Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Dimanche-15-decembre-2019-3eme-dimanche-de-l-Avent-A
          Dimanche 15 décembre 2019 : 3ème dimanche de l’Avent A

Dimanche 15 décembre 2019 : 3ème dimanche de l’Avent A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

« Qu’êtes-vous allés regarder au désert ? »

Saurions nous dire toutes les beautés et les joies que nous avons vécues ou dont nous avons été témoins ? Tous les signes d’espérance, de solidarité, de patience, de paix, d’attention, de partage qui nous ont été donnés.


Pendant longtemps, je ne m’informais par la radio, les journaux ou internet que pendant la journée ou le soir, mais pas le matin. Allez savoir pourquoi, les habitudes se déplacent parfois un peu et depuis quelques temps, au petit déjeuner, je lis les titres de quelques articles à la Une. Je vais probablement éviter de le faire trop longtemps : tout ce qu’on nous raconte n’est que violence, et très mauvais pour commencer la journée. Conflits sociaux, grèves, violences conjugales, féminicides, affaires juridiques, catastrophes climatiques – nous serions en Angleterre, ce serait Brexit tous les jours - : je pense que nous avons là 98 % des informations qu’on nous fourni quotidiennement. Mieux vaut qu’on n’y parle pas de l’Église, c’est en général mauvais signe. Ajoutez à cela une pluie incessante, des jours très courts, du gris et de l’obscurité : vous conviendrez qu’il y a de quoi bien déprimer, sans même avoir besoin de regarder les malheurs dans nos propres familles ou dans nos vies. Nous pourrions être un peu comme les disciples de Jean le Baptiste ou comme Jean-Baptiste lui-même, posant la question à Jésus s’il est celui qui doit venir ou s’il est celui bien celui qui est déjà venu ! Mais nous n’avons même pas Jésus à portée de main pour lui poser la question. Pourtant, sa réponse nous concerne ! « Les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle. » Ces informations devraient faire la Une de la presse, mais rien de tout cela dans les titres des journaux. Alors, délire mystique ? Jésus enfermé dans sa bulle ? Ou bien invitation à ouvrir les yeux, les oreilles et le cœur autrement qu’avec les info du petit déjeuner, pour voir et entendre autrement battre la vie des hommes et du monde. Et de découvrir, sur notre chemin d’avent, au milieu de toutes ces violences, « Dieu avec toi ».
Ouvrir les yeux, les oreilles et le cœurs jusqu’à arriver à voir les boiteux marcher et entendre les muets. Au premier jour de l’Avent, c’était l’invitation à « veiller » qui résonnait. Nous la retrouvons aujourd’hui dans une compréhension nouvelle : et si cette veille était un entraînement à voir ce qu’on ne voit pas au premier abord, à entendre ce qu’on n’entend pas dans le brouhaha du monde, un entraînement à reconnaître le chant de l’oiseau au milieu de la tempête ? Le temps de l’Avent comme le temps où la veille se fait de plus en plus fine, précise, juste… Une veille qui se vit dans la patience – cette patience que Saint Jacques évoque à quatre reprise dans le cours extrait de sa lettre que nous venons d’entendre : « Frères, en attendant la venue du Seigneur, prenez patience. Voyez le cultivateur : il attend les fruits précieux de la terre avec patience, jusqu’à ce qu’il ait fait la récolte précoce et la récolte tardive. Prenez patience, vous aussi, et tenez ferme car la venue du Seigneur est proche. » Et d’habituer peu à peu nos yeux, nos oreilles et notre cœur pour reconnaître, dans quelques jours, celui que nous pourrions ne pas reconnaître en passant trop vite devant : le Dieu éternel et infini dans l’enfant de la crèche… Expérience prophétisée par Isaïe : « Le pays aride, qu’il exulte et fleurisse comme la rose, qu’il se couvre de fleurs des champs, qu’il exulte et crie de joie !… Soyez forts, ne craignez pas, voici votre Dieu. »
Ce dimanche est appelé le « dimanche de la joie ». C’est bien elle qui irrigue la Parole de Dieu aujourd’hui. Une joie à repérer et à célébrer comme l’advenue, déjà, du Seigneur, du Tout Amour, dans le quotidien de nos jours. « Qu’êtes-vous allés regarder au désert ? Qu’êtes-vous donc allés voir ? » questionne Jésus à ceux qui aurons pu passer à côté de la grandeur et de la profondeur de Jean-Baptiste. Et nous, saurions-nous dire, à la fin de nos journées, ce que nous avons vu ? Saurions nous dire toutes les beautés et les joies que nous avons vécues ou dont nous avons été témoins ? Tous les signes d’espérance, de solidarité, de patience, de paix, d’attention, de partage qui nous ont été donnés, et qui pourraient paraître inaperçus au milieu des tumultes ? Entraînement à faire et à vivre jusqu’à Noël et au-delà ! Dans ces signes, parfois imperceptibles, Dieu dit sa présence avec nous. Des signes qui sont comme la réalisation de sa Parole : « Je suis toujours avec toi ». Des signes qui, petit à petit, font grandir la vie, la joie, et toute l’humanité, comme le levain dans une pâte.
La Lumière de Bethléem, lumière de la paix, arrive ce dimanche après-midi à Angoulême. Petite flamme allumée il y a quelques jours par un enfant dans la grotte de la Nativité, emmenée en Autriche où des enfants de toute l’Europe l’ont accueillie puis rapportée dans leurs pays respectifs. Se diffusant ainsi de porte en porte à tous les hommes, elle est ce signe d’une joie profonde à accueillir en soi, en ce temps d’Avent et à Noël. Elle est le signe de cette espérance et de cette joie que nous voulons chercher et trouver en ce monde que Dieu aime plus que tout. Peut-être ne fera-t-elle pas la Une des journaux et les gros titres sur internet, mais elle saura frayer son chemin dans les yeux et le cœur de tout homme qui voudra la recevoir pour la partager à son tour. Pour que nous sachions reconnaître le Sauveur, « Dieu avec toi », et être ensemble, à Noël, « avec des cris de fête, couronnés de l’éternelle joie. » Alors, comme disait Isaïe, « allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s’enfuient. » Alléluia !
Amen.

