brebis, prions pour le pape François, notre évêque Mgr Hervé Gosselin, nos prêtres, pour les jeunes que Dieu appelle à tout quitter pour le suivre, pour tous les membres de notre communauté paroissiale, qu’ils se laissent guider par Jésus, le bon berger pour être les témoins de l’amour et du pardon de Dieu dans leur milieu de vie.
4. Seigneur, nous te rendons grâce pour les couples et les familles. Accorde aux jeunes de découvrir dans le sacrement du mariage, une vocation à part entière. Que les couples chrétiens, par leur unité et leur rayonnement, annoncent la tendresse de Dieu.

5. Pour les familles touchées par la maladie, pour celles qui sont endeuillées, qui vivent les obsèques de leurs proches dans la souffrance et la solitude à cause des risques sanitaires et pour les personnes du service Deuil qui les accompagnent avec dévouement et compassion. Nous pensons tout particulièrement à Madame Brun Réjane et M Héraut César dont les obsèques ont eu lieu cette semaine.

6. Seigneur, nous te prions pour toutes les populations de tant de pays du monde touchées par la pandémie, en particulier pour l’Équateur et la Bolivie qui sont en grande difficulté.

7. Nous prions pour toutes les personnes qui se retrouvent en situation de précarité dans leur vie professionnelle à la suite de l’épidémie du Covid 19 : pertes d’emploi, grandes difficultés financières, épuisement physique et psychologique et pour leurs familles fragilisées et désemparées. Nous prions aussi pour les personnes qui vivent seules et qui, à cause du confinement, se retrouvent en grande solitude ; pour les personnes en maison de retraite et en EHPAD en grande détresse psychologique parce qu’elles sont privées de la présence de leurs proches.

8. Seigneur, nous te rendons grâce pour tous les gestes de solidarité qui se manifestent, petites attentions du quotidien qui viennent éclairer ces longues journées de confinement. Nous te confions cet « après-confinement » pour qu’il demeure le temps du respect des gestes barrière et du souci de l’autre.

9. Seigneur, nous te prions pour les soignants, pour les chercheurs, pour ceux qui doivent prendre des décisions difficiles et pour tous ceux qui vont retrouver leur travail, particulièrement les enseignants, les jeunes et tout le personnel qui participe à l’accueil des scolaires dans le cadre de cette crise sanitaire inédite et complexe.

Textes du jour :

Les textes de ce dimanche peuvent se retrouver sur le site AELF :
https://www.aelf.org/2020-05-03/romain/messe

Homélie : « Attention : Toute vie est vocation ! »

L’homélie du Père Laurent Maurin est à retrouver sur le site de la paroisse :
« Attention : Toute vie est Vocation ! »

Solidarité :

Au moment de l’offertoire, la quête se fera en ligne.
Voici le lien que vous pouvez donner :
Merci de participer à la quête en cliquant ici

Pour méditer : sermon de Saint Augustin sur le Bon Pasteur (Tract. XLVI, 2-4)

