Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Ceremonie-des-voeux-2020
      Cérémonie des voeux 2020

Cérémonie des voeux 2020

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Mgr Hervé Gosselin a présenté ses voeux au diocèse le mardi 7 janvier. Des vœux "de vie, d’amour et d’humour", pour "être heureux en Charente".


Quelques notes du discours de l’évêque

Bienvenus à tous,

« VOUS REGARDEZ LE NOIR
ET MOI JE VOIS LES ETOILES
A CHACUN SA MANIERE DE REGARDER LA NUIT »

VICTOR HUGO

C’est aussi ce que peut dire nos trois Rois Mages Gaspar, Melchior, Balthazar.
Ils apportent l’or la myrrhe l’encens pour reconnaître que l’Espérance est parmi nous… et l’espérance ne déçoit pas.

Alors bonne année ! dans le réalisme, un joyeux courage et une grande promesse qui nous donne rendez-vous.

VOIR

- Vous avez peut-être vu cette photo satellite de l’Australie avec les incendies ?
- entendu les nouvelles rumeurs de guerre ? La situation internationale est plus que déprimante
- perçu les difficultés quotidiennes de certains chômeurs, de certains retraités, de certains travailleurs qu’ils soient agriculteurs et autres ? l’actualité nationale est préoccupante
- vous savez que ce diocèse jumelé de Koudougou accueille plus de 10 000 réfugiés qui fuient les massacres... et le colloque prévu en janvier a dû être annulé pour des raisons de sécurité
- On est entré dans la sixième grande phase d’extinction de la biodiversité à l’échelle géologique ; la dernière étant celle des dinosaures il y a 65 millions d’années et l’homme a une responsabilité dans la dégradation des milieux naturels.
- Pour l’Eglise c’est une mue profonde où il nous faut quitter la carapace des certitudes qui ont pu être arrogantes pour vivre l’humiliation liée aux scandales puis une conversion plus que nécessaire mais vitale : plus jamais ça !


JUGER

Peut-on raisonnablement être résolument optimiste ? peut-on être croyant face à ces réalités ? Dépression ou espérance ?
A l’aube de cette année nouvelle, les analyses ne manquent pas pour analyser la situation de la planète et annoncer le collapsus, évaluer les risques imminents liés à l’instabilité socio-politique, la possibilité d’une crise mondiale écologique économique, monétaire commerciale. Le monde est en feu et ce n’est pas le moment de s’occuper de choses de peu d’importance.
La tentation serait de vouloir se réfugier dans son pays, sa communauté, sa corporation, sa paroisse, son milieu de vie.

- Intolérance. Quand dans une université on refuse la conférence d’une philosophe à Bordeaux qui réfléchit sur « le corps en miette » (Agasinsky)
- Profit
- Individualisme
- Pensée unique
- Des dangers objectifs sont identifiés avec le cléricalisme, le communautarisme, les dérives sectaires et les voyants du tableau de bord se sont allumés progressivement pour annoncer la panne et l’arrêt possible… si rien n’est fait pour réparer, rectifier, faire le plein.

« Ça n’a pas de bon sens ! »

Est taxé de réactionnaire ce qui ne suit pas le cours de l’eau mais le seul poisson qui suit sans broncher le fil de l’eau est le poisson mort. La responsabilité impose de discerner.

Humour : Devos donne de la légèreté aux excès de la dramatisation et ne pas se laisser abattre.
Le plaisir des sens : pas seulement celui des sens interdit et des sens giratoires :
sketch :