P. Benoît Lecomte

Livre d’Isaïe 35,1-6a.10.

Le désert et la terre de la soif, qu’ils se réjouissent ! Le pays aride, qu’il exulte et fleurisse comme la rose, qu’il se couvre de fleurs des champs, qu’il exulte et crie de joie ! La gloire du Liban lui est donnée, la splendeur du Carmel et du Sarone. On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu. Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux gens qui s’affolent : « Soyez forts, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. » Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s’ouvriront les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. Ceux qu’a libérés le Seigneur reviennent, ils entrent dans Sion avec des cris de fête, couronnés de l’éternelle joie. Allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s’enfuient.

Psaume 146(145),7.8.9ab.10a.

Le Seigneur fait justice aux opprimés ;
aux affamés, il donne le pain ;
le Seigneur délie les enchaînés.

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés,
le Seigneur aime les justes,

le Seigneur protège l’étranger.
Il soutient la veuve et l’orphelin,
D’âge en âge, le Seigneur régnera !

Lettre de saint Jacques 5,7-10.

Frères, en attendant la venue du Seigneur, prenez patience. Voyez le cultivateur : il attend les fruits précieux de la terre avec patience, jusqu’à ce qu’il ait fait la récolte précoce et la récolte tardive. Prenez patience, vous aussi, et tenez ferme car la venue du Seigneur est proche. Frères, ne gémissez pas les uns contre les autres, ainsi vous ne serez pas jugés. Voyez : le Juge est à notre porte. Frères, prenez pour modèles d’endurance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,2-11.

En ce temps-là, Jean le Baptiste entendit parler, dans sa prison, des œuvres réalisées par le Christ. Il lui envoya ses disciples et, par eux, lui demanda : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Jésus leur répondit : « Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez : Les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle. Heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de chute ! »
Tandis que les envoyés de Jean s’en allaient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés regarder au désert ? un roseau agité par le vent ? Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ? un homme habillé de façon raffinée ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Alors, qu’êtes-vous allés voir ? un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète. C’est de lui qu’il est écrit : ‘Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer le chemin devant toi.’ Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui. »

1 réaction


17 décembre 2019 13:43, par chambon

"Saurons-nous voir les petits signes".
La lumière de Bethléem n’a pas fait de bruit dans le voisinage et le quartier mais elle a apporté des sourires sur les visages, un moment de paix, des larmes de joie, de l’étonnement, de la surprise...dans certains appartements , elle était attendue.

OUI,elle est signe d’espérance, de paix, de joie pour tous.

- Répondre à ce message


 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroisse.macampagne chez dio16.fr
Accueil à la paroisse les mardis et vendredis de 16h30 à 18h30

Contact

adresse Paroisse Saint Jean-Baptiste
28 rue Pierre Aumaître
16000 Angoulême
+336 09 78 55 52
paroisse.saintjeanbaptiste chez dio16.fr
Accueil à la paroisse les mardis de 10h à 12h



-