Comment déterminer qui sont les brebis ?
Il y en a dedans et dehors, comme il y a des loups dehors mais aussi dedans.
Les brebis entrent et sortent par le Christ.
Qui est le portier ?
"Nous tenons que la porte est le Seigneur Christ et qu’il est aussi le Pasteur ; qui est le portier ?
Les deux premières dénominations, lui-même les a expliquées en effet, il nous a laissé le soin de chercher qui est le portier.
Que dit-il du portier ? Le portier lui ouvre.
A qui ouvre-t-il ? Au Pasteur ? Qu’ouvre-t-il au Pasteur ? La porte. Et qui est cette porte ?
Le Pasteur lui-même. Si le Seigneur Christ n’avait pas expliqué, s’il n’avait pas dit lui-même « Je suis le pasteur et : Je suis la porte, est-ce que quelqu’un d’entre nous oserait dire que le même Christ est à la fois le Pasteur et la porte ? S’il disait en effet : Je suis le Pasteur sans dire : Je suis la porte, nous aurions cherché quelle est la porte et peut-être en pensant à autre chose, serions-nous demeurés devant la porte. Par sa grâce et sa miséricorde, il nous a expliqué quel est le Pasteur, il a dit que c’était lui, il a expliqué quelle est la porte, il a dit que c’était lui ; il nous a laissé le soin de chercher quel est le portier.
De qui allons-nous dire qu’il est le portier ? Quel que soit celui que nous découvrirons, il faut prendre garde de ne pas l’estimer supérieur à la porte sous prétexte que dans les maisons des hommes le portier est supérieur à la porte : en effet, c’est le portier qui est préposé à la garde de la porte, non la porte à la garde du portier.
Je n’ose pas dire que quelqu’un est supérieur à la porte car j’ai déjà entendu expliquer quelle est la porte ; je ne l’ignore plus, je n’ai pas été abandonné à mes conjectures, les liens qui laisseraient libre cours à mes suppositions humaines n’ont pas été desserrés : c’est Dieu qui a parlé, c’est la Vérité qui a parlé, ce que l’Immuable a dit ne peut pas être changé.
Je vais donc dire ce qui me semble sur cette question profonde ; que chacun choisisse ce qui lui plaît ; qu’il ait néanmoins des sentiments religieux selon qu’il est écrit : Ayez sur le Seigneur des pensées conformes à la bonté et dans la simplicité du cœur cherchez-le. [Sg 1, 1]
Peut-être devons-nous regarder le Seigneur lui-même comme le portier. Dans les choses humaines en effet, il y a beaucoup plus de différence entre le pasteur et la porte qu’entre le portier et la porte, et pourtant le Seigneur a déclaré qu’il était tout ensemble le Pasteur et la porte. Pourquoi ne comprendrions-nous donc pas qu’il est aussi le portier ? Si nous considérons en effet ce qui est propre à chacun, le Seigneur Christ n’est pas un pasteur comme les pasteurs que nous avons l’habitude de connaître et de voir ; il n’est pas non plus une porte, car il n’a pas été fabriqué par un artisan ; mais si, selon quelque similitude, il est à la fois la porte et le Pasteur, j’ose le dire, il est aussi une brebis ; la brebis sans doute est soumise au pasteur, lui pourtant est tout ensemble pasteur et brebis. Où voyons-nous qu’il est pasteur ? Tu le vois dans ce passage, lis l’Évangile : Je suis le bon Pasteur. Où voyons-nous qu’il est brebis ? Interroge le prophète : Comme une brebis, il a été mené à l’immolation, interroge l’ami de l’Epoux : Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui enlève le péché du monde. Je vais encore vous dire quelque chose de plus étonnant dans la ligne de ces similitudes. L’agneau, la brebis et le pasteur sont en effet amis entre eux, mais les pasteurs sont habitués à garder les brebis contre les lions, et cependant nous lisons qu’il est dit du Christ bien qu’il soit brebis et pasteur : Le lion de la tribu de Juda a remporté la victoire. Prenez tout cela, frères, comme des similitudes, ne le prenez pas au sens propre. Nous sommes habitués à voir les pasteurs s’asseoir sur une pierre et garder de là les bêtes qui leur sont confiées ; le pasteur vaut mieux assurément que la pierre sur laquelle il est assis, et pourtant le Christ est à la fois le Pasteur et la Pierre [I Co, 10, 4]. Tout cela est dit en similitude. Mais si tu me demandes ce qui lui appartient en propre, au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Si tu me demandes ce qui lui appartient en propre, il est le Fils unique engendré du Père de l’éternité à l’éternité, égal à celui qui l’engendre, par qui tout a été fait, immuable avec le Père et qui n’a pas été changé par la forme d’homme qu’il a prise, devenu homme de par son incarnation, Fils de l’homme et Fils de Dieu. Tout ce que je viens de dire n’est pas une similitude, mais la réalité.
Ne faisons donc point de difficulté, frères, pour admettre que, selon certaines similitudes, il est la porte et il est le portier. Qu’est-ce que la porte en effet ? Ce par quoi nous entrons. Qu’est-ce que le portier ? Celui qui ouvre. Quel est donc celui qui s’ouvre lui-même sinon celui qui s’explique sur lui-même ? Vous le voyez, le Seigneur ayant parlé de la porte, nous n’avions pas compris ; quand nous ne comprenions pas, la porte était fermée ; celui qui a ouvert, c’est le portier. Il n’y a donc aucune nécessité de chercher quelque autre explication, il n’y a pas de nécessité, mais peut-être y a-t-il volonté.
S’il y a volonté, ne sors pas du chemin, ne t’éloigne pas de la Trinité. Si tu cherches une autre personne pour le portier, que le Saint-Esprit se présente à ta pensée : l’Esprit Saint ne dédaignera pas en effet d’être le portier quand le Fils a daigné être lui-même la porte. Regarde peut-être le Saint-Esprit comme le portier : le Seigneur lui-même dit à ses disciples au sujet du Saint-Esprit : Il vous enseignera toute la Vérité [Jn 16, 13].
Quelle est la porte ? Le Christ. Qu’est-ce que le Christ ? La Vérité [cf. J n, 14, 6]. Quel est celui qui ouvre la porte sinon celui qui enseigne toute la Vérité ?" (Tract. XLVI, 2-4)

Pour clôturer notre prière en ce mois de mai dédié à Marie

1 - VIERGE SAINTE, DIEU T’A CHOISIE, Depuis toute éternité,
Pour nous donner son Fils bien-aimé, Pleine de grâce nous t’acclamons.

AVE ! AVE ! AVE MARIA !

2 - Par ta foi et par ton amour, Ô Servante du Seigneur !
Tu participes à l’œuvre de Dieu, Pleine de grâce, nous te louons.

3 - En donnant aux hommes, ton Fils, Mère riche de bonté,
Tu fais la joie de ton Créateur, Pleine de grâce, nous t’acclamons.

4 - Ô Marie, Refuge très sûr Pour les hommes, tes enfants,
Tu nous comprends et veilles sur nous, Pleine de grâce nous te louons.

5 - Tu demeures près de nos vies, Nos misères et nos espoirs,
Pour que la joie remplisse nos cœurs : Pleine de grâce, nous t’acclamons.

6 - Ô Marie, Modèle éclatant, Pour le monde aujourd’hui,
Tu nous apprends ce qu’est la beauté : Pleine de grâce, nous t’admirons !

7 - Tu nous mènes auprès de ton Fils Qui nous parle de l’Amour
Et nous apprend ce qu’est le pardon : Pleine de grâce, nous t’écoutons !

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


-