Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Des-portes-saintes-pour-un-jubile

Des portes saintes pour un jubilé

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Le jubilé de la miséricorde offre à chaque diocèse dans le monde d’ouvrir une "porte sainte". En Charente, la porte sainte sera une porte de la cathédrale, et Saint Martial à Angoulême, et l’Abbaye de Bassac seront deux autres lieux jubilaires.


La Porte Sainte est une porte ouverte par le pape pour marquer symboliquement le commencement de l’Année sainte. Ce rite permet également d’accroître le nombre des entrées disponibles des grandes églises de pèlerinage pour répondre à l’afflux des pèlerins venant pour ces occasions jubilaires.

Le Jubilé de la Miséricorde a été voulu par le Pape François pour qu’il soit vécu intensément dans chaque Église particulière, afin de permettre à tous de faire l’expérience de la miséricorde du Père à travers la mission active de l’Église. Le signe le plus évident de cette volonté pastorale est la possibilité d’ouvrir les portes de la Miséricorde dans chaque diocèse. Ces portes, semblables aux Portes Saintes des basiliques pontificales de Rome, permettront à ceux qui ne peuvent pas se rendre à Rome d’effectuer le pèlerinage jubilaire.

Les Portes de la Miséricorde

L’évêque du lieu choisira dans quelles églises ouvrir la Porte de la Miséricorde qui devra rester ouverte chaque diocèse du monde (cf. MV 3). Pour le diocèse d’Angoulême choisie est la porte Sud de la cathédrale.

Outre la Porte de la Miséricorde choisie pour le diocèse, d’autres lieux ont été choisis comme particulièrement importants pour vivre cette année sainte en Charente : Saint Martial, à Angoulême, où s’achèvera le "chemin du jubilé", et l’abbaye de Bassac.

L’ouverture des Portes de la Miséricorde

Après le début solennel de l’Année Sainte - marquée par l’ouverture de la Porte Sainte de la Basilique Saint-Pierre au Vatican le 8 Décembre prochain - toutes les Églises particulières ouvriront leur propre Porte de la Miséricorde en communion avec l’Église de Rome au cours de la célébration eucharistique du troisième dimanche de l’Avent (dimanche Gaudete), le 13 décembre. Le Pape, en effet, ouvrira ce dimanche-là, la Porte Sainte de la cathédrale de Rome, la Basilique de Saint Jean de Latran. Chaque Église particulière ouvrira les autres portes de la Miséricorde, c’est-à-dire celles des sanctuaires, toujours au cours de la célébration eucharistique du troisième dimanche de l’Avent, qui sera présidée par un délégué de l’Évêque.

Passage de la Porte Sainte

Une fois la Porte Sainte ou Porte de la Miséricorde passée, ou une fois réalisée une des autres situations pour lesquelles le Pape François a accordé de pouvoir obtenir l’indulgence (par exemple pour les malades, les prisonniers, et pour toute personne qui effectue une œuvre de miséricorde) ; en plus des conditions habituelles qui nécessitent un cœur bien disposé afin que la grâce puisse apporter les fruits espérés ; les fidèles devront s’arrêter en prière pour accomplir les derniers gestes nécessaires : la profession de foi et la prière pour le Pape et selon ses intentions. Cette dernière, sera au moins un Notre Père - la prière que Jésus lui-même nous a appris pour nous tourner vers le Père comme ses enfants - mais peut-être plus encore. En particulier, compte tenu de l’esprit propre de cette Année Sainte, il est suggéré de réciter la belle prière du Pape François pour le Jubilé, et de conclure le temps de prière par une invocation au Seigneur Jésus Miséricordieux (par exemple « Jésus Miséricordieux, j’ai confiance en Toi »).

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


-