Le Plaisir Des Sens
Mon vieux !... le problème de la circulation... ça ne s’arrange pas du tout ! Du tout !...
J’étais dans ma voiture, j’arrive sur une place... Je prends le sens giratoire... Emporté par le mouvement, je fais un tour pour rien... Je me dis : "Ressaisissons-nous. Je vais prendre la première à droite." Je vais pour prendre la première à droite : Sens interdit. Je me dis : "C’était à prévoir... je vais prendre la deuxième." Je vais pour prendre la deuxième : Sens interdit. Je me dis : "il fallait s’y attendre ! prenons la troisième." Sens interdit ! Je me dis : "Là ! Ils exagèrent !... Je vais prendre la quatrième." Sens interdit !
Je dis "Tiens." Je fais un tout pour vérifier. Quatre rues, quatre sens interdits ! J’appelle l’agent.
Monsieur l’Agent ! Il n’y a que quatre rues et elles sont toutes en sens interdit. Il me dit :" Je sais... c’est une erreur." Je lui dit "Mais alors... pour sortir ?..." Il me dit " Vous ne pouvez pas !", "Alors ? Qu’est-ce que je vais faire ?", "Tournez avec les autres", "Ils tournent depuis combien de temps ?", "Il y en a, ça fait plus d’un mois.", "Ils ne disent rien ?", "Que voulez-vous qu’ils disent !... ils ont l’essence... Ils sont nourris... ils sont contents !", "Mais... il n’y en a pas qui cherchent à s’évader ?", "Si ! Mais ils sont tout de suite repris.", "Par qui ?", "Par la police... qui fait sa ronde... mais dans l’autre sens.", "Ca peut durer longtemps !", "Jusqu’à ce qu’on supprime les sens.", "Si on supprime l’essence... il faudra remettre les bons.", "Il n’y a plus de ’bon sens’. Ils sont ’uniques’ ou ’interdits’. Donnez-moi neuf cents francs." "Pourquoi ?", "C’est défendu de stationner !", " !", "Plus trois cents francs", "De quoi ?", "De taxe de séjour !", "Ca commence bien !", Il me dit "Tachez que ça continue, sans ça, je vous aurai au tournant !"
Alors, j’ai tourné... j’ai tourné... A un moment comme je roulais à côté d’un laitier, je lui ai dit : "Dis-moi laitier... ton lait va tourner ?...", "T’en fais pas !... je fais mon beurre...". Ah ben ! Je dis : "Celui-là ! Il a le moral !..." Je lui dis : "Dis-moi ? Qu’est-ce-que c’est que cette voiture noire là, qui ralentit tout ?", "C’est le corbillard, il tourne depuis quinze jours !", "Et la voiture blanche là, qui vient de nous doubler ?", "Cà ? C’est l’ambulance !... Priorité !", "Il y a quelqu’un dedans ?", "Il y avait quelqu’un.", "Où il est maintenant ?", "Dans le corbillard !"
Je me suis arrêté... J’ai appelé l’agent... Je lui ai dit : "Monsieur l’Agent, je m’excuse... J’ai un malaise..."
"Si vous êtes malade, montez dans l’ambulance !..."
Raymond Devos


AGIR

Si tous les experts nous disent que nous sommes en crise, nous devons bien le croire et y voir à la fois un constat d’échec et un appel à la croissance en repérant les opportunités… un nouveau monde est en marche : il sera ce que nous construirons ensemble et il peut ne pas être et disparaître.

Qu’est-ce qui nous protégera des intempéries et des tempêtes ? Le toit. Comme à la maison diocésaine où nous avons une toiture toute neuve. La maison ne prend plus l’eau : pourquoi ? Mais parce que la toiture a été refaite bien sûr !

Réalisme : les énergies fossiles ne sont pas inépuisables, nos ressources ne sont pas sans limite pour assurer un confort gratuit à ceux qui l’exigent. S’il faut prendre le taureau par les cornes nous n’allons pas attendre 2021 pour décider des changements... car la nature a une prodigieuse capacité de réparation et de cicatrisation quand le processus vital est présent.

Vie / Amour / Humour

Mais des mots presque magiques apparaissent : ceux de justice, de parité, de synodalité, de dialogue, d’unité. Ce ne sont d’abord que des concepts, des idées et ce qui est un acte thérapeutique ou préventif.

« Ils disent mais ne font pas »

Un retour à l’Evangile. Notre avenir est dans l’Evangile. C’est une école de bon sens, de bonheur. Des conversions s’imposent pour retrouver une crédibilité et on parle de sobriété heureuse dégagée de la folie consumériste, d’accueil des pauvres et non d’exclusion, d’un bonheur qui se nourrit de petites choses et se développe à l’infini… oui c’est possible !

Nous avons la chance d’avoir le bon Pape François pour diriger l’Eglise : il est à la fois humain, et capable de s’impatienter face à des comportements inappropriés, de manifester par sa présence ce qui devraient être des priorités mondiales, de rappeler l’essentiel…

La joie de l’Evangile est le programme que nous essayons de suivre.

