Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Creer-des-reseaux-pour-accueillir-des-migrants
        Créer des réseaux pour accueillir des migrants

Créer des réseaux pour accueillir des migrants

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Le 4 novembre 2015, près de 150 personnes étaient réunies à la maison diocésaine pour évoquer la situation des migrants, et réfléchir aux actions à entreprendre.


A l’initiative du Pôle Solidarité, et à la demande de nombreux baptisés et paroisses du diocèse, cette rencontre a permis d’échanger de nombreuses informations sur l’accueil des réfugiés et des migrants. Des acteurs associatifs étaient présents pour partager leurs expériences, et appeler à quelques vigilances.

Ainsi,

1. L’association Baobab a communiqué sur la procédure administrative concernant l’admission du statut de réfugié pour des raisons de sécurité (convention de Genèvre 1951 et autres textes) en insistant sur la grande lourdeur de cette procédure et son caractère très aléatoire, suivant la perception que peut avoir le fonctionnaire de la sincérité du récit et de la manière dont se présente le demandeur (différence de perception culturelle). Le suivi des autres émigrés a également été évoqué.
Il a été insisté sur la souffrance psychique et physique et l’extrême longueur des procédures.
Il en ressort qu’il faut être vraiment spécialiste pour suivre ces dossiers, la bonne volonté ne suffisant pas. La nécessité du partenariat avec d’autres associations a été soulignée ;
 
2. La communauté protestante était représentée par la pasteure d’Angoulême, laquelle a évoqué quelques accueils réalisés en Charente sur la base d’un schéma national contenu dans la plaquette communiquée. Il en ressort notamment qu’il faut impérativement agir en réseau, qu’il ne faut pas méconnaître les immenses difficultés d’intégration et qu’une proximité avec les services administratifs, les écoles, l’offre de soins etc, cette proximité pouvant être assurée par le choix de la résidence ou à défaut, par l’aide au transport.
Ont été évoqués également la prise en charge financière selon l’engagement de donateurs (100/1) et la durée de cette prise en charge (3 ans environ) le montant de celle ci étant bien évidemment fonction de la composition familiale.
 
3 - La représente de médecin du monde a surtout insisté sur la décompensation psychique des immigrés (le plus difficile à soigner) et leurs autres pathologies, le tout devant être pris en charge rapidement et dans la durée. Elle a particulièrement insisté sur la nécessité de ne jamais travailler seuls et précisé que son organisation travaillait à Angoulême avec Baobab, l’Eclaircie, Emmaüs, etc
Elle a décrit le parcours d’un réfugié arrivant le plus souvent à Angoulême par le train en évoquant le caractère pivot de la gare. C’est d’ailleurs à proximité de celle-ci qu’est assurée une permanence. Il existe deux autres permanences à Angoulême (Soyaux et éclaircie) mais pas en dehors du chef-lieu.
Ont été également évoquées, la nécessité d’une harmonisation des législations relatives aux immigrés sur le plan européen.

 4 - La conseillère départementale présente à cette soirée a indiqué entre autres précisions, qu’il était impératif de travailler en réseau, que s’agissant de l’accueil des réfugiés syriens et irakiens l’Etat, maître d’œuvre de cette opération, exigeait par son représentant local une offre globale concernant non seulement le logement, mais aussi l’accompagnement, cette offre étant contenue dans un imprimé spécifique. Il est confié à des association spécialisées telles l’AFU16 ou le CADA le soin d’apprécier l’habitabilitation du logement. Toutes les offres validées sont centralisées à Paris qui oriente les réfugiés vers tel ou telle ville. des logements ont été apportés par les bailleurs sociaux en Charente, environ 400. Il est vraisemblable que les migrants arrivant par ce canal verront leur dossier traité rapidement. Ils pourront travailler pendant l’instruction du dossier.

Les participants ont pu poser des questions aux intervenants.
Le sort des mineurs a été évoqué, avec toute la difficulté liée à la connaissance de leur âge, celui-ci fixant le statut de l’intéressé, plus favorable s’il s’agit d’un mineur.
Un appel a été lancé par Mr Piton pour disposer au Conseil Départemental de 5 chambres à destination des mineurs isolés dans lesquels ils ne pourront séjourner que 5 jours max dans l’attente d’une solution plus pérenne.
Enfin, les personnes présentes ont été invitées à réfléchir en paroisse ou en doyenné sur l’accueil des migrants sur leur territoire et la possibilité ou non qu’ils avaient de proposer une offre structurée.

Le Pôle Solidarité se tient à disposition de ceux qui le souhaitent pour toute demande ou interrogation qui subviendrait dans le réseau constitué auquel vous pouvez appartenir.

Sachons nous mobiliser ensemble pour être solidaires de nos frères en humanité et en Christ .

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Logo MessesInfo

Agenda

Les doyennés et paroisses



-