Souhaits pour cette nouvelle année ?
« Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix s’embrassent »
Ps 84

Vie / Amour / Humour

- La lettre pastorale de septembre : Aimer en Esprit et en Vérité
- Sortir de notre confort pour rejoindre les périphéries
- Une Eglise de « disciples-missionnaires »
- Porter la joie de l’Evangile à ce monde aimé de Dieu
- Les pauvres sont les destinataires privilégiés de l’Evangile
- Se laisser renouveler pour porter la joie de l’Evangile

Communauté : si les réseaux sociaux peuvent amener du positif, nous faisons le constat d’une grave dissolution de lien fraternel et social. L’enjeu est bien là de pouvoir tisser du lien, de vivre en réseau et de rencontrer ceux qui ne pensent pas comme nous.
Des « tiers lieux » doivent émerger : partage avec le monde, engagement associatif, service de la cité et du pays en complément des églises et des temps liturgiques.

«  Chaque chrétien et chaque communauté sont appelés à être instruments de Dieu pour la libération et la promotion des pauvres, de manière à ce qu’ils puissent s’intégrer pleinement dans la société ; ceci suppose que nous soyons dociles et attentifs à écouter le cri du pauvre et à le secourir. » (La Joie de l’Evangile, 187)
- Genac avec le village St Joseph
- Bassac
- Forum Magdalena
- Ste Bernadette

Elections municipales : choix des maires, difficulté de l’engagement / Ce n’est pas un manque de générosité mais un rythme de vie tel qui s’impose et nous opprime.

Bioéthique : respecter la vie, la différence, la maternité, la paternité. Quelle famille durable voulons nous ? Après un vote en première lecture à l’Assemblée nationale, le projet de loi bioéthique arrive au Sénat. La commission spéciale en charge du texte, qui a procédé à des auditions il y a quelques semaines, doit examiner le texte à partir de ce mardi 7 janvier, à huis clos

Le pape nous dit : accueillir, écouter, discerner
« En conséquence, personne ne peut exiger de nous que nous reléguions la religion dans la secrète intimité des personnes, sans aucune influence sur la vie sociale et nationale, sans se préoccuper de la santé des institutions de la société civile, sans s’exprimer sur les événements qui intéressent les citoyens. Qui oserait enfermer dans un temple et faire taire le message de saint François d’Assise et de la bienheureuse Teresa de Calcutta ? Ils ne pourraient l’accepter. Une foi authentique – qui n’est jamais confortable et individualiste – implique toujours un profond désir de changer le monde, de transmettre des valeurs, de laisser quelque chose de meilleur après notre passage sur la terre. Nous aimons cette magnifique planète où Dieu nous a placés, et nous aimons l’humanité qui l’habite, avec tous ses drames et ses lassitudes, avec ses aspirations et ses espérances, avec ses valeurs et ses fragilités. La terre est notre maison commune et nous sommes tous frères. Bien que « l’ordre juste de la société et de l’État soit un devoir essentiel du politique », l’Église « ne peut ni ne doit rester à l’écart dans la lutte pour la justice ». Tous les chrétiens, et aussi les pasteurs, sont appelés à se préoccuper de la construction d’un monde meilleur. Il s’agit de cela, parce que la pensée sociale de l’Église est en premier lieu positive et fait des propositions, oriente une action transformatrice, et en ce sens, ne cesse d’être un signe d’espérance qui jaillit du cœur plein d’amour de Jésus Christ. En même temps, elle unit « ses efforts à ceux que réalisent dans le domaine social les autres Églises et Communautés ecclésiales, tant au niveau de la réflexion doctrinale qu’au niveau pratique » (La Joie de l’Evangile, 183).

Uniformisation / Diversité : Un milieu ne peut tenir sans diversité
Dans l’amour on est un oui, mais lequel respecte des différences
Microbiote intestinal (flore intestinale) : sa richesse est responsable de notre santé et elle s’affaiblit considérablement. Dans les intestins, nous avons 100 000 milliards de bactérie de plus de 400 espèces différentes !
Le clonage et le copier-coller eugéniste reste à bannir
Lieu de confrontation et de débat : culture du débat
Bien commun


CONCLUSION

Mes vœux sont pieux car j’espère de toute en celui qui a attiré les mages jusqu’à lui.
Je sais aussi que sans l’engagement humain, rien ne peut se faire et qu’il nous faut obéir à cette étoile qui s’appelle la conscience, et suivre les lois de la nature sous peine d’implosion.
Je suis convaincu que la communauté est l’avenir de l’humanité : là aussi on doit trouver du bio, c’est-à-dire de la vie, de la diversité qui impose rencontre dialogue et vérité. C’est là qu’on doit apprendre le pardon, le vivre ensemble … et l’humour.

En savoir plus

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.





-